logo admiroutes Les automates intelligents
robotique, vie artificielle, réalité virtuelle


information, réflexion, discussion
logo automate © Anne Bedel
Jean-Paul Baquiast Jean-Paul.Baquiast@wanadoo.fr
Christophe Jacquemin christophe.jacquemin@admiroutes.asso.fr

29
Retour au sommaire
 
Actualités

Le salon Robodex
JPB 03/04/02

Logo Robodex 2002Le dernier salon Robodex, qui vient de se tenir à Yokohama (du 28 au 31 mars 2002) a permis aux industriels Japonais de présenter leurs stratégies et derniers produits en matière de robots de compagnie. L'objectif est désormais de montrer que ces robots, outre danser, chanter, monter la garde, peuvent gagner la confiance des humains. "Le thème de Robodex, ce sont des robots qui coexistent avec les humains", déclarait d'ailleurs Toshi Doi, le chef du laboratoire des "créatures numériques" de Sony et concepteur du cyber-chien Aibo.

Deux des principaux fabricants, Sony et Honda, ont choisi des stratégies opposées. Honda présente à Yokohama la dernière version de son robot humanoïde Asimo, haut de 1m20, dont la vocation à terme est d'accomplir des tâches ménagères. Sony, de son côté, met en exergue le SDR-4X, deux fois plus petit que l'Asimo, capable de danser et de chanter, et voué avant tout à distraire ses propriétaires.

Pour faciliter l'interface avec les humains, les chercheurs insistent désormais sur le physique de leurs créatures. Une apparence humanoïde sympathique y aidera. D'autres au contraire s'orientent vers des apparences animales de plus en plus fidèles. L'institut de recherche ATRII (Advanced Telecommunications Research Institute International) développe le regard, avec le "Robovie III" qui utilise des capteurs photographiques pour établir un contact visuel avec l'interlocuteur.

Ces robots devraient trouver des applications thérapeutiques, pour aider des malades à retrouver telle ou telle fonction de communication ou de sensibilité disparue.

Pour en savoir plus
Robodex2002: http://www.robodex.org/e/whats/


Archeoguide, ou la réalité augmentée au service du tourisme
CJ 03/04/02

Les nombreux touristes se rendant au Jeux Olympiques d'Athènes en 2004 auront peut-être la surprise de voir enfin la frise du fronton du Parthénon in situ. Et pourtant, cette frise est détenue au British Museum par les Anglais qui, à ce qu'on sache, n'ont aucune intention de la restituer à leurs amis grecs.
Temple grec disparu reconstitué in situ en réalité augmentée © http://www.cultivate-int.org/issue1/archeo/Le prodige a pour nom Archeoguide, projet piloté par Intracom -numéro 1 des télécoms et de l'informatique en Grèce- et soutenu par la Commission européenne. Lancé en 1999, il vise le développement de la réalité augmentée au service du tourisme, système qui devrait être proposé aux touristes dans deux ans lors des J.O. Grâce à un dispositif novateur -incluant le port de lunettes très spéciales - le visiteur pourra voir, en place, un site tel qu'il était à l'époque. Le secret : superposer devant les yeux du touriste le réel et une image transmise par ordinateur*. Un tel système permet non seulement de restituer sur site des monuments qui n'existent plus, mais aussi d'afficher toutes informations utiles en surimpression.
On se prend à rêver : à quand la reconstitutions de batailles en direct ?

*Ce qui suppose d'être capable de repérer à chaque instant la position et l'orientation de la tête du visiteur.

Pour en savoir plus
Archeoguide : http://archeoguide.intranet.gr/ ; voir aussi http://www.cultivate-int.org/issue1/archeo/
Contact
Development Programmes Department.- Intracom S.A.- Peania, Grèce : nioa@intranet.gr


Réunion d'information concernant la thématique IST du 6ème PCRD
JPB 2/04/3 (Information reçue par mel de patrick.schouller@inria.fr)

