logo admiroutes Les automates intelligents
robotique, vie artificielle, réalité virtuelle


information, réflexion, discussion
logo automate © Anne Bedel
Jean-Paul Baquiast Jean-Paul.Baquiast@wanadoo.fr
Christophe Jacquemin christophe.jacquemin@admiroutes.asso.fr

24
Retour au sommaire
 
Actualités

Des microprocesseurs bientôt greffés sur les humains ?
CJ 23/12/01

VeryChip : taille 12 mm sur 2,1 mm © Applied Digital SolutionsApplied Digital Solutions (ADS), compagnie américaine basée en Floride, espère obtenir d'ici 6 mois l'autorisation de la Food and Drug Administration (FDA) pour l'implantation sous-cutanée de ses microprocesseurs VeriChip™ chez des humains. Marché visé : les personnes dotées d'organes ou de membres artificiels. Ces puces contenant des informations médicales personnalisées pourraient s'avérer d'un grand secours, par exemple aux médecins ou chirurgiens ayant à traiter en urgence des patients trouvés sans connaissance : le code-barre qui sauve, en quelque sorte...
ADS a déjà les autorisations de la Federal Communications Commission pour ses puces qui utilisent des fréquences radio. Rappelons qu'elle commercialise déjà des systèmes destinées à la surveillance du bétail. Elle fabrique également des bracelets permettant la localisation par GPS, par leurs proches, des personnes souffrant de la maladie d'Alzheimer.

A quand la greffe de ma carte Vitale dans mon bras gauche ?

Pour en savoir plus :
Communiqué de presse d'ADS du 19/12/2001 http://www.adsx.com/ADSX/CDA/News/news_index/12192001.html et http://www.adsx.com/VeriChip/verichip.html


Des mèmes tueurs
JPB 21/12/01

Une chroniqueuse de France-Inter, ce jour 21 à 7h20, nous a rapporté les résultats d'une étude américaine portant sur l'autosuggestion. Elle n'a pas cité ses sources, ce qui m'empêche de les indiquer ici. Ceci dit, il paraîtrait que le 4 du mois, chiffre de mauvais présage en Chine, analogue au 13 chez nous, les Chinois meurent beaucoup plus que les autres jours. On en tire des conséquences relatives à l'influence du psychisme sur le physique. On pourrait y voir aussi l'influence de mèmes tueurs. De tels mèmes, dira-t-on, ne sont pas très efficaces en matière de reproduction, puisqu'ils font disparaître le sujet qui les héberge - un peu comme font les virus de maladies mortelles - Mais ce faisant, ils impressionnent suffisamment les autres personnes pour se reproduire et proliférer. La superstition est en effet loin de se limiter aux victimes qu'elle peut faire. Elle touche un peu tout le monde.


L'homme transformé, ça se discute sur France 2
JPB 20/12/01

Lors de l'émission de France 2 "ça se discute", Jean Luc Delarue, assisté de Joël de Rosnay, a présenté différentes prothèses et interventions chirurgicales ayant amélioré la situation de patients présents sur le plateau. De nombreux sujets ont été évoqués : le bras myoélectrique et la canne blanche, l'implant cochléaire et le coeur artificiel, la maladie de Parkinson et le dopage. L'avantage de telles émissions est qu'elle nous met en présence des personnes physiques directement concernées, qui peuvent parler librement de leurs réactions face à la technique. On apprend ainsi que les implants cochléaires sont au début difficilement supportables par ceux qui en sont dotés, du fait des agressions sonores permanentes qu'ils imposent. Ni les expositions, comme celle de la Villette dont ces cas ont été extraits, ni l'Internet, ne peuvent le faire aussi bien. On lira aussi sur le site de l'émission, tant que celui-ci restera en ligne, une longue et intéressante intervention de Joël de Rosnay. Nous y reviendrons en détail dans un prochain article.

