logo admiroutes Les automates intelligents
robotique, vie artificielle, réalité virtuelle


information, réflexion, discussion
logo automate © Anne Bedel
Jean-Paul Baquiast jp.baquiast@chello.fr
Christophe Jacquemin christophe.jacquemin@admiroutes.asso.fr


Retour au sommaire
 
Du côté des labos
par Christophe Jacquemin
Index des articles : du côté des labos


Transformation des ondes du cerveau en signal numérique

photo : IBVA - http://www.ibva.com
La société IBVA (Interactive Brainwabe Visual Analyser) (http://www.ibva.com) étudie le fonctionnement des ondes cérébrales depuis le début des années 1970.  Elle a ainsi mis au point  et commercialise aujourd'hui un système, à la fois logiciel et matériel, capable d'enregistrer les ondes émises par les deux émisphères du cerveau. Ces ondes peuvent être visualisées, mais surtout converties numériquement pour être utilisées en entrées d'appareils électriques ou de logiciels.
Le système se compose d'un bandeau, munis d'électrodes, d'un émetteur sans fil (qui transmet les données revueillies par ondes radio, sans fil), et d'un récepteur connecté au port série d'un micro-ordinateur traditonnel. Sur ce dernier est installé un logiciel spécifique chargé d'analyser et de traiter les images reçues.


photo : IBVA - http://www.ibva.com

Ces données peuvent être converties en son, voire en musique au format MIDI, ou en tout autre format d'entrée destiné à des logiciels ou des appareils externes (lecteurs CD, caméscopes...).

Il ne suffit pas de porter un bandeau autour de la tête pour contrôler instantanément et à distance tous les appareils qui nous entourent. Pour Drew de Vito, vice-président d'IBVA, "C'est une question de self-control. Si vous connectez tous vos appareils en même temps, ils vont devenir comme fous et ce sera la panique. En fait, votre cerveau contrôlera bien tout, mais d'une façon que vous ne comprendrez pas." L'utilisation du système requiert donc une certaine concentration, et certainement une bonne dose de compréhension de la manière dont nous formalisons nos pensées. "Un minimum d'exploration est nécessaire pour comprendre quels sentiments, quels souvenirs ou quelles émotions génèrent une activité cérébrale. C'est un processus très personnel qu'il est impossible de prévoir et qui dépend de chaque individu. C'est la raison pour laquelle le système permet à chaque utilisateur d'ajuster et de rêgler les différentes fonctions dont il dispose, pour créer les interfaces qui lui conviennent.", souligne DeVito.

Si de nombreuses personnalités du monde de la musique ont rapidement montré un vif intérêt pour ces produits, leurs applications ne se limitent assurément pas à la composition musicale. Outre des fonctions d'assistance aux personnes handicapées, un tel système ouvre des pistes nouvelles en matière d'enseignement. Il en va de même dans d'autres secteurs comme la psychothérapie par exemple, le procédé permettant à l'analyste de comprendre plus facilement les points posant problème chez son patient (en visualisant les réactions cérébrales), lui permettant ainsi de concentrer son travail sur ces points précis. Enfin, le dispositif peut transporter la notion même d'interactivité à des niveaux bien supérieurs à ce que nous connaissons aujourd'hui. Les jeux vidéos, par exemple, sont aujourd'hui largement linéaires, en ce sens que leur déroulé ou leur niveau de difficulté sont souvent des constantes. Seul l'ordre d'apparition des séquences du jeu va dépendre des interactions du joueur. Si l'on imagine un jeu capable de décoder à tout instant les émotions ressenties par l'utilisateur, on peut créer une véritable interactivité, capable d'adapter en temps réel le niveau de difficulté en fonction de la peur, de la confiance ou du doute ressentis par le joueur...
IBVA a vendu à ce jour 1.700 exemplaires de son dispositif, disponible à partir de 1.300 $ ( près de 7000F) en version de base (auquel on peut ajouter des "packs d'extension", destinés à des fonctions de pilotage précises.Si les utilisateurs en sont essentiellement aujourd'hui des professionnels et des musiciens, nul doute que le contrôle  des machines par ondes cérébrales est une technologie d'avenir.

20/02/2000

retour Retour à l'index des articles "du côté des labos"
retour Retour au sommaire général du site