Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 80
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).


Infoxpress

de mars-avril 2007

Nous proposons ici une rubrique destinées à publier des informations brèves suivant de près l'actualité. Nous leur donnerons une tonalité politique (politique industrielle, politique scientifique, intelligence économique) qu'il n'est toujours pas possible d'imposer à toutes les autres rubriques de la revue. La page Infoxpress ne remplacera pas la page ACTUALITES


1,3 milliard d'euros pour la publicité alimentaire en France

Un article du Monde (14 Mars 2007, p. 19) chiffre à 1,3 milliard d'euros les sommes dépensées par l'agroalimentaire français en publicité. Celle-ci participe, de l'avis général, à l'épidémie d'obésité, notamment chez les enfants. L'Institut national pour la prévention et l'éducation à la santé INPES a été doté d'un budget de 10 millions pour la communication en matière de prévention, en application du décret d'application de 2007 et de la Loi de 2004 visant à combattre l'obésité infantile. On voit la disproportion entre les messages de l'Association nationale des industries alimentaires et ceux de l'INPES. Continuez à grossir, petits-enfants, le loup ne vous en aimera que davantage. 18/03/07


Main-mise accrue des Etats-Unis sur la Banque Mondiale

Tous les échos qui parviennent de cet organisme confirment le rôle délétère qui joue son président, Paul Wolfowitz et les équipes complaisantes qu'il y a introduites. Non seulement Wolfowitz n'a rien perdu de son militantisme néoconservateur au service de la diplomatie américaniste la plus engagée, mais il a poussé au départ tous les cadres qui pouvaient maintenir un minimum de multipolarité dans les interventions de la Banque. Celle-ci demande pourtant à ses membres plus de 25 milliards de dollars pour les trois prochaines années. Il faudrait selon nous y regarder à deux fois avant de souscrire.

Signalons - mais ceci n'a aucun lien avec cela (du moins en apparence) - que les Etats-Unis avaient rejeté le 23 février la déclaration d'Oslo adoptée ce même jour pour interdire les bombes à sous-munitions ou à fragmentation, particulièrement dangereuses pour les populations civiles. Paris et Londres au contraire avaient modifié leur point de vue, traditionnellement favorable, et s'étaient prononcés contre ces armes.


La Cour des Comptes dénonce l'état de la recherche sur les sciences de la vie en France

Dans un rapport qui vient d'être rendu public, la Cour des Comptes constate que les sciences de la vie manquent en France de perspectives stratégiques, de crédits et de pilotage. Ce domaine absorbe le quart du budget civil de Recherche soit 2,4 milliards d'euros. Il mobilise quelque 12.000 chercheurs et enseignants. Pourtant, selon le rapport, l'ambition affichée par le Comité interministériel de la recherche scientifique et technique en 1999 a été insuffisamment soutenue dans la durée. Elle s'est "diluée" à partir de 2002. Le pilotage par l'Etat est de plus en plus insuffisant, sans que les structures horizontales prennent le relais. L'Union européenne n'est guère plus efficace. Pendant ce temps, les grandes nations concurrentes ont accéléré leurs efforts. Le décrochage vis-à-vis des Etats Unis et même de la Grande Bretagne est particulièrement inquiétant.
On peut se demander comment ce rapport sera reçu par les chercheurs et les organismes. Plus généralement, qui aujourd'hui en tirera des leçons permettant d'améliorer la place de la France, de ses laboratoires et de ses industries ?

Il faut quoi qu'il en soit se féliciter de voir la Cour sortir de son domaine privilégié qui est le contrôle des comptes pour aborder - une fois de plus - le domaine essentiel des stratégies de recherche.

* http://www.ccomptes.fr/Cour-des-comptes/publications/rapports/sciences-du-vivant/rapport-sciences-vivant.pdf


127 milliards de dollars pour les robots-combattants américains

L'Amérique avec 127 milliards de dollars prévus sur 8 à 10 ans domine le domaine des matériels militaires robotisés. Elle se prépare à dominer le marché de la robotique civile. Les Britanniques s'efforcent d'avoir une part du gâteau.

Pour 2015, le département américain de la défense (DOD) prévoit qu'un tiers de ses forces combattantes seront composées de robots. Ceux-ci feront partie du projet FCS ou Future Combat Systems, qui, avec 127 milliards de dollars, est le plus grand programme technologique jamais décidé dans l'histoire américaine.
Dès maintenant l'armée américaine dispose de 20 systèmes de combat terrestres et aériens télécommandés ou automatiques (unmanned ground and air vehicles). Ceux-ci sont développés dans le cadre du Joint Robotics Program Master Plan doté de 13 milliards de dollars. Plus de 2.500 de ces matériels sont en service sur divers terrains d'affrontements. En 2035, le DOD pourra aligner des robots-soldats complètement autonomes.

32 pays sont réputés financer de telles études, avec des moyens évidemment bien moins importants. Les Britanniques sont les plus engagés. La firme de défense et de sécurité Qinetiq (QinetiQ North America) dispose de nombreux contrats, lui ayant par exemple permis de développer le robot Talon à partir de sa filiale américaine Foster-Miller.

L'emploi de ces matériels sur le champ de bataille ou dans la lutte contre des manifestants civils pose de nombreuses questions, qui font l'objet de débats, au moins aux Etats-Unis. La première interrogation porte sur leur fiabilité et plus particulièrement, la possibilité qu'ils se trompent de cibles en atteignant les forces amies. Rien n'exclut non plus qu'ils soient incapacités par des techniques même rustiques de brouillage ou détournés par des intrusions électroniques.