Les représentants au comité de gestion du programme IST (A. Brenac - Ministère de la Recherche, et P. Schouller - Ministère de l'Industrie) vous invitent à participer à la réunion d'information relative à la thématique IST du VIe Programme Cadre de Recherche et Développement.
Depuis décembre 2001, une position commune (Conseil, Parlement, Commission) a été adoptée fixant sept priorités pour ce futur programme (dont une IST
(Ndlr : Technologies pour la société de l'information, thématique dotée de 3,6 milliards d'euros)et proposant deux nouveaux instruments (Grands projets intégrés et réseaux d'excellence) en plus des 6 instruments déjà existants.
La Commission organisera des journées d'information à destination des "multiplicateurs d'information", c'est-à-dire des représentants des différentes communautés intéressées capables de répercuter ensuite l'information. Celle traitant des problématiques IST doit se tenir vers la mi avril a Bruxelles et comptera 5 représentants français.
A l'issue de cette journée de présentation, le ministère de la Recherche organisera l'après-midi du 23 avril 2002 une réunion de "démultiplication des informations" obtenues lors de la journée bruxelloise, avec pour objectif de présenter les opportunités offertes par ce nouveau programme.

Lieu : amphi Poincaré du Ministère de la Recherche, de 14 heures a 17 heures
1 Rue Descartes, 75005 Paris

Pour toute information complémentaire : patrick.schouller@industrie.gouv.fr alain.brenac@technologie.gouv.fr "


Retour sur le structuralisme
JPB 30/03/02

Lors de l'émission Le péricple strucurale, Jean-Claude MilnerRépliques du 30/03/02 sur France Culture, Alain Finkelkraut interrogeait le linguiste Jean-Claude Milner à propos de son dernier ouvrage: "Le Périple structural : Figures et Paradigme", Seuil 2002. Pour la plupart d'entre nous, dont semble-t-il aussi Alain Finkelkraut, le structuralisme est à ranger au magasin des paradigmes ayant perdu toute vertu d'explication scientifique dans le domaine des sciences humaines, ethnologie, sociologie et même linguistique. L'idée qu'il existerait dans les cultures humaines des entités extérieures à l'observateur, dont l'organisation renvoie à des logiques internes fermées sur elles-mêmes, et que ce même observateur pourrait décrire sans les déformer, n'a plus grand sens aujourd'hui. Il y a certainement des structures, mais ce sont des phénomènes évolutifs, déterminés par différentes forces extérieures, comme les gènes ou les mèmes. Elles ne peuvent être observées sans être déformées par l'action  de l'observateur. Enfin, le phénomène -qui caractérise en fait toutes les cultures, animales et humaines- ne saurait être limité aux langages humains et aux formes culturelles de type langagier.

Ceci dit, j'ai bien conscience que cette critique est infiniment trop sommaire. Peut-être les chercheurs en sciences cognitives et en intelligence artificielle auraient-ils intérêt à remonter aux origines du structuralisme. Le livre de Jean-Claude Milner nous paraît une bonne occasion d'un retour critique aux sources du structuralisme. Nous extrayons de la présentation du livre par l'éditeur le paragraphe suivant:
" Le projet de cet essai est fort simple : reprendre les principales figures de ce qu'on a appelé "le structuralisme" ( Saussure, Benveniste, Barthes, Lacan, Jakobson, Althusser, Dumézil) et proposer une présentation synthétique du paradigme où leurs travaux s'inscrivent. Il y a une originalité qui n'a pas toujours été comprise. L'idée centrale : intégrer au domaine de la science galiléenne, originellement liée à la seule nature, des objets censés relever de la culture, sans pour autant qu'ils soient "naturalisés".

Pour en savoir plus
Présentation de Jean-Claude Milner : http://www.editions-verdier.fr/philosophie/auteurs/milner.htm


Des robots insectes sur Mars ?
CJ 03/04/02

Vol d'abeilleComment une machine volante pourrait-elle garder sa stabilité à basse altitude lors d'un survol de la planète Mars, stabilité compromise en raison d'une faible épaisseur de l'atmosphère ? S'inspirant des mécanismes de fonctionnement des yeux et du cerveau des insectes (et particulièrement de l'abeille), les scientifiques australiens de l'université de Canberra semblent avoir résolu ce problème. Ils ont conçu un robot insecte pesant quelque 75 grammes qui, au même titre que les vrais insectes, est capable de conserver un même niveau de vol en basse altitude grâce à la mesure continue de la distribution des utltraviolets et de la lumière verte. La NASA est d'ores et déjà intéressée : de tels engins pourraient explorer le  grand canyon martien Valles Marineris d'ici 2007.

