logo admiroutes Les automates intelligents
robotique, vie artificielle, réalité virtuelle


information, réflexion, discussion

logo automate © Anne Bedel
Jean-Paul Baquiast Jean-Paul.Baquiast@wanadoo.fr
Christophe Jacquemin christophe.jacquemin@admiroutes.asso.fr


No  7 - Février-Mars 2001
Retour au sommaire
 
L'actualité à ne pas manquer
 

 Hal : une machine qui apprend le langage humain
CJ - 03 mars

© http://www.a-i.com/ C'est un élève très doué qui berne les expert. Il est très jeune et s'appelle  Hal (ses parents sont  certainement des fans du film 2001 : L'odyssée  de l'espace). Il progresse très vite : il a déjà les capacités langagières  d’un bambin de 15 mois et pourrait bientôt atteindre celles d’un  enfant de 5 ans. Hal : drôle de nom pour un humain, mais pas pour  une machine.
Développé par Jason Hutchens, directeur scientifique de la société Artificial Intelligence Enterprises basée à Tel Aviv (Israël), Hal est doté d'un ensemble d'algorithmes d'apprentissage. Très attentif, il prend connaissance des histoires d'enfant que tape Jason, son "tuteur", sur le clavier. Hal répond ensuite aux questions que lui pose son "tuteur". Si il répond bien, il est "félicité". Si il répond mal, on le lui fait aussi savoir, ce qui revient à optimiser sans cesse les algorithmes de l'élève. En fait, lLa motivation de Hal est un besoin programmé de renforcement positif de la part de son tuteur.
Pour l'instant, les capacités de Hal sont limitées à des phrases simples de quelques mots, du style de celles que prononcerait un tout petit bambin. Si on lui demande par exemple quel jeu il veut jouer avec vous dans le parc, il répondra "balle, maman". Mais ce qui est fondamental ici, c'est qu'on ne dit pas pas à Hal comment apprendre à parler. Il le découvre par lui-même. "Et ce qui doit être souligné, c'est que nous ne savons pas comment il fait cela", confie Jason Hutchens.

En savoir plus :
- Voir New-scientist du 3 mars 2001 : http://www.newscientist.com/dailynews/news.jsp?id=ns9999472
- sur Jason Hutchens : http://www.amristar.com.au/~hutch/

Contact : hutch@tmbg.org
PO Box 2499, Savyon 56430, ISRAEL


 Mort de Claude Shannon
JPB 03/03/01

Claude Shannon

Le mathématicien et informaticien américain Claude Elwood Shannon est décédé le 25 février 2001 à l'âge de 84 ans, des suites de la maladie d'Alzheimer. Il est connu de tous les spécialistes de l'information par son principal ouvrage Théorie mathématique de la communication, publié en 1948. Sa thèse de 1938 avait déjà posé les bases de l'application de l'algèbre de Boole et de la numération binaire aux relais et commutateurs de téléphone. Tous les développements ultérieurs des ordinateurs numériques en ont découlé. Claude Shannon est aussi un des pères de l'intelligence artificielle "première manière". Il a proposé notamment des algorithmes  pour la réalisation de machines à jouer aux échecs. C'est un grand cerveau qui disparait, malheureusement dans les pires conditions.
Pour en savoir plus:  
Biographie: http://www.kerryr.net/pioneers/shannon.htm
Biographie et liens associés http://www.digitalcentury.com/encyclo/update/shannon.html
Claude Shannon. Collected papers http://www.research.att.com/~njas/doc/shannon.html


 Cerveaux de souris avec neurones humains
JPB 02/03/01

La société StemCells, l'Institut Salk et le professeur Irving Weismann, de Stanford, annoncent avoir réussi à créer des souris dont une partie du cerveau comporte des cellules issues d'embryons humains. Ces cellules dont la plastiiicité est extrème ont pu s'adapter à l'environnement cérébral de la souris et semblent fonctionner normalement en ce sein. Précision importante à donner aux inquiets: il ne parait pas possible de recréer pour autant un cerveau humain dans l'encéphale d'une souris.
Pour en savoir plus
- sur les cellules embryonnaires dites Stem cells (cellules ayant la possibilité de se diviser indéfiniment en culture et pouvant donner naissance à des cellules spécialisées): une note du National Institutes of Health, mai 2000  http://www.nih.gov/news/stemcell/primer.htm 
- StemCells Inc. Site web http://www.cyto.com/index2.html
- Salk Institute for Biological Studies http://www.salk.edu/
- Pr Weissman http://stanfordwho.stanford.edu/lookup?search=weissman&submit=Search&key=DS539W272