Sur un plan plus général, ces programmes démontrent une nouvelle fois ce que nous avons plusieurs fois signalé. Les progrès dans la robotique autonome découlent principalement des investissements militaires eux-mêmes couverts par le secret défense. Les sommes d'ailleurs importantes consacrées par les entreprises japonaises pour développer des robots dits de compagnie ne peuvent être comparées aux crédits militaires. Mais que feront les firmes – essentiellement américaines – bénéficiant des financements des Armées ? Les réintroduiront-elles dans des systèmes civils vendus sur le marché mondial ? Dans ce cas, elles bénéficieront d'avantages compétitifs considérables. Ce mécanisme est bien connu dans l'aéronautique, où il favorise notamment Boeing. Demain, le marché des robots autonomes sera devenu lui aussi très important et concurrentiel. On peut prévoir que les sociétés ayant travaillé pour la défense américaine le domineront facilement.

* Le projet Future Combat Systems http://www.globalsecurity.org/military/systems/ground/fcs.htm
* Unmanned Ground Vehicles (UGV) http://www.globalsecurity.org/military/systems/ground/ugv.htm


Un grand programme européen, le canal Seine-Nord

Depuis l'inauguration du canal du Nord, en 1965, la France et avec elle l'Europe du Nord n'avaient pas connu de projet de cette ampleur en matière de transport fluvial. La réalisation du canal Seine-Nord Europe exisera des travaux considérables: long de 105 kilomètres, large de 54 mètres, le canal devra accueillir des convois de 4 400 tonnes, contre 700 actuellement pour le canal du Nord. Il permettra de relier le bassin de la Seine à celui de l'Escaut. Le réseau fluvial de la puissante Ile-de-France communiquera ainsi avec les canaux et aux grands ports de la riche Europe du Nord, comme Anvers et Rotterdam. Le canal offrira une alternative au transport routier sur l'axe Amsterdam-Paris, en situation de saturation, et stimulera un développement plus respectueux de l'environnement. A terme, plus de 32 millions de tonnes de marchandises devraient transiter, chaque année, par ce canal de grand gabarit. L'équivalent de 1,6 millions de poids lourds. Soit un camion toutes les vingt secondes...

Il s'agit donc bien d'un de ces grands programmes industriels et technologiques dont nous voudrions que l'Europe se dote plus systématiquement afin d'améliorer sa place dans le monde.

Début des travaux: 2008. Mise en service: 2012. Coût: 2,6 milliards d'euros.

* http://ine.dad.be/documents/Waternews/Publications/Brochures/TEN_T_Seine_Nord.pdf


Bon exemple donné par Sanofi-Aventis

La presse internationale a salué l'annonce conjointe de la firme pharmaceutique Sanofi-Aventis, basée à Paris et de l'ONG Médecins sans frontières, concernant l'introduction prochaine de l'Asaq sur le marché international. Cette molécule est destinée à procurer un traitement efficace contre la malaria, pour le prix d'1 euro environ. Sanofi ne percevra pas de bénéfices sur les ventes aux pays pauvres. Mais le produit pourra être vendu plus cher dans les pays développés. L'Asaq pourra également être produite et vendue par les génériqueurs. Espérons que cet exemple sera suivi par les autres grosses entreprises capitalistes du secteur, qui s'accrochent à leurs brevets et à leurs profits, même quand il s'agit de traiter des maladies qui font des centaines de millions de victimes dans le tiers-monde.

* Communiqué de Sanofi Aventis http://en.sanofi-aventis.com/press/ppc_16017.asp


Lancement réussi d'une Ariane 5 le 11 mars 2007

Source AFP. Une fusée Ariane 5 a été lancée dimanche du Centre spatial guyanais (CSG) de Kourou et a placé sur orbite les satellites de télécommunications Skynet 5A (militaire, britannique) et INSAT 4B (civil, indien). Ce lancement était le 31e d'une fusée Ariane 5 et le premier pour l'année 2007.

Skynet 5A, d'une masse d'environ 4,7 tonnes, a été lancé pour le compte d'EADS-Astrium, dont la filiale Paradigm offrira ensuite des télécommunications sécurisées pour les forces armées britanniques, ainsi que pour l'Otan et d'autres pays. Paradigm Secure Communications a signé un contrat de 3,6 milliards de livres sterling (environ 5,4 milliards d'euros) avec le ministère de la Défense britannique portant sur la fourniture de services sécurisés jusqu'en 2020. Le lanceur européen a déjà placé sur orbite les satellites de la série Skynet 4, et Arianespace doit encore lancer Skynet 5B et 5C.

D'une masse de trois tonnes, le satellite INSAT 4B de l'agence spatiale indienne ISRO (Indian space research organisation) est le treizième confié par l'Inde à Arianespace depuis 1981. Ce satellite de télécommunications et télévision est équipé de 12 répéteurs en bande Ku et de 12 répéteurs en bande C. Sa zone de couverture s'étendra essentiellement à l'ensemble du sous-continent indien.

Arianespace, en position de leader mondial, a réalisé en 2006 un chiffre d'affaires d'environ 985 millions d'euros en lançant avec succès cinq Ariane 5 ECA porteuses de 11 satellites. Le nombre de lancements prévus en 2007 est de 6 Ariane 5 avec 10 satellites et une première mission de l'ATV (ravitailleur automatique européen) vers la station spatiale internationale, auxquels s'ajouteront 3 tirs de Soyouz (fusée russe) au départ de Baïkonour. Arianespace a un carnet de commandes global de plus de 40 satellites à lancer.

Nous suivrons avec attention le lancement de l'ATV, camion ravitailleur mis au point par l'ESA, qui devra s'amarrer automatiquement à la Plate-forme spatiale internationale.


Retour au sommaire