Pour en savoir plus
Research School of Biogical Science  Visual Science Group : http://cvs.anu.edu.au/VSG.html


Les origines animales de la culture
JPB 28/03/02

La culture est-elle strictement l'apanage de l'homme ? Dominique Lestel, éthologue, philosophe, auteur du livre "Les Origines animales de la culture" (Flammarion) a été interrogé, le 28 mars, par Stephane Deligeorges, dans la toujours très intelligente émission Continent Sciences. L'auteur a développé, avec de nombreux exemples, l'argument que la culture telle que celle dont l'homme se flatte de disposer est présente, sous des formes frustes voire différentes, dans de très nombreuses espèces animales. Des formes de langages existent.
Nous sommes ici fermement persuadés de la justesse de cette approche, mais si l'auteur a expliqué que les animaux ne pouvaient être considérés comme des robots, sans doute pensait-il plus particulièrement aux robots non évolutionnaires. Car au contraire, les robots évolutionnaires devraient pouvoir présenter quelques traits les rapprochant de l'animal, notamment quand ces robots évoluent (ou évolueront) en groupe.
La question de savoir par ailleurs si la culture animale relève ou non de l'imitation et donc de la science dite mémétique, n'a pas été évoquée (voir sur ce plan notre fiche de lecture consacrée à Susan Blackmore). Nous reviendrons prochainement sur ces questions, notamment en présentant plus en détail l'ouvrage de Dominique Lestel.

Pour en savoir plus
On regrette de ne pas trouver de site consacré à ce chercheur et à son livre sur le web. Voir cependant un article du Nouvel Observateur : http://www.nouvelobs.com/articles/p1931/a1940.html


Galileo décolle
JPB/CJ 27/03/02

Galiléo © ESAInutile de revenir en détail sur la décision historique le 26 mars à Bruxelles du conseil des ministres des transports des Quinze, donnant le feu vert au lancement de Galileo, projet européen de navigation et de positionnement par satellite destiné à concurrencer le système américain GPS*. Toute la presse en a parlé, en évoquant les innombrables applications, les chiffres d'affaire et les emplois qui en découleront, pour une dépense initiale "ridicule" de 1,1milliard d'euros concernant la première tranche, d'ici 2008. On doit souligner aussi que le système sera ouvert à tous pays, contrairement au GPS américain. La décision on le sait a été enlevée de justesse, malgré les pressions et chantages américains sur les maillons faibles de l'Union. L'Europe donne là un exemple remarquable de coopération scientifique et technique. Souhaitons que le mouvement se poursuive dans d'autres domaines.

*Galileo agace au plus haut point les américains, notamment parce que ce système permettra de se localiser à 4 mètre près, alors que le GPS offrait jusqu'à présent une précision de 36 mètres aux usagers civils (mais bien meilleure aux militaires)...

Pour en savoir plus
Cf article d'actualité sur le site de l'Agence Spatiale Européenne : http://www.esa.int/export/esaCP/ESAW2HF18ZC_France_0.html


Inscription à l'ECAI
JPB 25/03/01

Il est dorénavant possible de s'inscrire en ligne à la 15e Conférence Européenne sur l'Intelligence artificielle (15th European Conference on Artificial Intelligence) qui se tiendra à Lyon les 21 au 26 juillet (July 21-26 2002 Lyon France) http://ecai2002.univ-lyon1.fr/registration/.
Les membres de l'AFIA sont membres de l'ECAI et bénéficient d'un tarif réduit.

Pour en savoir plus
ECCAI (European Coordinating Committee for Artificial Intelligence) : http://www.eccai.org/


