logo admiroutes Les automates intelligents
robotique, vie artificielle, réalité virtuelle


information, réflexion, discussion
logo automate © Anne Bedel
Jean-Paul Baquiast Jean-Paul.Baquiast@wanadoo.fr
Christophe Jacquemin christophe.jacquemin@admiroutes.asso.fr

Revue n° 4
Retour au sommaire
 
Editorial

Réaliser un cortex cervical mondial?
Jean-Paul Baquiast et Christophe Jacquemin
7/1/2001

Cela fait longtemps que l'idée était dans l'air. Comment utiliser intelligemment les immenses ressources réparties que sont les PC et autres machines reliées à Internet, les capacités de traitement surabondantes de ces machines, les centaines de pages disponibles sur chacune d'elle et les milliards de pages sur les serveurs, et finalement les humains qui sont derrière ces machines, piaffant d'impatience à leurs claviers ? Il n'est pas besoin d'être ingénieur-système pour se rendre compte que l'humanité dispose là d'un énorme ordinateur réparti, capable de traiter n'importe quelle tâche, sérielle ou parallèle, à des coûts dérisoires. Il n'est pas davantage besoin d'être neurologue pour voir dans ce schéma quelque chose ressemblant un peu-beaucoup à l'architecture du cerveau, avec ses milliards de neurones, et ses millions de milliards de connexions, déjà mémorisées ou prêtes à se former pour constituer de nouveaux ensembles fonctionnels.

Manque direz-vous, le chef d'orchestre susceptible de faire travailler tout cela de façon cohérente. Là vous avez tout faux. Il n'y a pas de chef d'orchestre dans le cerveau, et il n'est ni possible ni souhaitable qu'il y en ait un au niveau de l'humanité, ou d'une quelconque de ses sous-parties. Par contre, il est nécessaire qu'existent des logiciels permettant à tous ceux qui le veulent de mettre leurs ressources en commun pour générer du nouveau.

Ces logiciels existent déjà, mais ils ne sont pas encore très utilisés. Il y a les programmes dits collecticiels (groupware) permettant de travailler à plusieurs sur des textes communs. De même de plus en plus de jeux en ligne réunissent des participants s'affrontant en temps réel de différents endroits du monde. Mais il y a un an, quelques jeunes internautes partageux avaient réussi un gros coup en créant Napster, permettant d'accéder sur les ordinateurs des uns et des autres à des fichiers MP3, au détriment du droit d'auteurs évidemment. L'affaire a tourné différemment (l'accès à Naptster sera désormais taxé). Voir pour information la LPDN, Ligue pour la défense de Napster http://www.lpdn.ift.cx/

Une autre tentative, paraissant beaucoup plus généralisable, voit le jour. C'est Mojo Nation. Qu'il soit bien clair que nous ne faisons ici aucune publicité, ni ne formulons aucune recommandation en faveur des promoteurs de la chose. C'est le principe seul qui nous intéresse, car il est reproductible. Citons Le Monde: "pour faire partie de Mojo Nation, l'internaute télécharge un logiciel gratuit, qui met ainsi son ordinateur en partage...contribuant à créer un ensemble d'une puissance inégalable. Les documents sont cryptés, les liaisons anonymes. .. A chaque demande de téléchargement, les données fractionnées en milliers de paquets envoyées sur des milliers d'ordinateurs, se regroupent. ..Mais Mojo Nation n'a pas de centre... Les membres gagneront des unités de compte virtuelles, quand ils fourniront des ressources, et les dépenseront quand ils utiliseront ces ressources. Le promoteur Jim Mc Coy servira de courtier et prendra une commission sur ces échanges". http://www.mojonation.net

Inutile de développer, tout le monde aura compris qu'avec de tels logiciels, la collectivité des internautes dispose d'innombrables possibilités. Des formes d'intelligence et de conscience réparties pourraient en émerger, valorisant non seulement l'intelligence humaine des internautes connectés, mais l'intelligence des contenus informationnels crées ou mis en commun, avec le tissu épais des liens associatifs renvoyant l'influx nerveux des uns aux autres.

Qu'en résulterait-t-il? Peut-être de nouveaux contenus d'intelligence collective ou individuelle. Peut-être aussi de nouvelles formes d'intelligences totalement inédites...surtout si les spécialistes de l'intelligence artificielle connectent des robots intelligents à de tels réseaux.

Qu'est-ce qui nous empêche de tester, ici même, l'intérêt de telles formules. Rien du tout, mesdames et messieurs. Faisons un club, pour voir?


Retour au sommaire