Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 80
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

ACTUALIT
ÉS

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

Adept Quattro, le robot industriel manipulateur le plus rapide au monde
Christophe Jacquemin 12/04/07

Le robot Adept Quattro s650, doté de quatre bras, peut manipuler jusqu'à 240 pièces par minutes et atteint des accélérations de 200 mètres par seconde carrée pour des charges allant jusqu'à deux kilogrammesIl s'appelle Adept Quattro. On dirait un peu une araignée avec ses 4 bras d'ergonomie différente. Sorti de l'imagination de cerveaux européens, il s'agit du robot industriel manipulateur le plus rapide du monde. Conçu par la fondation espagnole Fatronik, en collaboration avec le LIRMM (laboratoire français CNRS/université de Montepellier2)*, Quattro est deux fois plus rapide que tous les autres robots industriels de ce type existants aujourd'hui sur la planète..
Le secret tient ici sur les solutions innovantes mises au point par les chercheurs, autant sur la forme de ce robot parallèle que sur son système de commande.
Des calculs d'optimisation de la dimension de chaque composant ont été réalisés pour obtenir une accélération maximale, adaptée aux contraintes de l'industrie grâce au système de commande du robot, qui limite les vibrations, donc le temps nécessaire au robot pour déposer une pièce à un endroit précis. Résultat : l'engin peut manipuler 240 pièces par minute et atteint des accélérations de 200 mètres par seconde carrée avec des charges de deux kilogrammes, contre 100 mètres par seconde carrée et un kilogramme pour les robots actuels.

Adept Quattro © F. Pierrot- CNRS 2007Ce qui n'était tout d'abord qu'un prototype
n'a pas manqué d'intéresser l'industriel Adept, l'un des leaders mondiaux de la robotique, en vue de sa production à l'échelle industrielle. Depuis six mois, chercheurs et industriels ont ainsi travaillé à ce transfert de technologie qui vient d'aboutir à la mise sur le marché du robot. Adept Quattro est destiné à toutes les applications où l'on souhaite déplacer des objets et les conditionner, particulièrement dans les secteurs de l'agroalimentaire, de la santé et de la beauté, ainsi que de l'électronique. Il s'agit donc ici d'un énorme marché.

D'ores et déjà, plusieurs centaines de commandes sont déjà passées, pour un coût variant entre 30000 et 50000 euros suivant le travail d'intégration à réaliser dans l'installation industrielle.

Une belle histoire, pourrait-on dire... sauf qu'Adept est Américain, avec sa maison mère basée dans la Silicon Valley. N'y avait-il pas moyen de ficeler tout le projet pour qu'il soit entièrement européen, de la conception jusqu'à la production industrielle du robot ?
Les industriels du vieux continent devraient peut-être méditer la phrase placée en exergue du logo du site internet d'Adept : "Intelligent Robotics for the Global Economy".

* Laboratoire d'informatique, de robotique et de micro-électronique de Montpellier. Depuis six ans, le LIRMM s'est associé avec la Fundación Fatronik, un centre de recherche appliquée du Pays basque espagnol, pour concevoir des robots manipulateurs.

Pour en savoir plus :
Adept (présentation du robot Adept Quattro)
http://www.adept.com/products/details.asp?pid=71

LIRMM : mécanismes parralèles :
http://www.lirmm.fr/~w3rob/SiteWeb/detail_activite.php?num_topic=1&num_projet=1&num_activite=3
voir aussi page de François Pierrot :
http://www.lirmm.fr/~pierrot/
Fundacion Fatronik :
http://www.fatronik.com/noticia.php?id=79


Une oreille électronique implantée sur un patient
Christophe Jacquemin 10/04/07

Pour la première fois en France, une prothèse auditive électromagnétique a été implantée entre la peau et la boîte crânienne d'un patient de 20 ans souffrant d'aplasie auriculaire*. Rendue publique ce 10 avril, cette opération guidée par ordinateur a été réalisée à la mi-décembre dernier par l'équipe du professeur Eric Truy, spécialiste à l'hôpital Edouard Herriot de Lyon.

Prothèse audivite électromagnétique © DRSouhaitant intégrer l'armée, Pierre Alexandre Nouveau, né avec une malformation de l'oreille gauche et une audition très altérée s'était porté volontaire à cette opération. Cette maladie rare, qui touche 1 pour 20000 naissances, entraîne une surdité dite de transmission : les sons parviennent avec une perte de 60 à 70 décibels. La prothèse révolutionnaire qui a été implantée, plate et longue de 5 cm, comprend un microphone, un processeur, une batterie (rechargeable à travers la peau) et un transducteur délivrant le message à l’oreille interne. Elle a permis d'ores et déjà au patient de recouvrer environ 40 décibels. "Au premier allumage, en février, le son était assez brut, comme celui d’un talkie-walkie", déclare Pierre-Alexandre Nouveau.. "Au fur et à mesure des réglages, et le temps que mon cerveau s’habitue, les sons sont devenus plus nets. Il reste encore une marge de progression, mais j’entends beaucoup mieux dans les endroits qui résonnent". Seule contrainte : il faut une heure par jour pour recharger la batterie, grâce à un boîtier qui s'aimante sur la tête ( induction électromagnétique à travers la peau du crâne).