Pour en savoir plus :
Le site de l'émission : http://www.casediscute.com/2001/110_cyberborg/dossier/index.shtml
L'intervention de Joël de Rosnay : http://www.casediscute.com/2001/110_cyberborg/invites/specialiste_01.shtml
Le site de l'exposition "l'Homme transformé" de la Cité des sciences et de l'industrie : http://www.cite-sciences.fr/francais/ala_cite/expo/tempo/defis/homtrans/index.htm


US-GPS versus EuroGaliléo
JPB
20/12/01

Global satellite navigation system © ESAOn sait que le GPS ou système de localisation mondial par satellites est devenu indispensable à d'innombrables activités et services. Mais il demeure sous la dépendance des autorités américaines. On image mal que celle-ci, sauf circonstances exceptionnelles, décide d'en restreindre l'accès aux intérêts non-américains, voire de le rendre payant. Certains pays européens, cependant, ont décidé de mettre en place un système européen propre, Galiléo (qui devrait d'ailleurs être payant), visant à être opérationnel vers 2008/2010 - ce qui n'est pas pour bientôt malheureusement. 100.000 emplois seraient crées. Or ce projet déplait à nos amis américains, qui multiplient, directement et via l'OTAN, les pressions indécentes pour que nous abandonnions ce projet. Ils donnent des arguments techniques (risques d'interférence) qui selon les spécialistes n'ont aucun caractère sérieux. En fait ils veulent conserver leur monopole et leur domination dans ce secteur vital. La France réagit, les autres pays européens plus mollement. Mais qu'en résultera-t-il ? Dans la meilleure des hypothèses, de nouveaux retards et délais. Dans la pire, une déculottée qui serait de bien mauvais pronostic quant à l'autonomie de décision technologique de l'Europe.

Pour en savoir plus :
Sur ce sujet on pourra consulter les sites du Cnes http://www.cnes.fr/ et de l'Agence Spatiale Européenne http://www.esa.int/export/esaCP/index.html


Factorisation du nombre 15 par ordinateur quantique
CJ 19/12/01

Nature : 20 au 27 décembre 2001Des scientifiques californiens du centre de Recherche Almaden d'IBM et de l'Université de Stanford on réussi la mise en facteur du nombre 15 - par l'algorithme de Peter Shor - à l'aide d'un ordinateur quantique. Présentés dans la Revue Nature du 19 décembre 2001, ces travaux ont consisté à synthétiser virtuellement une molécule constituée de sept atomes dont les états quantiques des spins (ou qubit) ont pu être contrôlés par pulsations de fréquence radio, et mesurés par imagerie par résonance magnétique. Un premier résultat confirmant l'importance que cette technologie pourrait avoir dans l'avenir, notamment pour la cryptologie, domaine faisant largement appel aux méthodes de factorisation.

Pour en savoir plus :
Nature n°414, pages 883–887 :"Experimental realization of Shor's quantum factoring algorithm using nuclear magnetic resonance", par Lievent M.K. Vandersypen, Matthias Steffen, Gregory Breyta, Costantino S. Yannoni, Mark Sherwood & Issaac L. Chuang.
Abstract: http://www.nature.com/cgi-taf/DynaPage.taf?file=/nature/journal/v414/n6866/abs/414883a_fs.html
NMR Quantum Computing : http://www.almaden.ibm.com/st/projects/quantum/nmr/
The Stanford-Berkeley-MIT-IBM NMR Quantum Computation project : http://feynman.media.mit.edu/quanta/nmrqc-darpa/index.html


