logo admiroutes Les automates intelligents
robotique, vie artificielle, réalité virtuelle


information, réflexion, discussion
logo automate © Anne Bedel
Jean-Paul Baquiast Jean-Paul.Baquiast@wanadoo.fr
Christophe Jacquemin christophe.jacquemin@admiroutes.asso.fr

No  7 - Février-Mars 2001
Retour au sommaire
 
Du côté des labos
De vrais muscles dans un poisson robot
Par christophe Jacquemin - 21 février 2000
 

Si la contraction du muscle sous une impulsion électrique est un phénomène bien connu -Luigi Galvani l'a expérimenté dès 1786 sur une cuisse de grenouille - personne n'avait encore pensé adapter le phénomène à une machine. Toujours à la pointe, les chercheurs du groupe de Biomécatronique du MIT viennent de développer un prototype de poisson robot (biomechatronic fish) qui se déplace grâce à des muscles de grenouille...

Un poisson  robot qui se déplace grâce à de véritables muscles ? Le groupe de Biomécatronique du Massachusetts Institute of Technology (MIT) a encore innové...
Le  principe de fonctionnement est des plus ingénieux : des muscles de grenouilles, disposés de chaque côté du poisson, se contractent sous l'effet d'impulsions électriques contrôlées par un microprocesseur, activant ainsi une queue flexible. Résultat : le robot poisson avance,  à une vitesse maximale de 6 cm/s nageant pour l'instant en surface dans une solution de glucose permettant d'alimenter les muscles en énergie.
 

Schéma du poisson robot
Schéma descriptif du poisson robot
(l'énergie du microprocesseur est fournie par deux piles au lithium)

© http://www-personal.umich.edu/~bobden/biomechatronic_devices.html Avec cette expérience, les chercheurs montrent ainsi que les muscles peuvent agir comme de véritables actuateurs, pratiques et facilement contrôlables.
Le travail n'en est aujourd'hui qu'à ses débuts. Des améliorations du prototype sont d'ores et déjà envisagées avec l'ajout d'un estomac permettant d'alimenter les muscles en glucose.
Les scientifiques expérimentent par ailleurs la culture de muscles capables de survivre plusieurs mois (technologie muscle-muscle-culturing ) : rappelons en effet que, jusqu'à présent, les muscles ne peuvent survivrent que quelques heures hors du corps.
Ce projet du MIT est soutenu par la DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency) du Pentagone, qui souhaite étudier la possibilité d'utiliser de vrais muscles comme moyen de propulsion silencieux pour les robots.   

 

 © Schéma tiré de la conférence : "Robotic Muscle-like Actuator (ROMAC) and Myoelectric Control of Compliance on a ROMAC Protoarm, le 1er mars 2000, par JJ.Grodski - http://www.sainc.com/darpa/exo/presentations/grodski.pdf

 

L'intérêt des militaires tourne aussi autour de la réalisation d'exosquelette, véritable carapace dotant les soldats de capacités augmentées, grâce notamment à l'ajout de muscles qui permettraient au GI's de porter des armes beaucoup plus lourdes, de marcher plus vite, de sauter plus haut... (voir actualité du 06/02/2001 :  "Le programme EHPA : des exosquelettes pour augmenter les capacités du corps humain").


En savoir plus :
Groupe de Biomécatronique du MIT (caractéristiques du robot poisson) : http://www-personal.umich.edu/~bobden/biomechatronic_devices.html
Vidéo montrant le"biomechatronic fisch" en pleine évolution (téléchargement format AVI - 2,8 Mo)
Site Exoskeletons  (DARPA): http://www.darpa.mil/dso/thrust/md/Exoskeletons/index.html


Retour au sommaire