L'ingénierie cognitive chez Novadis
JPB 25/03/01

Novadis, jeune société française crée en 1998 se spécialise dans l'ingénierie cognitive. Elle en donne la définition suivante sur son site (Internet explorer obligatoire...?): "Avec le développement des technologies de l'information et de la communication, l'innovation réside moins dans la mise en oeuvre de solutions techniques que dans la manière nouvelle dont ces technologies sont et seront utilisées. En effet, l'innovation principale repose sur l'intégration de ces technologies dans un large panel d'activités, professionnelles comme individuelles, dans lesquelles l'être humain devra interagir de plus en plus avec des systèmes informatiques autonomes. L'évolution des applications logicielles vers des systèmes d'information interactifs et intelligents est la principale innovation de la nouvelle société de l'information et requiert ainsi une évolution des processus industriels de conception. L'Ingénierie Cognitive est une approche nouvelle qui se développe, aux Etats-Unis comme en Europe, dans les entreprises de technologies et dans les laboratoires de recherche. Elle répond aux défis des nouvelles technologies interactives et intelligentes qui s'intègrent dans tous les secteurs d'activité. L’approche cognitive considère que l'interaction d’un individu avec un système d'information (et plus généralement avec tout outil) est sous-tendu par des représentations mentales que l’on peut étudier et formaliser".

eye-tracking © NovadisUne première application de ceci est le système dit eye-tracking permettant, en identifiant les mouvements oculaires d'un internaute parcourant une page web, de mettre en évidence les processus (inconscients) par lesquels il accède aux contenus sémantiques de la page, textes ou images. De nombreuses autres applications sont en cours, notamment dans le pilotage des machines (cf. un article de P. Barthélémy, du Monde en date du 16 mars 2002, p.29)

Il faut parcourir en détail le site très pédagogique de Novadis pour découvrir les perspectives applicatives et de recherche fondamentale qui apparaissent. Parmi ces dernières, nous en voyons une qui semble relativiser le rôle prétendu de la conscience :quand un individu parcoure de l'œil un site, il le fait plus ou moins intelligemment, notamment pour aller à l'essentiel ou au cheminement le plus significatif. Mais il le fait inconsciemment, compte-tenu de la rapidité des mouvements oculaires et des processus implicites d'acquisition de connaissance. Ce n'est après coup qu'intervient la prise de conscience globale (à supposer qu'elle intervienne). Ajoutons qu'il serait intéressant sur ce point de comparer l'homme et l'animal.

Nous pensons que l'ensemble des recherches engagées par Novadis et les laboratoires associés mériterait beaucoup plus d'attention des chercheurs s'intéressant à la psychologie cognitive...et autres thèmes voisins..

Pour en savoir plus
Novadis : http://www.novadis-services.com/
Eye-tracking show-room : http://www.novadis-services.com/eyetracking.htm
Laboratoire associé à la recherche CLIPS (Communication Langagière et Interaction Personne-Système) : http://www-clips.imag.fr/
Laboratopire de Psychologie expérimentale LPE : http://www.upmf-grenoble.fr/lpe/


Nouvel exploit de l'image de synthèse: "Sur la terre des monstres disparus", série de la BBC
JPB 25/03/02

© http://www.bbc.co.uk/beasts/Nous sommes nombreux à penser que les films en image de synthèse reconstituant des animaux et des milieux disparus jouent un véritable rôle scientifique. D'abord, ils obligent à reconstituer le passé en faisant appel à de nombreux scientifiques qui trouvent là une occasion d'illustrer et même approfondir leurs recherches. Mais ils auront peut-être une influence plus subtile et plus profonde, en projetant les équipes de réalisation, d'abord, les spectateurs ensuite, dans un univers mental et conceptuel qui n'est peut-être pas celui d'un passé disparu, mais qui n'est pas tout à fait le nôtre. Peut-être, si nous voulions rêver, y verrions nous en fait une vision de mondes parallèles ou futurs.

En tous cas, il ne faudra pas manquer la diffusion de la série sur France3, annoncée pour fin avril 2002.

Pour en savoir plus (source VSD n° 1282 dont nous apprécions beaucoup la rubrique Planète Techno)
Le site de la série présenté par la BBC. Celui-ci se présente sous forme d'une base de textes et d'images animées sur le sujet, présentant un grand intérêt pédagogique, pour les jeunes et les adultes. On voit bien ainsi la complémentarité, grâce à Internet, entre le multimédia et l'éducation. http://www.bbc.co.uk/beasts/
L'Europe depuis le crétacé (ou cénozoïque, fin approximative des dinosaures): il s'agit d'un véritable exposé scientifique, proposé par J.-M. Rouchy et M.-M. Blanc-Valleron, Laboratoire de Géologie du Muséum National d'Histoire Naturelle. http://www.mnhn.fr/mnhn/geo/cenozoique.html