Les jouets : génétique ou mémétique?
JPB 18/12/01

On entend dire, de façon récurrente à Noël, que les fabricants de jouets, et ceux qui les offrent, se comportent comme s'ils croyaient au gène de la ménagère, chez la petite fille, et au gène de l'ingénieur ou du guerrier chez le petit garçon. Mais les jouets, poupées, ustensiles de cuisines, boîtes de construction ou panoplies militaires, sont en fait des mèmes qui tentent leur chance dans le monde de l'enfance. Or il se trouve effectivement que les petites filles et petits garçons sont pour des raisons de mimétisme culturel, plus incités à imiter le parent de leur sexe que celui de l'autre sexe. Il se trouve aussi que les mères font plus souvent devant leurs enfants des tâches ménagères que des tâches intellectuelles, malheureusement pour elles. Le mème du comportement ménager contamine donc plus facilement la petite fille que le petit garçon. Les gènes n'ont, a priori, rien à y voir - à moins de supposer, comme les sociobiologistes purs et durs, que la spécialisation de la femme dans les tâches domestiques ait été vitale pour la survie des sociétés humaines primitives, et ait fini par s'inscrire dans certains gènes (conditionnement épigénétique).


Le développement des Ad hoc Networks
JPB 17/12/01

Il est intéressant de noter le développement foisonnant des réseaux très hauts débits en boucle locale radio à courte distance dits WiFi ou Ad hoc Networks. Ceux-ci répondent à la norme 802.11b. Ils peuvent être installés de proche en proche en utilisant de petites antennes implantables partout (en principe). De tels réseaux court-circuiteront ceux des opérateurs, pour des coûts infiniment réduits. Mais leur installation et leur mise en oeuvre supposent des utilisateurs avertis, organisés en communautés militantes (sauf quand ces réseaux sont déployés par les militaires sur le champ de bataille). Les serveurs sont protégés par des pare-feux encryptables.

Pour en savoir plus :
Article de Gerry Blackwell dans ISP-Planet http://isp-planet.com/fixed_wireless/business/2001/mobilestar.html et http://www.isp-planet.com/fixed_wireless/business/2001/wifi_freenets.html


Conjugaison de l'IRMf et de l'électrophysiologie pour l'observation du cerveau de l'animal
JPB 17/12/01

Imagerie fonctionnelle par résonance magnétique montrant des cellules du cerveau recevant et traitant des signaux électriques © Logothetis Olivier Blond, journaliste scientifique à La Recherche, nous apprend dans le numéro 348 de cette revue, p. 20, qu'une équipe allemande de l'Institut Max Plank pour la biologie cybernétique de Tübingen, sous la direction de Nikos Logothetis, est parvenu à conjuguer l'imagerie fonctionnelle par résonance magnétique IRMf et l'observation plus classique de l'électrophysiologie par implantation d'électrode, pour l'étude de l'activité des neurones chez le macaque.
Ceci représente un double exploit technique: développer un appareillage d'IRM adapté à l'animal et faire en sorte que le fonctionnement de celui-ci ne perturbe pas le recueil des courants cellulaires très sensibles aux forts flux magnétiques. On mesure les perspectives offertes pour la compréhension du fonctionnement du cerveau chez l'animal où, jusqu'à présent, seules les électrodes implantées permettaient de recueillir des informations.

Par ailleurs, le double système d'observation permet de mieux identifier le lien entre l'augmentation du débit sanguin et l'activité neuronale: l'IRM montre les neurones produisant de l'activité électrique. Des conséquences applicables à l'interprétation des résultats de l'IRMf chez l'homme pourront en être tirées, alors que chez ce dernier, et pour des raisons éthiques évidentes, l'exploration par électrode n'est pas acceptée,

Pourquoi ne pas imaginer par ailleurs que la meilleure compréhension du fonctionnement profond des cerveaux animaux (à quand l'IRM chez l'oiseau, par exemple?) ne facilitera pas les travaux des chercheurs en vie artificielle, en leur fournissant des modèles de référence plus explicites?

Pour en savoir plus :
Page personnelle de Nikos Logothetis : http://www.kyb.tuebingen.mpg.de/lo/people/nikos/
Article de Philip Ball dans Nature : http://www.nature.com/nsu/010712/010712-13.html
L'article de Olivier Blond : http://www.larecherche.fr/data/348/03480201.html


Un portail européen pour les sciences de la vie
AB 14/12/01

Logo E-BioSciE-BioSci (http://www.e-biosci.org) est un nouveau service pour l'information scientifique apparu sur internet à l'initiative de l'EMBO (European Molecular Biology Organization, Heidelberg à http://www.embo.org). Soutenu par la commission européenne, ce service souhaite proposer de nouvelles formes de navigation dans la masse croissante d'information scientifique (articles, mais aussi matériel multimédia).

