logo admiroutes Les automates intelligents
robotique, vie artificielle, réalité virtuelle


information, réflexion, discussion
logo automate © Anne Bedel
Jean-Paul Baquiast Jean-Paul.Baquiast@wanadoo.fr
Christophe Jacquemin christophe.jacquemin@admiroutes.asso.fr

22
Retour au sommaire
 
Dossier
Logo Dossier Gestion des risques
 
Intelligence artificielle distribuée et gestion des crises

Contenu

Pourquoi ce dossier?

Automates Intelligents s'intéresse particulièrement aux applications pratiques de l'Intelligence Artificielle distribuée (IAD). Ceci du fait de notre coopération fructueuse avec le Professeur Alain Cardon, expert mondialement reconnu en ce domaine. Nous avons d'ailleurs précédemment proposé un dossier consacré à une application plus ambitieuse de l'IAD, la conscience artificielle http://www.automatesintelligents.com/manif/2001/juin/conscience.html

Mais les attentats du 11 septembre modifient l'ordre des priorités. Aujourd'hui, la question la plus urgente concerne la lutte contre les catastrophes, naturelles ou provoquées par le terrorisme. L'IAD pourra jouer un rôle dans les divers domaines de cette lutte, notamment en matière de prévention avec l'interprétation des informations recueillies sur divers réseaux. Comme on le verra dans le présent dossier, l'IAD peut aussi s'appliquer à bien d'autres sujets, par exemple à la gestion des moyens d'intervention face à une crise déclarée.
L 'IAD n'a ici aucune perspective si elle est utilisée seule : elle doit être superposée à de nombreux outils et réseaux de détection, de communication et de commandement, qui supposent des investissements non négligeables, et la volonté politique de mettre les moyens nécessaires en place, malgré les urgences du moment.

Dans le domaine des catastrophes du domaine civil, la compétence principale en France est celle de la direction de la défense et de la sécurité civile du ministère de l'Intérieur DDSC (voir http://www.interieur.gouv.fr/ddsc/sommaire.htm). Une Consultation nationale relative à la modernisation de la défense et de la sécurité civiles a été lancée en été 2001, dont les résultats sont disponibles sur le site (70 pages format pdf http://www.interieur.gouv.fr/ddsc/projet_loi/bilan.pdf).

Une autre organisation directement en charge est la Fédération Nationale des sapeurs-pompiers de France, pour les sapeurs-pompiers de France (http://www.pompiersdefrance.org/). On signalera aussi l'existence de l'Institut des Hautes Etudes de la Sécurité Intérieure (http://www.interieur.gouv.fr/ihesi/ihesi.htm)

Mais en fait, ce sont les principales administrations qui sont concernées par les risques majeurs, à commencer par les préfectures. Le système associe l'Etat, les collectivités locales et les représentants de la société civile, notamment les entreprises à risques. Le maire et le préfet sont compétents en premier ressort, si le sinistre n'excède pas le département. Au-delà c'est la zone de défense, sous la responsabilité du préfet de zone. Il existe 7 zones de défense en France, et 5 concernant l'outre-mer. Au plan national enfin, c'est le ministère de l'Intérieur, avec la DFSC qui prend la main, assisté si besoin est du Cogic, Centre opérationnel de gestion interministérielle des crises.

Une journée nationale de la sécurité civile a été organisée le 20 octobre 2001 http://www.interieur.gouv.fr/ddsc/journee.htm. Elle a permis de faire le point sur les divers dispositifs, en révélant de nombreux dysfonctionnements, une trop grande diversité et une mauvaise coordination des organismes, un manque de moyens modernes et finalement une mauvaise préparation à la gestion des nouveaux risques. Un projet de loi est en préparation pour remédier à ces difficultés. Nous ne débattrons pas de ces questions d'actualité dans le présent dossier.

Le projet de Poste de commandement opérationnel

Notre dossier se propose de revenir au terrain, en présentant un modèle de Poste de commandement opérationnel de circonscription (préfecture de département ou préfecture de zone de défense) doté des technologies les plus avancées du moment pour la prévention des risques et l'organisation des secours.

Il s'appuie sur la double expériences de ses auteurs :

Ajoutons que Jean-Paul Baquiast, par l'intermédiaire de M. Massué, secrétaire exécutif de l'Accord intergouvernemental partiel ouvert appelé "Accord EUR-OPA Risques Majeurs" du Conseil de l'Europe en mars 1987, a pu suivre l'exercice de décembre 1998 associant 4 pays dans le cadre du programme Edrim de communication et d'information pour la gestion des risques majeurs (plate-forme d'échange d'informations électroniques mise en place entre les Directions de la Protection civile d'Espagne à Madrid, du Portugal à Lisbonne, de Grèce à Athènes, de la France à Asnières et dans les locaux du Secrétariat Exécutif de l'Accord EUR-OPA Risques Majeurs du Conseil de l'Europe à Strasbourg.

Le dossier trouve particulièrement sa place dans nos deux revues, Admiroutes consacrée à la modernisation des informations par les technologies de l'information et Automates-Intelligents, consacrée à l'Intelligence Artificielle et à la robotique.


On trouvera également ci-dessous les références du projet EUR-OPA Risques majeurs:

Retour au sommaire