Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 84
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

Sciences, technologies et politique
Pour une Ligue Européenne de l'Espace

par Jean-Claude Empereur
22/09/07

Cet appel que nous relayons ici est signé du président exécutif de Paneurope France, Jean-Claude Empereur, que nos lecteurs connaissent bien. Nous donnerons des précisions sur l'accueil fait à cette idée, et la façon de s'y associer, le moment venu.

Dans un article très incisif du Figaro du 21 septembre dernier, intitulé « L’ambition spatiale européenne : dernier appel avant extinction de voix. », François Auque, Président d’EADS Astrium, met en évidence l’état de déshérence dans lequel se trouve aujourd’hui la politique spatiale de l’Union Européenne.

Nouveau cri d’alarme, sa prise de position s’inscrit dans une série d’interventions, de rapports, de colloques auxquels Paneurope à largement pris sa part depuis plusieurs années. Rappelons notamment le dernier d’entre eux, un Colloque organisé à Toulouse par Paneurope le 17 novembre 2006, "Politique spatiale et souveraineté européenne". (http://www.automatesintelligents.com/manif/2006/coltoulouse.html)

Le drame de cette politique, c’est que l’opinion publique, subjuguée, notamment , par les succès répétés et parfaitement médiatisés d’Ariane, ne se rend pas compte que ces succès sont le résultat d’une politique lancée il y a près de quarante ans, politique dont la relève concernant les décennies à venir n’est plus assurée, faute de moyens, et en absence de volonté politique.

Ceci est d’autant plus inquiétant que dans le même temps les Etats-Unis, mais aussi la Chine, l’Inde et bien entendu la Russie se dotent de programmes à long terme ambitieux.

Tous ont, en effet, compris que la politique spatiale était l’élément clef de la puissance de l’indépendance et de la souveraineté et qu’elle était l’un des instruments majeurs de la compétition multipolaire qui marque ce début du XXI ème siècle.

Nous considérons, au sein du mouvement paneuropéen, et tout particulièrement au sein de Paneurope France mais aussi de Paneuropa-Union Deutschland que le moment est venu de saisir et d’informer l’opinion publique européenne de la nécessité vitale pour l’Union d’une relance extrêmement volontariste de cette politique.

Nous avons toujours été convaincu, en effet, que, dans ces domaines d’indépendance et de souveraineté, le soutien massif et organisé, pour ne pas dire la pression, de l’opinion était indispensable.

On à de bonnes raisons de s’inquiéter lorsque l’on voit que, pour éviter le naufrage de Galileo, programme spatial décisif pour notre avenir, Jacques Barrot est obligé de recourir à des expédients en proposant de puiser dans les crédits non utilisés de la Politique Agricole Commune les 2,4 milliards d’Euros nécessaire au financement des infrastructures du projet. Saluons à cette occasion le courage et la lucidité du vice-président de la Commission.

Face à une situation qu’il ne faut pas hésiter à qualifier de dramatique, Paneurope France propose la création d’une « Ligue Européenne de l’Espace » destinée à mobiliser en profondeur l’opinion publique européenne.

Cette ligue devrait rassembler, dans un vaste élan paneuropéen, toutes celles et ceux : membres de la société civile, responsables politiques économiques ou syndicaux, industriels, chercheurs, universitaires, intellectuels, qui pensent, comme l’ont rappelé Christian Cabal et Henri Revol, en février dernier, au nom de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques, qu’il n’existe, en ce domaine, pour les Européens, pas d’autre choix que celui de l’audace ou du déclin.

Retour au sommaire