logo admiroutes

Les automates intelligents
robotique, vie artificielle, réalité virtuelle


information, réflexion, discussion

logo automate © Anne Bedel
Jean-Paul Baquiast Jean-Paul.Baquiast@wanadoo.fr
Christophe Jacquemin christophe.jacquemin@admiroutes.asso.fr

Revue n° 40
Retour au sommaire
 
Actualités

Rapport de la commission de réflexion sur la politique spatiale
CJ 29/01/03

Avec la démission ce jour d'Alain Bensoussan, président du Centre National d'Etudes Spatiales (CNES), on lira avec intérêt le résumé du rapport de la commission de réflexion sur la politique spatiale, mise en place en novembre dernier par Michèle Alliot-Marie, Ministre de la Défense et Claudie Haigneré, Ministre déléguée à la Recherche et aux Nouvelles Technologies, également en charge de l'espace. Le rôle européen du CNES y est confirmé. On trouvera également sur le site du ministère de la recherche le discours de la ministre, prononcé lors de la remise du rapport le 17 janvier.

Pour en savoir plus
Communiqué http://www.recherche.gouv.fr/discours/2003/rapcnes.htm
Résumé du rapport http://www.recherche.gouv.fr/discours/2003/rapportcnes.pdf
Discours de Mme Haigneré http://www.recherche.gouv.fr/discours/2003/drapcnes.htm


Le robot martien Beagle2 et les autres
JPB 18/01/03

Beagle2  © ESALa recherche de vie sur Mars connaîtra une grande année en 2003. En Mai devrait être lancé de Baïkonour la mission de l'Agence Spatiale Européenne Mars Express, qui devrait déposer sur la planète sept mois après le petit robot britannique Beagle2 (on sait que le Beagle était le nom du vaisseau ayant permis à Darwin d'observer in situ les phénomènes de spéciation naturelle). Peu après la NASA devrait lancer deux Exploration Rovers, comme prolongement de l'opération Mars Odyssey. Le lieu d'atterrissage n'est pas encore déterminé. Quant au Beagle2, il devrait se poser sur un socle sédimentaire datant de plusieurs milliards d'années, quand Mars était couvert d'eau. Il creusera à l'aide d'un bras robotisé un trou d'environ 1m5, à la recherche d'éventuels micro-organismes protégés à cette profondeur des radiations ultra-violettes. Des spectromètres de masse mesureront les proportions de carbone 12 dans d'éventuels composants organiques. Des caméras surveilleront l'opération.  Manifestement l'opération Beagle2 est considérée par nos amis britanniques- à juste raison, comme une grande première marquant en cas de succès leur course en tête dans l'exploration de Mars par les européens. Good luck to all.

Pour en savoir plus
ESA, Mars Express : http://sci.esa.int/home/marsexpress/index.cfm
ESA, l'atterisseur Beagle2 : http://spdext.estec.esa.nl/content/doc/8f/27791_.htm
Beagle2. Page personnelle de Dave Barnes : http://users.aber.ac.uk/dpb/beagle2.html
NASA 2001 Mars Odyssey : http://mars.jpl.nasa.gov/odyssey/
NASA Exploration Rover 2003 Mission : http://mars.jpl.nasa.gov/mer/


Communication et super-organisme chez les bactéries : le Quorum sensing
JPB 18/01/03