 Lancement d'une Action Concertée Incitative "Globalisation des ressources informatiques et des données"
CJ - 28 février

Le ministre de la recherche Roger-Gérard Schwartzenberg a annoncé ce 28 février le lancement de l'action concertée incitative (ACI) "Globalisation des ressources informatiques et des données". Dotée de 15 MF en 2001 et fonctionnant sous la forme d'appels à propositions, cette action vise à développer la recherche fondamentale sur les méga-bases de données et les moyens de calculs répartis entre les différents centres de calcul nationaux et internationaux.
Le ministre entend  ainsi "sensibiliser de nouvelles équipes à la nouvelle problématique de "globalisation des ressources"; conforter des groupes déjà actifs, rassembler informaticiens et utilisateurs de ces nouvelles technologies et enfin donner aux équipes françaises les moyens de se placer au meilleur niveau au sein d'une compétition internationale dynamique et ouverte. "

En savoir plus :
Communiqué de presse du ministère de la Recherche: http://www.recherche.gouv.fr/discours/2001/global.htm
Discours du ministre : http://www.recherche.gouv.fr/discours/2001/dglobal.htm


 De vrais muscles pour un robot poisson
CJ - 21 février

© http://www-personal.umich.edu/~bobden/biomechatronic_devices.htmlUn robot poisson qui se déplace grâce à de véritables muscles ? C'est possible.
En tous cas, le groupe de Biomécatronique du Massachusetts Institute of Technology (MIT) l'a fait...
Le principe : des muscles de grenouilles, disposés de chaque côté du poisson et baignant dans une solution de glucose, se contractent sous l'effet d'impulsions électriques contrôlées par un microprocesseur, activant ainsi une queue flexible.
L'énergie est fournie au microprocesseur par deux piles au lithium.

En savoir plus :
voir  la rubrique : du côté des labos


 Lancement du réseau pour la recherche et l'innovation en audiovisuel et multimédia (RIAM)
CJ - 20 février

Catherine Tasca, Ministre de la Culture et de la Communication, Roger-Gérard Schwartzenberg, Ministre de la Recherche et Christian Pierret, Secrétaire d'Etat à l'Industrie ont lancé le mardi 20 février le réseau RIAM, réseau pour la recherche et l'innovation en audiovisuel et multimédia.
Ce réseau a pour objectif de favoriser les partenariats entre les laboratoires de recherche et les entreprises et de constituer un dispositif efficace d'aide financière pour le développement de technologies et de services dans ce secteur, sur la base des premiers acquis du programme PRIAMM (Programme de recherche et d'Innovation pour l'Audiovisuel et le Multimédia).
Parmi le périmètre d'investigation du réseau, notons le domaine des outils de recherche et de navigation dans des bases de données de grande dimension, avec des thèmes comme l'indexation automatique, le codage et compression des images, les langages hypermedia (intégration textes-images-sons), les comportements intelligents dans l'interface homme-machine. "Construire des interfaces naturelles entre l'homme et la machine, pour les transformer en partenaires qui collaborent à la résolution d’un problème, apparaît comme un enjeu majeur nécessitant une connaissance profonde des mécanismes humains", a notamment rappelé le ministre de la recherche, lors de son discours. "Les recherches technologiques ne vont plus sans l'étude des usages des technologies qu'elles engendrent, et les sciences humaines et sociales doivent avoir leur place dans cet effort de recherche. Ergonomie, sciences cognitives, anthropologie interviennent à présent pour réaliser des systèmesqui soient conviviaux, faciles et agréables à utiliser, transparents pour l'utilisateur".