prothèse auditive électromagnétique a été implantée entre la peau et la boîte crânienne d'un patient de 20 ans souffrant d'aplasie auriculaire  ©CHU de Lyon."La plupart des malades subissent une opération de chirurgie esthétique vers l’âge de 8 ans, pour reconstituer une oreille par autogreffe, mais cela ne corrige pas leur audition. Pour eux, les prothèses totalement implantables posent un défi chirurgical : il faut en effet respecter l’oreille créée par chirurgie esthétique, ne pas toucher au nerf facial, et opérer dans un environnement inconnu, les malformations du conduit étant différentes d’un individu à l’autre", a expliqué le professeur Eric Truy.

Deux ou trois autres opérations de ce type, financées sur le budget "stratégie et opérations innovantes" du CHU — la prothèse coûte 2.500 euros — devraient avoir lieu dans l’année à Lyon. L’objectif à terme est d’opérer les patients souffrant d’aplasie bilatérale, qui représentent 20 à 30 % des cas, et dont la surdité est presque totale.

* De telles prothèses avaient déjà été posées sur des patients ne supportant pas les prothèses classiques parce que leur conduit auditif était trop infecté ou déformé par des opérations multiples. Mais c’est la première fois en France —seule l’Allemagne l’a précédée— qu’elle concerne une personne souffrant d’aplasie auriculaire.

Pour en savoir plus :
Département d'ORL, de Chirurgie cervico-maxillo-faciale et d'audiophonologie du CHU de LYon
http://www.chu-lyon.fr/internet/chu/etablissements...


Que la force soit avec le robot humanoïde
Christophe Jacquemin 05/04/07

Ce robot humanoÏde est capable de tirer à lui une charge de 66 kg © Laboratory for Intelligent Systems and InformaticsLe professeur Yasuo Kuniyoshi et son équipe japonaise du Laboratory for Intelligent Systems and Informatics de l’université de Tokyo vient de présenter à la presse son robot humanoïde bipède capable de soulever un paquet de 30 kg d’une étagère ou encore de tirer à lui en le décollant du sol par dessous des deux bras un mannequin de taille humaine de 66 kg.

Cette réalisation représente une avancée sans précédent et témoigne du savoir-faire des Japonais en matière de robot humanoïde qui, jusqu'à présent, était capable de porter des poids n'excédant pas 10 kg.
Le robot Daneel © Laboratory for Intelligent Systems and InformaticsCe record a été obtenu grâce à la simulation puis l’implémentation dans le robot de mouvements copiant ceux des humains, mouvements dont l’évolution est contrôlée par environ 1800 capteurs de toucher répartis sur quasiment tout le corps de l'humanoïde. Celui-ci, qui mesure 1,55m pour 70 kg, est assez semblable à Daneel, un robot créé précédemment par la même équipe et capable de passer en moins de trois secondes d'une position couchée sur le dos à une position accroupie.

Pour porter ou tirer les objets, l'idée est ici d'utiliser le corps entier de l'humanoïde grâce aux indications des capteurs, surtout dans les mains et les pieds, qui aident à déterminer la force nécessaire à fournir par les différents membres.

Affiche de la pièce de Théâtre RUR, dont la première a été jouée à Prague en 1921Yasuo Kuniyoshi vise maintenant la combinaison de la bipédie avec le soulèvement d’objets pour que le robot puisse porter un objet de 30 kg tout en se déplaçant.

L'humanoïde bientôt travailleur de force ? C'est en tout cas ce qu'imaginait déjà le dramaturge tchèque Karel Capek dans sa fameuse pièce de théâtre R.U.R (Rossum's Universal Robots), dont la première a été jouée à Prague en 1921 (le roman est paru en 1920). C'est d'ailleurs le théâtre qui popularisera le mot robot, mot inventé par Joseph Capek, frère de Karel, traduction du tchèque "robota" qui veut dire travail forcé, corvée.