Le "quorum sensing" est de plus en plus à l'ordre du jour dans la lutte contre les bactéries pathogènes. C'est l'Université britannique de Nottingham qui semble leader dans ce domaine, étudié par de nombreux autres laboratoires dans le monde. Le phénomène est assez extraordinaire et on peut s'étonner qu'il ne fasse pas encore, à notre connaissance, l'objet de présentations ou discussions au-delà de la communauté des microbiologistes. Il devrait intéresser notamment tous ceux qui étudient les formes de communication "intelligente" chez les organismes biologiques. Il pourrait éventuellement aussi donner des idées aux concepteurs de systèmes multi-robots ou nanorobots. En deux mots, de quoi s'agit-il ? On sait qu'un danger très réel menace de plus en plus l'humanité, la résistance aux antibiotiques acquise par des pathogènes très virulents comme le staphylocoque ou la bacille de Koch. Pour contourner ces défenses, la course à l'antibiotique définitivement éradicateur étant perdue d'avance vu les capacités de mutation des bactéries, les chercheurs ont trouvé autre chose. On a observé que les bactéries pathogènes dont chacun d'entre nous est porteur ne sont pas virulentes tant qu'elles n'ont pas atteint un effectif ou quorum suffisant pour pouvoir lancer avec succès une attaque massive contre le système immunitaire de l'hôte. Quand au contraire elles estiment que le quorum est atteint, elles se mettent à muter et deviennent virulentes, en débordant malheureusement souvent les résistances de l'hôte. Or comment peuvent-elles connaître leur nombre ? Elles utilisent le mécanisme du "quorum sensing". Chaque bactérie secrète dans son environnement une protéine spéciale à faible dose, qu'elle peut identifier par des récepteurs de surface. Plus il y a de bactéries, plus la concentration de ce produit augmente, détectée par les récepteurs. Dès que la concentration atteint un seuil, signalant que le quorum nécessaire pour passer à l'attaque est atteint, la bactérie devient virulente. On conçoit qu'idéalement, une façon simple de contrer cet ingénieux système consistera à neutraliser par des bloqueurs adéquats la diffusion ou la réception du produit responsable du "quorum sensing". Il ne sera plus nécessaire de chercher à tuer les bactéries dangereuses. Il suffira de leur laisser croire qu'elles sont trop peu nombreuses pour attaquer.

En fait, le mécanisme général du quorum sensing prend des formes différentes selon les bactéries et les hôtes (encore que dans certains cas un mécanisme commun à plusieurs espèces de bactéries semble exister aussi). Il y a donc de longues études à faire avant de proposer des remèdes commodément applicables aux humains. Peut-être entre temps les pathogènes trouveront-ils des parades. Il s'agit en tous cas d'un enjeu considérable, y compris en termes économiques. Des start-up commencent à s'intéresser au domaine, dont 4SC basée à Munich. Les médicaments obtenus feront-ils l'objet d'un monopole commercial ?

Pour en savoir plus
The quorum sensing site : http://www.nottingham.ac.uk/quorum/
On trouve sur le web, à quorum sensing, de nombreux autres sites. Signalons en particulier un diorama power-point établi par l'Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) portant sur la communication cellulaire et, en particulier le quorum sensing : http://www.dijon.inra.fr/thonon/seminaires/SHL_Fontvieille.pdf
4SC, the Institute for Systems Biology and Molecular Mining Team partner with IBM to advance drug discovery, article (recommandé) de Virtual Medical World : http://www.hoise.com/vmw/02/articles/vmw/LV-VM-07-02-14.html


Néanderthal et l'espèce humaine
JPB 14/01/03

Le film Odyssée de l'espèce (voir notre article) pose pour le grand public la question mainte fois discutée de l'appartenance à l'espèce humaine de l'homme du Néanderthal, homo sapiens neanderthalensis (HSN) . Il se trouve qu'un ouvrage récent (cité par NewScientist n° 2377) d'un professeur de paléontologie humaine à Madrid, Juan Luis Arsuaga [Asuaga, The Neanderthal's Neklace, Four Walls Eight Windows, 2002] pose la même question en termes plus savants. Pour les paléoanthropologues, HSN s'est constitué en espèce distincte de ses prédécesseurs (par mutation/sélection) du fait de son isolement pendant plus de 100.000 ans dans les terres glaciales de l'Eurasie. Il y a développé de nombreuses techniques et pratiques culturelles lui ayant permis de s'adapter à ces milieux rigoureux. Une autre espèce est apparue ultérieurement dans les terres chaudes d'Afrique (toujours par mutation/sélection) et a remonté en Eurasie il y a environ 40.000 ans, homo sapiens sapiens HSS. Grâce à de meilleures aptitudes à l'invention (notamment…l'aiguille à coudre en os, pour coudre les peaux de bêtes, aiguilles retrouvées en nombre sur divers sites) mais peut-être aussi grâce à une fécondité plus grande, HSS après avoir coexisté au moins 10.000 ans avec HSN, l'a finalement éliminé.