Source :
Communiqué de presse du ministère de la recherche : http://www.recherche.gouv.fr/discours/2001/riam.htm
Voir aussi : http://www.cnc.fr/riam/


 Joaquin Fuster, lauréat du prix de la Fondation Fyssen
CJ - 19 février

Joaquin Fuster, professeur à l'Institut neuropsychiatrique de l'université  de Californie (UCLA), vient de se voir décerner le prix international de la Fondation Fyssen pour ses recherches sur "l'intentionalité et la planification de l'action" basées sur l'électrophysiologie du cortex.frontal du cerveau.
Rappelons que ce scientifique a par ailleurs démontré que, contrairement à ce que l'on pensait, aucune zone cérébrale n'est spécifiquement dédiée à un type particulier de mémoire, mais que des réseaux interconnectés de neurones relient diverses régions pour la construire.
Le lauréat recevra son prix le 6 avril à Paris.

En savoir plus : http://www.phil.vt.edu/ASSC/vogeley/fuster1.html


 Identification d'un processus de récupération de fonctions cognitives chez des patients ayant perdu la capacité du langage après un accident vasculaire cérébral
CJ - 18/2/2001

Logo Congrès annuel de l'American Association for the Advancement of ScienceLe cerveau peut récupérer une fonction cognitive manquante, suite à une lésion survenue après un accident vasculaire Cerveau,vu par IRM © CNRS - A.Gaucher & P. Nettercérébral (AVC), en mettant à contribution une autre région du cortex: c'est ce que vient de montrer Keith Tulhborn, directeur du département d'IRM fonctionnelle à l'Université d'Illinois de Chicago lors d'une conférence* donnée à San Fransisco le18 février 2001 dans le cadre de la session "Brain, Mind, and Behavior - Reprogramming the Human Brain After Injury" qui s'est tenue lors du congrès annuel de l'American Association for the Advancement of Science (AAAS), http://www.aaas.org/meetings/2001/6011.00.htm.
L'IRM fonctionnelle d'un patient ayant perdu la capacité du langage après un AVC (lésion dans l'aire de Wernicke, région du cortex gauche contrôlant la compréhension du langage) a en effet montré que son cerveau avait récupéré cette fonction en affectant la compréhension de la parole à une région située du côté opposé à celle-ci. Selon Thulborn, la capacité du cerveau à maintenir une tache cognitive en recrutant des zones du cortex non endommagées peut suggérer que le rétablissement fonctionnel peut se produire même après un AVC important. Un facteur clé dans le temps de rétablissement est de savoir si la matière blanche a été endommagée. Cette matière est constituée de neurones reliant les différentes régions du cortex. Si cette matière blanche est endommagée, des connections vitales nécessaires à l’affectation des fonctions dans une autre région seront perdues. Ceci peut refléter la diminution de la capacité du cerveau à redistribuer la charge cognitive quand laconnectivité par le biais de la matière blanche est perturbée.

* "FMRI Reveals Plasticity of Language and Motor Recovery Following Stroke"
** Imagerie par résonance magnétique (cf : http://www.admiroutes.asso.fr/action/THEME/science/actu/1999/1999nove.htm#maman)

Contact :
Keith Thulborn : kthulbor@uic.edu


 Recherches européennes sur le cerveau : mille milliards de neurones
CJ - 16/2/2001

La Communauté européenne consacre un vaste dossier aux neurosciences, "Mille milliards de neurones", dans son magazine RDT infos n°98.
Au sommaire :

Couverture du magazine RDT infos

On consultera notamment avec intérêt les chapitres "L'imagerie à l'heure des réseaux", et "Cerveau in silico".
Ce dernier explique que les connaissances accumulées sur le fonctionnement du cerveau ont atteint un tel niveau de complexité qu'elles ne peuvent plus être comprises sans le recours à la modélisation informatique du fonctionnement cérébral. L'article fait aussi notamment mention du réseau dirigé par Yves Burnod (INSERM U 483, Paris) qui entend modéliser le contrôle du mouvement par le cortex cérébral et la moelle épinière. L'enjeu est d'élaborer de nouvelles hypothèses sur le contrôle volontaire des mouvements des bras, susceptibles d'applications tant cliniques, pour l'évaluation des troubles du mouvement, que technologiques, par exemple en robotique.