Pour en savoir plus :
Laboratory for Intelligent Systems and Informatics
http://www.isi.imi.i.u-tokyo.ac.jp/index.html
Sur Karel Capek :
http://capek.misto.cz/obrazky/divadlo/theatre.html


Nanotechnologies : le futur est plus proche que nous le pensons
Christophe Jacquemin 04/04/07

Rapport du Joint Economic Commitee "Nanotechnology : the future is coming sooner than you thinkC'est sous ce titre "Nanotechnologies : le futur est plus proche que nous le pensons" qu'est paru fin mars dernier un rapport du "Joint Economic Commitee" du Congrès américain. Si nombres d'articles paraissent ici et là sur les applications potentielles des nanotechnologies, leurs auteurs restent en général très prudents sur les éventuelles dates d'arrivée sur le marché des nouveaux produits qui en découlent. Ce rapport dresse ici la feuille de route des nanotechnologies, proposant également l'inventaire des domaines et des applications où elles auront un fort impact.

Le rapport distingue 5 périodes clés :

  • 2000-2005 - nanostructures passives :
    cette période tire avantage des propriétés passives des nanomatériaux, qui incluent par exemple les nanotubes de carbone, les nanocouches... ;

  • 2005-2010 - nanostructures actives :
    les nanostructures ici changent leur état durant leur utilisation, répondant de façon prédictive à l'environnement qui les entourent ;

  • 2010-2015 - systèmes de nanosystèmes :
    des assemblages de nanosystèmes fonctionnent de concert en vue d'un but (notamment en échangeant des informations durant le process). Ce stade est porteur d'avancées notables en robotique, biotechnologie et nouvelle génération de technologies d'information ;

  • 2015-2020 - nanosystèmes moléculaires :
    cette période inclut la conception à façon de systèmes atomiques et moléculaires conduisant à une compréhension et au contrôle sans précédent des briques de base pour toute construction générée par la nature ou par l'homme ;

  • 2020 et au-delà - ère de la singularité :
    moment où l'avancée technologique progresse à taux exponentiel [voir à ce sujet notre éditorial du 25 octobre 2005].

Dans une seconde partie, le rapport rappelle le rôle et les responsabilités du gouvernement et des principaux organismes de financement dans le contrôle éthique, environnemental et sociétal de toutes ces avancées technologiques.

Pour en savoir plus :

Consulter le rapport (disponible gratuitement sur le site du Congrès) :
http://www.house.gov/jec/publications/110/nanotechnology_03-22-07.pdf

NB : Le rapport cité ci-dessus n'aborde pas la question des financements. Mais rappelons ici l'intérêt porté aux nanotechnologies par le secteur militaire américain (et aussi chez-nous par la Direction Générale de l'armement] notamment dans la réalisation de "poussières intelligentes" (smart-dust) ou de combinaisons protectrices pour les soldats. Ainsi, alors que le nombre de militaires tuées en Irak depuis le début de la guerre ne cesse d'augmenter, l'armée américaine (via l'agence DARPA) concentre ses recherches sur la conception de protections corporelles plus efficaces, fondant tous ses espoirs sur les nanotechnologies. Dans ce cadre, une armure liquide devrait être disponible avant la fin 2007.
[voir notre article, Une armure liquide bientôt commercialisée, Rubrique "Du côté des labos"]


Un robot amphibien
Jean-Paul Baquiast 28/03/07

Une nouvelle espèce de salamandre vient d'apparaître dans les parages du lac de Genève. Elle a été baptisée Salamandra robotica. Comme ce nom l'indique, il s'agit d'un robot qui peut alternativement marcher et nager, en utilisant les mouvements coordonnés de ses 4 pattes et des anneaux de son corps. L'animal ne semble pas incommodé par la qualité de l'eau du lac, certes en amélioration depuis quelques mois. L'intérêt de ce robot, développé par l'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, est de simuler le système spinal des animaux de ce type, nommé le central pattern generator ou CPG. Le CPG artificiel est un composant programmé pour produire des signaux coordonnés destinés aux différents moteurs en charge des mouvements. Le rythme donné à ceux-ci permet de commander soit la marche soit la nage. Pour le moment, la salamandre ne s'adapte pas d'elle-même aux changements de milieux. Mais les recherches se poursuivent pour la rendre de plus en plus autonome.

On trouvera sur le site de l'EPFL un texte assez complet décrivant l'animal (http://birg.epfl.ch/page65446.html ). Un certain nombre de documents intéressant d'autres types de robots animaloïdes y sont aussi disponibles. Nous ne pouvons que féliciter nos amis suisses. Ils démontrent ainsi la grande avance qu'ils ont prise dans ce domaine important de la robotique simulant la vie.


Le CNES dévoile sa base de données sur les observations d'OVNI
Jean-Paul Baquiast 28/03/07

On sait que le CNES, pour le plus grand plaisir des auteurs de romans fantastiques, a toujours porté attention aux observations d'OVNI réalisées sur le territoire français. Un groupe d'étude avait été constitué à cette fin, le " Groupe d'études et d'informations sur les phénomènes aérospatiaux non identifiés". Plusieurs milliers de cas ont été collectés, avec le plus grand souci de sérieux, notamment quant à la critique de la validité des sources. La base de données ainsi constituée vient d'être mise en ligne. Le CNES, selon le directeur du Geipan, Jacques Patenet, n'a pas voulu se faire reprocher de cacher des phénomènes inquiétants.