E-BioSci fédère sept partenaires européens dont le CINES (Centre informatique national de l'éducation supérieure de Montpellier : http://www.cines.fr), l'INIST (Institut national pour l'information scientifique et technique de Vandoeuvre-les-Nancy, http://services.inist.fr) et le DIMDI  (Institut allemand pour l'information et la documentation médicale de Cologne, http://www.dimdi.de).

Pourquoi ne pas étudier quelque chose d'analogue pour la robotique et l'IA?


Décès de Maurice Gross
Faire-part de l'Université Paris VII 13/12/01

L'université, et en particulier ses membres de l'UFR d'informatique et de l'UFR de Linguistique, a la douleur de faire part de la disparition de Maurice Gross qui a été longtemps un des siens.

Après sa sortie de l'Ecole polytechnique (promo 55), M.Gross travaille en traduction automatique, mais les modèles de l'époque ne le satisfont pas. En 1961 au MIT, il découvre le travail de N. Chomsky et M.P. Schutzenberger. De retour en France, il entre au Laboratoire de Calcul CNRS Blaise-Pascal et travaille avec Schutzenberger et ses collègues sur les grammaires formelles. Ils publient le fameux "Gross et Lentin" (Notion sur les grammaires formelles, 1967) qui fait toujours référence.

Invité par Z. Harris à Philadelphie, il se lance à fond dans l'écriture de grammaires pour le français et l'anglais en mettant l'accent sur les faits empiriques de langue. Il soutient ses deux thèses en France et participe à la création du Centre de Linguistique à l'Université de Vincennes, notamment avec N. Ruwet (décédé deux semaines avant M. Gross).

Devenu professeur au Département d'Informatique de Paris 7, il crée le Laboratoire Automatique Documentaire (LADL-CNRS) qui, sous sa direction, devient vite un centre de référence en linguistique informatique. La réputation internationale du LADL contribue largement à celle de l'Université Paris 7, elle-même. Maurice Gross s'éloigne du cadre de la linguistique générative pour se consacrer à une description systématique et minutieuse des phrases simples du français. Ainsi naissent le lexique-grammaire et les dictionnaires électroniques du français que les chercheurs et industriels s'arrachent.

Bien que linguiste avant tout, il ne s'éloigne pas de l'informatique. Il est à l'origine du DESS "Logiciels fondamentaux" et travaille avec D. Perrin sur l'utilisation des automates pour l'analyse syntaxique du français et d'autres langues (en particulier pour les langues romanes sur lesquelles un nombre important de chercheurs travaillent avec les méthodes de Gross).

M. Gross a écrit un grand nombre de livres (dont le célèbre "Méthodes en Syntaxe" en 1975). Le nombre d'étudiants qu'il a formés est des plus impressionnants et ils ressentent la disparition de leur maître comme une perte irréparable. Celui-ci savait en effet allier l'exigence intellectuelle et l'amitié chaleureuse et fidèle.

C'est un grand scientifique et un ami au caractère généreux que la communauté universitaire internationale vient de perdre.