Consultable sur le web : http://europa.eu.int/comm/research/rtdinfo/fr/28/index.html
L'intégralité du magazine est aussi disponible en téléchargement PDF ( 1 Mo, 40 pages)  : http://europa.eu.int/comm/research/rtdinfo/pdf/rtd28_fr.pdf


 Le génome humain entièrement décrypté?
CJ - 15 février

Couverture de Nature du 15 février 2001 © NatureLe Consortium international du projet public de séquençage du génome humain (HGP), qui avait annoncé le 26 juin 2000 l’établissement d’une ébauche de la séquence du génome humain, publie dans la revue Nature du 15 février 2000 une série d’articles analysant ces données: http://www.nature.com/genomics/human/.
"En fait de séquence complète, c'est un inventaire auquel il manque 10 % du génome non décelé," reconnaît Jean Weissenbach, directeur général du Genoscope, le centre national de séquençage en France (...). Il y a eu un débat au sein de la communauté pour savoir l'utilité de gloser sur quelque chose d'incomplet, mais suite à la publication dans Science de Celera genomics, nous avons décidé de communiquer pour ne pas leur laisser le champ libre." (NR: Celera Genomics est un laboratoire privé qui a publié la séquence du génome humain - Voir notamment le numéro de Science du 16 février : http://www.sciencemag.org/genome2001/1304.html)
Cette bataille de communication reflète la rudesse de la course entre le laboratoire privé et la recherche publique. Notons cependant que toutes les séquences brutes cédées par Celera seront mises dans le domaine public et non brevetables.
Selon une analyse comparative publiée dans Science, les séquence proposées par Celera et celles du consortium ont 36% de différence et sont complémentaires. Quoi qu'il en soit, un travail de finition des séquences est nécessaire : selon Nature, "il faudra attendre 2003, pour disposer de la séquence complète et finie".

L'analyse révèle plusieurs surprises :
- le génome de l'homme ne contient qu'environ 30000 gènes, soit un tiers de plus que celui du ver C. elegans (17800) ou un peu plus de la moitié que celui d'une mouche drosophile (13600) ;
- il existe de vastes étendues désertiques, dépourvues de gènes, et qui représentent près d'un quart du génome. Plus d'un tiers du génome contient, par ailleurs, des séquences répétitives ;
- deux individus pris au hasard partagent plus de 99,9% du code génétique : les différences ne portent donc que sur 0,1% du génome.

A savoir : la carte du génome humain rendue publique par le Consortium international HGP est aujourd'hui accessible gratuitement via l'Internet aux chercheurs du monde entier et au public : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/genome/guide/human/.


 Un nouveau supercalculateur pour le CNRS
CJ - 15 février

Le Centre National de la Recherche Scientifique va s'équiper de la dernière génération des supercalculateurs d'IBM, propulsés par des puces PowerC4.
Prévue pour être livrée à l'automne 2001 cette machine, dont l'assemblage sera effectuée à Montpellier, sera la plus puissante installée par IBM en dehors des Etats-Unis. Disposant de 256 processeurs, elle vise une puissance nominale de quelque 1,3 Téraflops (1300 milliards d'opérations à la seconde) et une mémoire globale approchant les 900 gigaoctets. Elle sera basée à l'Institut du Développement et des Ressources en Informatique Scientifique -le centre national de ressources informatiques pour le calcul intensif de haute performance du CNRS- et mise à la disposition de 300 laboratoires.