Recherche sur réseau réparti contre la maladie du charbon
JPB 22/03/02

Une des molécules proposées, inhibitrice de l'antrhax© Université d'OxfordL'Université d'Oxford, département de chimie, avait lancé le 22 janvier dernier une recherche sur le mode Grid (associant des micro-ordinateurs connectés en réseau pour donner accès à leurs ressources inutilisées).
1,4 millions d'ordinateurs y étaient connectés provenant de près de 200 pays. Il s'agissait de rechercher des molécules pouvant servir d'inhibiteurs dans la lutte contre le charbon.
3.5 milliards d'entre elles ont été testées, et 300.000 retenues. Celles-ci ont été présentées officiellement par la Grande-Bretagne aux Etats Unis, sous forme d'un CD.
Le responsable du projet, le Pr Graham Richards, voit là un changement radical dans l'approche des sciences de la vie..

Pour en savoir plus
Communiqué de presse de l'université d'Oxford : http://www.admin.ox.ac.uk/po/020308.shtml
Site web : http://www.chem.ox.ac.uk/anthrax


Connecter son système nerveux à un ordinateur
CJ 22/03/02

Kevin Warwick, tenant entre ses doigts le premier implant qu'il s'était fait greffé dans le bras en 1988 © http://www.kevinwarwick.com/Kevin Warwick, directeur du Cybernetics Intelligent Research Group (CIRG) de l'université anglaise de Reading , s'est fait implanter le 14 mars 2002 dans son bras gauche* un implant microélectronique des plus sophistiqués. Directement connecté à son système nerveux**, il permet non seulement de détecter à distance l'activité naturelle des nerfs sur un écran d'ordinateur, mais aussi de les activer en retour par l'envoi d'impulsions électriques. L'expérience baptisée "Cyborg 2.0 experiment" doit durer de une à deux semaines, l'implant sera ensuite enlevé.
Le premier trImplant greffé dans le bras du chercheur : il s'agit d'un tableau de 100 électrodes (chacune de la taille d'un cheveu) pouvant enregistrer les signaux issus d'axones sensoriels (signaux produits par des récepteurs de la peau en réponse à la température, aux changements de pression appliqués dans la région du pouce, de l'index, du majeur et de la paume) pendant que d'autres enregistrent les signaux relatifs aux mouvements musculaires. L'information est envoyée via de minuscule fils passant par la peau © Photo : ICube Solution http://www.icube.co.uk/avail va consister à identifier la signature des signaux*** associés aux mouvements : en levant l'index, par exemple on enverra des signaux vers l'ordinateur qui les enregistrera et les stockera. Réciproquement, on espère que l'envoi de ce signal vers le système nerveux du sujet générera le mouvement de l'index.
Les expériences prévoient aussi d'enregistrer des signaux liés à la douleur (par exemple lorsqu'on se pique le doigt avec une épingle) et de voir ce qu'il adviendra à l'inverse, lorsque l'ordinateur enverra ce signal dans le système nerveux de Kevin Warwick. Le chercheur sentira-t-il alors qu'on lui pique le doigt ? La douleur sera-t-elle ressentie ? Sera-t-elle du même ordre ?
L'étude vise aussi à enregistrer les émotions, la joie par exemple. Que se passera-t-il lorsqu'on enverra cette émotion dans le système nerveux un jour de tristesse ? 

Si les résultats sont concluants, Kevin Warwick prévoit pour l'avenir de doter deux personnes différentes d'un tel implant (lui et sa femme). Il s'agira alors de vérifier si l'on peut envoyer un mouvement, une émotion, une douleur d'une personne à l'autre, et pourquoi pas par Internet... Bientôt la télépathie par ordinateur interposé ?
Quoi qu'il en soit, l'objectif principal pour le moment est de démontrer la faisabilité clinique et technique de l'implantation du tableau d'électrodes, sans infection, et avec un minimum de contrainte pour le patient pendant une période prolongée. Il s'agit  aussi de vérifier que l'on peut transmettre et recevoir des signaux bilatéraux entre des nerfs périphériques et des micro-ordinateurs externes, grâce à des fils passant par la peau. A l'avenir, ces fils pourraient d'ailleurs être remplacés par une liaison radio connectant le composant entièrement implanté avec des ordinateurs de contrôle externes.
On se doute de l'importance de ces travaux : si il se confirme qu'un signal défini correspondant à une activité musculaire ou une sensation peut être envoyé directement dans le système nerveux par une machine, des "prothèses neurales" pourraient alors rétablir (dans certains cas) des fonctions sensorielles et motrice perdues à cause d'une lésion dans  la colonne vertébrale (ou autres lésions neurologiques), ou de l'amputation d'un membre...
Mais selon le chercheur, ce n'est pas avant dix ou plus ans que de tels systèmes seront largement disponibles.