Or pourquoi affirmer, se demande Arsuaga, que HSN n'appartenait pas à l'espèce humaine ? Simplement parce qu'il ne pouvait pas se croiser avec HSS, selon la définition étroite mais sans doute obligée que l'on donne des espèces. Mais nous rencontrerions une tribu d'HSN aujourd'hui, avec leur culture sans doute équivalente à celle des Pygmées ou des Bushmen, refuserions-nous de les traiter en hommes, même si la copulation avec eux ne portait pas de fruits? Certainement pas. Nous pouvons poursuivre le raisonnement d'Arsuaga. Si à l'inverse, il se révélait subitement impossible, suite à une mutation, de nous croiser avec des Pygmées, décréterions-nous que ceux-ci ne sont plus des hommes ? Certainement pas non plus. On voit que, au moins au niveau de l'humanité, c'est la culture plus que l'interfécondité qui définit l'appartenance à une espèce, en l'occurrence l'espèce sapiens sapiens. Mais cette constatation peut conduire à des conséquences qui donnent à réfléchir. Si au sein de l'espèce sapiens sapiens, des groupes adoptaient des cultures tellement contraires aux nôtres que nous ne pourrions plus coexister pacifiquement avec eux, devrions-nous encore les considérer comme des hommes ou comme appartenant à une espèce ayant divergé de nous et devenue étrangère, alors même que nous pourrions encore, physiologiquement sinon culturellement, nous croiser avec eux ? La question pourrait se poser aussi bien vis-à-vis de sociétés régressant pour des raisons diverses à ce que nous appellerions l'état de barbarie, que vis-à-vis de sociétés ayant acquis, par symbiose avec des machines pensantes, des capacités bien supérieures aux nôtres.

Note: Sur la coexistence entre HSS, HSN et primates, on pourra relire notre nouvelle Homo Neanderthalensis http://www.automatesintelligents.com/feuilleton/2001/dec/homo.html


Hans Moravec perfectionne la vision des robots
JPB 06/01/03

On trouvera dans un article de Ed. Frauhenheim du 30 décembre 2002, dans CN.News com, des informations intéressantes sur les capacités évoluées de vision apportée par Hans Moravec à la ligne de robots utilitaires qu'il développe dans le projet dont il est responsable à Carnegie Mellon (notre article dans http://www.automatesintelligents.com/biblionet/2002/aou/moravec.html).
Le système consiste en une paire de caméras stéréoscopiques et un réseau en 3 dimensions implanté dans le cerveau du robot, et constitué de 32 millions de cellules digitales. Les images partielles ou erronées peuvent être annulées par ce dispositif. Voir pour la suite http://news.com.com/2100-1040-978854.html. On constate ainsi que le grand programme de Hans Moravec consistant à produire en grande série des robots capables de remplir des rôles très diversifiés dans la vie sociale semble se dérouler conformément aux prévisions.


Les robots au Japon
JPB 06/02/01

Un éditorial du Sénateur René Trégouët, responsable de la toujours passionnante Lettre d'information @RT Flash (n° 223 du 26 décembre 2002) fait un point très complet des réalisations en cours des industriels Japonais Sony et Honda dans le domaine du robot anthropomorphe. Nous y apprenons aussi l'existence du robot HRP-2 (Humanoid Robotics Project) présenté par l'AIST japonais (National Institute of Advanced Industrial Science and Technology). Ceci nous fait mesurer, une fois de plus, le retard pris par les industriels et les laboratoires français dans ces domaines. Il ne s'agit plus de prototypes, mais de produits fabriqués et vendus en série, dont les applications seront de plus en plus nombreuses. Ainsi devrait se créer un marché susceptible de financer des recherches d'un niveau encore plus avancé.

Que le Sénateur nous permette aussi de le remercier des mots aimables qu'il a eu à la fin de son éditorial concernant notre revue.