Source : IBM : http://www.fr.ibm.com/france/actualit/cpresse/cp643.htm


 De plus en plus de robots sur la planète
CJ - 15 février

© http://www.ifr.org/events.htmSelon la Fédération internationale de la robotique (IFR) (étude à paraître http://www.ifr.org/public.htm ; voir aussi http://www.ifr.org/news/news40.htm), l'usage du robot ne cesse d'augmenter dans le monde, son coût de diminuer, son efficacité et ses performances de s'accroître, alors que le coût de la main d'oeuvre est en hausse régulière.
Ainsi, sur l'ensemble de la planète, les commandes de robots industriels ont augmenté de 15% en 2000 par rapport à 1999, plus particulièrement en Asie (+32%) et en Europe (+ 25%). Contrairement à 1999, l'année 2000 aura vu les industries non automobiles augmenter de près de 40% leurs commandes de robots alors que le secteur de l'assemblage automobile n'a accru ses commandes que de 3% et celui des composants de 9%.
En Asie, l'industrie non automobile a augmenté ses commandes de robots de 56% et en Europe de 41%.
Selon la Commission économique des Nations Unies, cette explosion des investissements dans les robots s'explique principalement par la diminution de leur prix (- 44%) entre 1999 et 2000, et par leurs performances générales de très loin supérieures à celle du début des années 90
Autre explication : l'augmentation constante de la main d'oeuvre pendant la période de référence de l'étude : aux USA, par exemple, la rémunération de la main d'oeuvre dans les entreprises a augmenté de 43% entre 1990 et 2000, alors que le prix des robots n'a cessé de diminuer. Ainsi, selon l'étude "chaque année qui passe donne un avantage très net en termes coût/efficacité à l'emploi des robots par rapport aux méthodes plus traditionnelles de production".
"Une tendance qui a toutes les chances de se poursuivre dans les prochaines années", souligne Mike Wilson, président de l'IFR...


 Du plastique qui se cicatrise
CJ - 15 février

Rupture d'une microcapsule et libération d'un agent cicatrisant ©  NatureUne équipe de scientifiques américains dirigée par Scott White* vient de mettre au point un matériau composite capable de s'autoréparer, un peu à la manière de la peau humaine. Le secret : incorporer du dicyclopentadiene (DCPD) dans des microcapsules disséminées au sein du matériau.Ce produit a en effet la propriété de se polymériser en présence d'un catalyseur incorporé dans la matrice du composant : lorsqu'une fissure se produit au sein du composite, les microcapsules situées dans la zone endommagées se rompent et libèrent le DCPD, qui réagit avec le catalyseur et "guérit" ainsi la blessure. Les tests montrent qu'une zone autoréparée récupère 75% de sa solidité originelle. Ceci permet d'envisager, par exemple, la mise au point de nouveau implants chirurgicaux, autoréparables.
Outre des applications dans le secteur de l'aéronautique (fusées, satellites), cette découverte pourrait également s'avérer des plus importantes pour les futurs développements de la microélectronique plastique (voir chronique du 26/4/2000 : Nouvelle ère de l'électronique plastique).
Place maintenant au rêve : verra-t-on un jour des androïdes recouverts d'un tel polymère en guise de peau?

*Directeur du Composites Manufacturing Labs - Department of Aeronautical and Astronautical Engineering, Université d'Illinois (http://ssm7.aae.uiuc.edu/CML/Home.html)

Source :
"Autonomic healing of polymer composites" ; Nature n° 409, pages 794 à 797, par S White, N. Sottos, P. Geubelle, J. Moore, M. Kessler, S. Sriram & E. Brown : http://www.nature.com/cgi-taf/DynaPage.taf?file=/nature/journal/v409/n6822/full/409794a0_fs.html
Contact : swhite@uiuc.edu