On se doute aussi que l'armée est très intéressée... mais pour d'autres raisons (par exemple capacités étendues des soldats grâce à des entrées sensorielles supplémentaires, nouvelles méthodes de communication avec des semblables ou des machines...). Rappelons que Kevin Warwick avait choqué la communauté internationale en 1988 : il s'était déjà fait implanter une puce silicium qui, reliée à un ordinateur, le situait dans les locaux de son université, et lui permettant ainsi d'allumer la lumière, d'ouvrir les portes de son laboratoire ou de déclencher des appareils à son approche. Et cela sans même devoir lever le petit doigt...

Nous reviendrons plus en détails sur cette expérience et ses résultats lors d'un prochain numéro.

Nerf médian et ses différentes branches http://www.kevinwarwick.com/*Gauche ou droite n'a ici aucune importance : Kevin Warwick est droitier et voulait ne pas trop souffrir de l'opération (entre autre pouvoir continuer à écrire sans être gêné).
** Les signaux sont acheminés vers la moelle épinière via le nerf médian, qui contient de très nombreuses terminaisons nerveuses et sensorielles. Ce même nerf contient également les terminaisons de conduite des signaux issus de la moelle épinière vers les muscles de la main.
*** Une des prouesses consistera ici à distinguer ces signaux du bruit de fond.

Pour en savoir plus
Site de Kevin Warwick : http://www.kevinwarwick.com


3e Bio-informatique Open Source Conference (BOSC 2002)
JPB 22/03/02

logo de la 3ème Conférence sur les systèmes bio-informatiques ouvertss (Bio-informatique Open Source Conference)La 3e Conférence sur les Systèmes bio-informatiques ouverts se tiendra à Edmonton, Canada, les 1er et 2 août 2002. Les Systèmes bio-informatiques ouverts visent à rassembler des projets de recherche en génomique, protéomique et autres domaines de la bio-informatique acceptant de publier leurs outils de recherche, résultats et procédures sur le web.
Leur objectif est d'échapper aux restrictions propriétaires des entreprises privées et de rassembler des chercheurs éventuellement dispersés géographiquement. La démarche s'apparente à celle qui a fait le succès des logiciels ouverts, dont LINUX (voir notre article) et de la Open Source Foundation. Elle nous paraît pouvoir être reprise dans un certain nombre de domaines intéressant l'informatique et l'Intelligence Artificielle.  

Ces actions sont soutenues par l'Open Bioinformatics Foundation, et ont pris leur développement à la suite du Projet BioPerl lancé en  1995. Celui-ci se présente ainsi: "Officially organized in 1995 and existing informally for several years prior, The Bioperl Project is an international association of developers of open source Perl tools for bioinformatics, genomics and life science research. Facilitated by the Open Bioinformatics Foundation we work closely with our friends and colleagues across many projects including biojava.org, biopython.org, DAS, bioruby.org, biocorba.org, ENSEMBL and EMBOSS.
The Bioperl server provides an online resource for modules, scripts, and web links for developers of Perl-based software for life science research. We can also provide web, FTP and CVS space for individuals and organizations wishing to distribute or otherwise make freely available standalone scripts & code".

Pour en savoir plus
BOSC 2002 : http://www.open-bio.org/bosc2002/
Open Bioinformatics Foundation : http://open-bio.org/
BioPerl Project :http://bioperl.org/
European Bioinformatics Institute :http://www.ebi.ac.uk/
Cadre d'action du World Wide Web Consortium concernant la politique des brevets : http://www.w3.org/2001/08/patentnews
Free software/open source Organisation :http://www.free-soft.org/. Ce site donne toutes indications utiles sur la politique des Logiciels ouverts, dont LINUX est le plus connu.


Retour au sommaire