Le Président de l’université Paris 7 – Denis Diderot
Michel Delamar


Adoption du 6ème PCRD
CJ 11/12/01

Les quinze ministres de la Recherche de l'Union Européenne ont adopté le 6ème Programme-cadre de recherche et de développement (PCRD) pour la période 2003-2006, lors du Conseil Recherche de Bruxelles du 10 décembre 2001. Par rapport au précédent, hors inflation, le budget du 6ème PCRD est en progression de 8,02% (16,27 milliards d'euros pour la recherche communautaire et 1,23 milliards d'euros pour la recherche nucléaire au travers d'Euratom).
Il prévoit notamment de focaliser la recherche européenne sur 7 thématiques prioritaires :
- génomique et les biotechnologies pour la santé : 2,2 milliards d'euros ;
- technologies pour la société de l'information : 3,6 milliards d'euros ;
- nanotechnologies et les neurosciences : 1,3 milliards d'euros ;
- aéronautique et espace : 1, 075 milliards d'euros ;
- qualité et sûreté alimentaire : 685 millions d'euros ;
- développement durable, changement planétaire et écosystèmes : 2,1 milliards d'euros
- Citoyens et gouvernance dans une société fondée sur la connaissance (sciences humaines et sociales) : 225 millions d'euros

3,985 milliards d'euros de crédits seront également consacrés à la structuration et au renforcement de l'espace européen de la recherche.
L'adoption définitive de ce 6ème PCRD doit intervenir au printemps 2002, après examen par le Parlement européen.

Pour en savoir plus :
Communiqué du ministère de la Recherche français : http://www.recherche.gouv.fr/discours/2001/6pcrd.htm


Premier pontage coronarien réalisé "à coeur battant" par un robot
CJ 9/12/01

Le robot Da VinciPour la première fois en France, une femme de 40 ans a subi un pontage coronarien le 22 novembre dernier grâce à une chirurgie totalement robotisée. L'opération s'est déroulée à coeur battant, c'est-à-dire sans circulation extracorporelle, par voie endoscopique (sans ouverture du thorax). Annoncée par le CHU de Nancy-Brabois, cette première menée sous la direction du professeur Jean-Pierre Villemot, chef du département de chirurgie cardiovasculaire, a été effectuée grâce au robot Da Vinci fabriqué par la firme américaine Intuitive Surgical.
Après avoir percé de petits trous sur le thorax, dans la région du coeur, les chirurgiens y ont inséré des tiges creuses d'environ un centimètre de diamètre dans lesquelles ont été glissés des instruments de microchirurgie et une microcaméra. Assis à deux mètres de la table d'opération, Jean-Pierre Villemot - spécialiste mondial de la transplantation cardiaque-  a pu opérer par l'intermédiaire d'un moniteur donnant une vision 3D de l'intérieur du corps et de manettes connectées aux instruments microchirurgicaux placés dans le corps de la patiente. L'intervention terminée -le pontage consistant en la dérivation et la connexion d'un nouveau vaisseau entre l'aorte et l'artère coronaire-, il a suffi ensuite de retirer les instruments et de recoudre les minuscules incisions, qui n'ont laissé presque aucune trace.

Seuls quelques hôpitaux en France disposent aujourd'hui du robot Da Vinci : le CHU de Nancy, l'hôpital Henri-Mondor à Créteil, l'Institut mutualiste Montsouris (urologie) et l'hôpital Georges-Pompidou (cardiologie) à Paris. Son coût explique cela : 1,22 millions d'euros, auquel il faut rajouter le coût de l'installation technique de la salle d'opération et la maintenance générale (soit quelque 0,55 millions d'euro)

Pour en savoir plus :
Intuitive Surgical - Robot Da Vinci : http://www.intuitivesurgical.com/html/davinci.html


Des piles nickel-zinc qui durent cinq fois plus longtemps
CJ 7/12/01
 
Toshiba Battery (http://www.tbcl.co.jp/tb_e/frmain_e.htm), filiale de Toshiba, a développé la première batterie primaire nickel-zinc au monde d'une durée de vie 5 fois plus élevée que celle des batteries alcalines standard et présentant une meilleure résistance aux basses températures.
Un modèle de taille LR6 (AA) portant le nom de "GigaEnergy" devrait être commercialisé à partir de mars prochain au Japon, pour un coût moitié supérieur à celui d'une pile alcaline conventionnelle.
De quoi ravir notamment les utilisateurs de microrobots fonctionnant avec des piles LR6.