Pour en savoir plus
La lettre 223   http://www.tregouet.org/lettres/rtflashtxt.asp?theLettre=249#Lettre  dans http://www.tregouet.org/lettre/index.html
Asimo http://www.world.honda.com/news/2002/c021205.html
Aibo http://www.world.honda.com/news/2002/c021205.html


Un robot sensible aux émotions
JPB 04/01/03

Les chercheurs de Vanderbilt University Nilanjan Sarkar and Craig Smith mettent au point un robot capable de ressentir les émotions humaines. Rien de bien sorcier là-dedans. Il suffit de doter l'interlocuteur humain d'un certain nombre de capteurs saisissant ses fréquences cardiaques, ses sécrétions diverses, ses mimiques et autres gestes traduisant l'émotion, puis de les transmettre, après pondération au robot. Celui-ci ne partagera en rien vos émotions, mais il pourra y réagir de diverses façons. Il y aura de nombreuses applications à de telles solutions, on le devine, par exemple dans l'appréciation de l'aptitude d'un individu à conduire des machines ou systèmes complexes.

Pour en savoir plus
Craig A. Smith, home page. Travaux sur les émotions http://peabody.vanderbilt.edu/depts/psych_and_hd/faculty/smithc/
Nilanjan Sarkar http://frontweb.vuse.vanderbilt.edu/vuse_web/directory/facultybio.asp?FacultyID=383


Un robot contrôlé par des neurones de rats
JPB 04/01/03

hybrotSteve Potter, professeur de biomedical engineering au Georgia Institute of Technology, a mis au point un petit robot dont le comportement (encore élémentaire) présente l'originalité d'être contrôlé par une puce incorporant des neurones de rat. Ce robot, nommé Hybrot, présente pour son inventeur l'avantage de tester de futurs ordinateurs intégrant des neurones vivants et susceptibles de computations complexes non réalisables par les ordinateurs classiques binaires. Ils pourraient aussi s'évaluer et s'auto-réparer. Dans le prototype, les neurones de rats conversent entre eux et produisent des informations en sortie recueillies par des électrodes. Ils peuvent à l'inverse recevoir des données de l'extérieur. Les neurones acquièrent ainsi de l'expérience et développent des capacités de plus en plus intelligentes. Les applications pratiques de tels systèmes sont jugées considérables. On veut bien le croire. Source Kurzweil AI

Question naïve : que diraient les comités d'éthique si l'Hybrot incorporait des neurones aimablement fournis par un humain ? No difference, probably.

Pour en savoir plus
Article http://www.technologyreview.com/articles/print_version/wo_cameron121802.asp


Mieux que Raël
JPB 04/01/03

A l'heure où l'on s'interroge encore sur la véracité des annonces de clones faites par la secte des Raéliens, notons que Sony se propose d'accoucher au bénéfice des personnes en mal d'enfant d'un bébé évolutif nommé Sony Dream Robot, SDR4X. Il coûtera entre $60,000 et $80,000 (dans sa première version) et devrait voir le jour début avril 2003. Plus fort que le chien Aibo, il pourra identifier 10 visages et voix différentes. A vos berceaux.  

Pour en savoir plus
Article de Sue Love dans The Age http://www.theage.com.au/articles/2002/12/22/1040510966660.html


Le Web comme un Cerveau Global
JPB 04/01/03

Vnunet.com publie un long article When the web starts thinking for itself en date du 20 décembre 2002 d'un de leurs conseillers, David Green. Celui-ci fait un point très complet sur le web semantic, XML, les ontologies, les agents intelligents ou bots qui transforment peu à peu le web en système évolutif complexe de moins en moins compréhensible par les humains, selon un propos de Daniel Dennett.. A lire (en anglais) per ceux qui veulent un bon résumé de la question.

Pour en savoir plus
L'article de David Green http://www.vnunet.com/Ebusinessadvisor/1137710
Le portail du web sémantique (Semanticweb.org)  http://www.semanticweb.org/
Le portail du web ontologique http://ontoweb.aifb.uni-karlsruhe.de/