 Darwin de nouveau persona grata dans les écoles du Kansas
CJ - 14 février

Charles Robert DarwinLe bureau de l'éducation du Kansas a voté ce 14 février par sept voix contre trois en faveur du rétablissement de l'enseignement de la théorie de Darwin, infligeant ainsi une défaite à la communauté fondamentaliste chrétienne, tenante du créationnisme (théorie fondée sur une interprétation littérale de la Bible quant aux origines du monde). En 1999, cet Etat avait décidé de supprimer de ses programmes scolaires la théorie de l'évolution, programme révisé touchant toutes les classes, de la maternelle... jusqu'à la fin des études secondaires.
Risée totale puisqu'avec les travaux de Darwin, c'est toute la biologie -au sens large- qui y a trouvé le principe directeur expliquant la genèse et l'évolution des structures vivantes ; la neurologie et les sciences de la connaissance les méthodes à partir desquelles analyser l'apparition de l'esprit et de ses créations les plus ambitieuses, sans avoir  pour cela à faire appel à une explication finaliste ou théologique.
Rappelons enfin qu'utilisant la simulation sur ordinateurs,  les sciences et techniques de l'automate et les spécialistes de la vie artificielle s'inspirent aussi de la sélection darwinienne : l'utilisation d'"algorithme évolutionnaires" permet pour le programmateur d'obtenir in fine des individus optimaux pour un problème donné.

A lire : "Le paradigme de l'automate ou le dialogue d'Alain et Bernard" :
- chapitre 2  : Darwinisme et biologie (L'adaptation Darwinienne ; La machine à inventer génétique ; La machine à inventer neuronale) ;
- chapitre 3 : Evolution darwinienne et conscience de soi
Voir aussi : http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2000/3/definition.htm#dar


 Première mondiale : atterrissage de la sonde Near Shoemaker sur l'astéroïde Eros
CJ - 14 février

Vue artistique de l'atterrissage © http://www.jhuapl.edu/Near.htmlTélécommandé par les spécialistes de l'Applied Physics Laboratory* le robot Near Schoemaker s'est posée sur l'astéroïde Eros, le 12 février vers 21 heures (heure de Paris). Un véritable exploit : conçue au départ que pour une mission orbitale, la sonde spatiale américaine s'est posée à seulement 200 mètres de l'endroit ciblé récemment par les scientifiques ! Selon ces derniers, il n'y avait qu'une chance sur 100 de réussir un tel atterrissage dans de bonnes conditions. Rappelons en effet qu'Eros, situé à 316 millions de kilomètres de la Terre, ne mesure que 33 km de long pour 13 de diamètre... Avant l'atterrissage, à 250 mètres d'altitude - La portion de terrain visible alentour est de 12 mètres © http://near.jhuapl.edu/iod/20010214/
Lancée par la Nasa en février 1996, Near (Near Earth Asteroid Rendez-vous) Schoemaker a rejoint Eros quatre année plus tard, orbitant ensuite une année autour de lui et engrangeant quelque 160000 photos (certaines d'une précision métrique) et d'innombrables données sur l'analyse de son sol. Celui-ci recèle la présence de silicates de magnésium, de silicium et d'alumine, tendant à indiquer que ce corps céleste est un reliquat, resté inchangé, de la formation du système solaire à partir de gaz et de poussières.Des millions de mesures altimétriques par laser ont par ailleurs conduit à une modélisation tridimensionnelle de l'astéroïde.

* Laboratoire  américain situé à l'Université Johns Hopkins, située dans le Maryland : http://www.jhuapl.edu/

Source : http://www.jhuapl.edu/public/pr/010212.htm


 Alexis Drogoul, chercheur en intelligence artificielle
CJ - 14 février

Alexis DrogoulA signaler, dans le Monde Interactif du 14 février (http://interactif.lemonde.fr/article/0,5611,2864--146575-0,FF.html), un portrait d'Alexis Drougoul, chercheur en intelligence artificielle au laboratoire d'informatique de Paris VI (LIP 6).Simulation de sociétés animales (projet MANTA) ©  http://www-poleia.lip6.fr
Ce chercheur s'intéresse à l'émergence de structures spatiales, temporelles, comportementales et/ou sociales dans les systèmes multi-agents réactifs. Ses recherches couvrent donc un spectre très large, allant de la simulation de sociétés animales (projet MANTA) jusqu'à la conception de systèmes multi-robots (Microbes), en passant par l'implémentation de systèmes de résolution de problèmes (EPS) et des réflexions sur les méthodologies orientées-agent (Cassiopée).

En savoir plus :
Site d'Alexis Drogoul : http://www-poleia.lip6.fr/~drogoul/Site/index.fr.html


Retour au sommaire