Un observatoire européen virtuel
CJ 06/12/01

Logo AVO Un observatoire astrophysique virtuel qui collectera les informations enregistrées par tous les observatoires européens est à l'étude. Lancé par la Commission européenne, avec pour maître d'oeuvre l'European Southern Observatory (ESO), ce projet européen "nouvelle manière de voir et de penser l'astronomie" va nécessiter trois années d'étude et de mise au point.
Si l'ensemble des informations recueillies par les différents observatoires européens existent dans diverses bases de données, l'accès en ligne à ces informations n'est pas toujours aisée, du fait même de leur éparpillement. Via Internet, l'Astrophysical Virtual Observatory (AVO) mettra toutes les données à disposition des astronomes, en recourant à des moteurs de recherche sophistiqués et des outils d'analyse rapides et simples à utiliser. Il sera ainsi possible d'afficher sur écran toutes les images obtenues d'un astre particulier ou d'une région du ciel particulière et cela pour tout le domaine électromagnétique accessible (X, IR , visible, UV, radio etc...). Des logiciels permettront de naviguer à travers ces images numériques.
Les États-Unis développent aujourd'hui un observatoire identique, le National Virtual Observatory (NVO). A terme, un rapprochement de l'AVO et du NVO permettrait de constituer un gigantesque observatoire virtuel global.

Pour en savoir plus :
Astrophysical virtual observatory : http://www.eso.org/projects/avo
Communiqué de presse de l'ESO : http://www.eso.org/outreach/press-rel/pr-2001/pr-26-01.html
National Virtual Observatory (NVO): http://www.us-vo.org/


Des implants cérébraux pour aider les paralysés à communiquer
CJ 06/12/01

Krishna ShenoyLors du congrès annuel de la société américaine des neurosciences tenu fin novembre dernier à San Diego, des chercheurs du département d'ingénierie électrique et du programme Neurosciences de l’université de Stanford ont présenté des résultats prometteurs sur l’utilisation d’un implant cérébral permettant à des singes de déplacer à distance un curseur sur l’écran d’un ordinateur par la seule volonté.
Pour réaliser ces travaux, les chercheurs se sont tout d'abord intéressés aux régions du cerveau impliquées dans la planification des mouvements. Implantant des électrodes dans la région pariétale du cerveau des animaux, ils se sont aperçus que les singes pouvaient mimer les mouvements des bras avec un curseur. "Cette étude, qui est une première, montre que les cellules responsables de la planification du mouvement peuvent contrôler une prothèse», a expliqué Krishna Shenoy, directeur de l'équipe. Une étude fonctionnelle a ensuite été réalisée : le singe a été entraîné à atteindre la droite ou la gauche d’un écran d’ordinateur selon un signal lumineux qui apparaissait brièvement quelques secondes auparavant. Durant l’intervalle entre l’apparition du signal et le mouvement du singe, les cellules de la région pariétale étaient très actives. Des électrodes implantées dans cette région ont ainsi transmise un signal à une console électronique déterminant la droite et la gauche du mouvement planifié. Les signaux ainsi interprétés ont provoqué le mouvement automatique du curseur dans la bonne direction. Cet appareillage étant muni d’une seule électrode, le système a été limité à deux informations volontaires : aller à droite ou à gauche. «Un système plus sophistiqué pourrait calculer exactement l’endroit et le moment de la décision de mouvement du singe», a déclaré Shenoy.
Dans l'avenir, ce système pourrait aider les personnes paralysées à communiquer en épelant les mots sur un clavier virtuel.

Pour en savoir plus :
Page d'accueil Krishna Shenoy : http://www.vis.caltech.edu/~kvshenoy/, ainsi que "Toward Prosthetic Systems Controlled by Parietal cortex" : http://www.erc.caltech.edu/Research/Reports/shenoy1full.html
Rappelons aussi notre article de décembre 2000: "Les mouvements d'un robot commandés par le cerveau d'un singe"  http://www.automatesintelligents.com/labo/2000/dec/singe.html


Retour au sommaire