Hérédité des caractères acquis
JPB 04/01/03

La page scientifique du Monde en date du 28 décembre 2002 (p. 17) nous informe de la publication d'un article des chercheurs suédois Gunnar Kaati et Lars Olov Bygren dans le European Journal of Human Genetics relatant une observation suite à une étude faite en Suède sur plusieurs générations, selon laquelle le mode de vie nutritionnel des parents de la première génération affecterait le capital génétique des descendants. Ceci confirmerait l'influence des facteurs de développement dits épigénétiques, observés dans certains cas aussi chez d'autres organismes biologiques …et permettrait dans une certaine mesure de réhabiliter les hypothèses de Lamarck relative à la transmissibilité (non darwinienne) des caractères acquis. Le facteur en cause tiendrait au fait que le milieu (en l'espèce l'alimentation) pourrait dans certains cas provoquer l'expression ou l'inhibition de la fabrication de protéines par certains gènes, entraînant une modification de l'ADN des cellules germinales transmises par le père. Le Dr Marcus Pembrey, nutritionniste de l'Institute of Child Health verrait là pour sa part la manifestation d'un phénomène plus générale, l'influence de la nutrition sur la " reprogrammation " des cellules sexuelles lors de leur maturation.

On peut se demander si les mécanismes décrits par JohnJoe Mac Fadden dans son ouvrage Quantum Evolution (voir  http://www.automatesintelligents.com/interviews/2002/mai/mcfadden.html ) ne trouveraient pas là un preuve plus manifeste que celles obtenues jusqu'ici par ce chercheur. Rappelons que pour lui, le milieu pourrait orienter la reproduction du génome dans un sens favorable à l'adaptation, en agissant sur les conditions de décohérence de certaines des particules impliquées dans la composition moléculaire du génome, lors de sa duplication.

Pour en savoir plus
Article du Monde http://www.lemonde.fr/article/0,5987,3244--303578-VT,00.html
Article dans Nature-Science update  http://www.nature.com/nsu/021028/021028-9.html
European Journal of Human Genetics http://www.nature.com/ejhg/ (accès sur abonnement)


Q-bits
JPB/CJ 04/01/03

quantronium, CEAOn sait qu'une des difficultés rencontrées par les concepteurs de calculateurs quantiques tient à la difficulté de conserver l'état de superposition d'un Qu-bit dans un conducteur suffisamment longtemps pour procéder à un calcul. Récemment, trois équipes ont annoncé avoir progressé dans cette direction. La première est celle de Daniel Estève au CEA, responsable du Groupe Quantronique. Citons le CEA: "Mais cette superposition ne supporte aucune interaction avec le monde extérieur non quantique, notamment avec un système de mesure. Les chercheurs ont contourné cette difficulté en isolant le qubit pendant sa manipulation, effectuée par des impulsions radiofréquence, puis en le branchant au système de mesure pour en déterminer l'état. La durée de vie de ce qubit : 0,5 microseconde ! Court, mais suffisant pour envisager la construction d'une porte logique quantique afin de commencer les calculs par ordinateur sur le mode quantique." Le Commissariat à l'Energie Atomique marque ainsi son avance dans un domaine d'avenir apparemment très prometteur.

Deux autres équipes doivent aussi être citées : le laboratoire de Siyuan Han à l'université du Kansas et une équipe du National Institute of Standards and Technology (NIST) à Boulder.

Pour en savoir plus
Le Quantronium du CEA : http://www.cea-technologies.com/ceahtml/infocom/63-401.html
Voir aussi :  http://www.cea.fr/fr/actualites/articles.asp?orig=actu&id=287


La programmation co-évolutionnaire
JPB 03/01/03

On connait déjà bien la programmation évolutionnaire. Dans celle-ci (dite aussi machine learning) la méthode traditionnelle consiste à confronter le système avec un certain nombre d'objectifs que vous lui demandez de satisfaire. Le système évolue à partir de ces bases. S'il apporte les bonnes réponses, il est récompensé. S'il échoue, il est puni. Et ceci de générations en générations.

Dans la programmation co-évolutionnaire, on fait évoluer dynamiquement les objectifs, en les renforçant au fur et à mesure qu'évoluent les réponses du système. Ainsi on peut augmenter progressivement la robustesse d'un système face à un environnement qui se complique.

Ces considérations sont tirées d'un interview de Mélanie Mitchell, ingénieur de recherche en informatique au Santa Fe Institute http://www.computerworld.com/softwaretopics/software/appdev/story/0,10801,72852,00.html


Retour au sommaire