Cette démarche constitue semble-t-il une première mondiale, tout au moins de cette ampleur. Les scientifiques et les curieux y trouveront matière à réflexion et fantasmes. Qu'ils ne cherchent pas cependant d'images spectaculaires. Au terme d'une recherche il est vrai superficielle nous n'en avons pas trouvées. 75% des cas ont été expliqués, le reste ne l'est pas. Ce qui ne veut pas dire qu'il s'agisse de manifestations extra-terrestres. Mais on peut toujours rêver.

Geipan http://www.cnes-geipan.fr/accueil.html


La Bibliothèque numérique européenne Europeana est désormais accessible
Jean-Paul Baquiast 23/03/07

Nous avons plusieurs fois fait mention du projet de Bibliothèque numérique européenne, initialisé par la Bibliothèque Nationale de France et notamment par son président Jean-Noël Jeanneney. Les critiques se sont multipliées sur ce projet, compte-tenu notamment de l'écrasante présence de Google, tant par l'importance des textes qu'il a numérisés que par l'efficacité de son moteur de recherche. Pour ce qui nous concerne, nous pensons que de toutes façons la BNF devait faire quelque chose d'original, afin de valoriser à la fois ses collections, sa culture bibliothécaire et la philosophie d'accès qui est la sienne: publier en libre-accès, avec apport de valeur ajoutée, les ouvrages libres de droits. Elle devait aussi s'efforcer d'entraîner dans cette démarche d'autres bibliothèques européennes. Voilà qui est fait désormais.

Une maquette avait déjà été présentée à la fin de l'année. On peut dorénavant accéder à un site opérationnel, qui a été baptisé Europeana. La collection rassemble environ 12 000 documents libres de droits issus des collections de la BNF, de la Bibliothèque Nationale Széchényi de Hongrie et de la Bibliothèque nationale du Portugal. Il s'agit de reproduction des documents originaux, mais numérisés afin d'y rendre possible la navigation. Le moteur de recherche est adapté de ce qu'avait proposé Exalead.

Il s'agit d'une réalisation qui, pour le moment, ne pourra intéresser qu'un public bibliophile. Par ailleurs, sa dimension européenne reste réduite. Mais nous pensons que, quelles que soient les difficultés et objections, il faudra continuer et essayer d'impliquer davantage les institutions européennes dans l'entreprise. Il n'est plus possible désormais de reculer.

www.europeana.eu


Le radar Marsis de la sonde européenne Mars Expres confirme l'existence de quantités considérables de glace d'eau aux pôles martiens
JPB- CJ - 23/03/2007

Cette estimation est le résultat d'une cartographie de l'épaisseur du mélange de glace et de poussières réalisée par l'instrument radar de Mars Express, qui a effectué plus de 300 coupes virtuelles dans les strates de dépôts recouvrant le pôle sud. Le radar est en mesure de « voir » jusqu'à la limite inférieure des couches glacées, qui par endroits atteint une profondeur de 3,7 kilomètres en dessous de la surface. Des quantités semblables ont été détectées au pôle nord. Les strates de dépôts du pôle sud de Mars couvrent une zone équivalente à une grande partie de l'Europe.

Si l'eau ainsi détectée redevenait liquide (ce qui est impossible vu la température de surface de Mars), elle couvrirait la planète d'une couche uniforme de 11 mètres. Mais Mars dans sa jeunesse aurait hébergé beaucoup plus d'eau, de véritables océans et des fleuves, selon ce que fait supposer son relief actuel.

Le radar Marsis (Mars Advanced Radar for Subsurface and Ionospheric Sounding) a été développé conjointement par le Jet Propulsion Laboratory et l'Université italienne La Sapienza, sous la responsabilité de l'Esa.


Données obtenues par MARSIS montrant l'allure générale
des strates de dépôt au pôle sud martien


Pour en savoir plus
Article dans Science (abstract) : "Subsurface Radar Sounding of the South Polar Layered Deposits of Mars", par Jeffrey J. Plaut & al.
Published Online March 15, 2007 Science DOI: 10.1126/science.1139672


Deuxième Congrès de la Société de philosophie des Sciences
.
Ce Congrès se tient à Genève les 29, 30 et 31 mars 2007. Nous ne pouvons que rappeler l'intérêt des approches interdisciplinaires qu'organise la SPS. Il est dommage que les interventions ne soient pas publiées en ligne, ni même résumées, après un délai raisonnable.

Programme du Congrès http://www.sps.ens.fr/activites/2007-2econgres/2econgres-programme.html
Site de la SPS http://www.sps.ens.fr/

Retour au sommaire