Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 90
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

Sciences et politique
La menace de la bombe EMP
par Jean-Paul Baquiast - 16/08/2008

Les risques que présenterait pour les Etats-Unis une bombe électromagnétique à énergie pulsée d'origine iranienne (EMP) font actuellement l'objet d'une réévaluation à la lumière de certains évènements récents

Kenneth R. Timmerman, né en 1953, est un éditorialiste et auteur politique d'opinion conservatrice extrême. Il est responsable de l'organisation activiste Foundation for Democracy in Iran qui milite pour le renversement du pouvoir iranien actuel, mais qui n'a que peu d'échos en Iran même. Il a beaucoup écrit sur les armes de destructions massives au Moyen Orient et le fait que l'Amérique ait entretenu leur dissémination. Ce profil n'en fait pas un intermédiaire objectif pour réfléchir aux dangers que peut faire courir l'Iran d'aujourd'hui aux Etats-Unis. L'article qu'il publie dans la revue Newsmax soulève cependant une question qui ne peut laisser indifférent les responsables de la défense, y compris en Europe. Il s'agit des risques découlant d'une explosion nucléaire en haute altitude, produisant une onde électromagnétique détruisant tous les systèmes électriques et électroniques à l'échelle d'un continent entier. Le sujet avait déjà été évoqué en France par le Général Gallois, père de la force de frappe française, sans éveiller semble-t-il beaucoup d'échos.

Missile La menace représentée par la Bombe EMP, générant un flux Electro-Magnétique Pulsé ou Electromagnetic Pulse (EMP) a depuis longtemps été évoquée par les scientifiques et les militaires, notamment aux Etats-Unis. Une Commission a été créée pour étudier ce sujet, sous la présidence du Dr William Graham, ancien Conseiller scientifique à la Maison Blanche sous Ronald Reagan. Il s'agit de la «Commission to Assess the Threat to the United States from Electromagnetic Pulse (EMP) Attack». Les travaux de cette Commission et d'autres analogues sont suivis attentivement par l'intelligence israélienne.

Qu'est-ce que la bombe EMP ou E-bombe ? il s'agit d'un engin destiné à saturer l'environnement d'ondes électromagnétiques de toutes longueurs d'ondes pour détruire de façon définitive les composantsélectroniques de tout ordinateur ou système électronique, supports de communications, lignes électriques ou téléphoniques dans sa zone d'action. Il existe deux types de bombes. La plus simple est l'UWB à bande ultra large qui tire profit d'un explosif générant un champ magnétique, généralement une bombe H, la seconde est la HPM qui utilise un générateur de micro-ondes de haute puissance.

Un engin nucléaire de ce type explosant dans l'atmosphère affecterait une superficie de plusieurs millions de kilomètres carrés, empêchant notamment tous les transferts d'informations véhiculés par des ondes électromagnétiques (radio, télévision, systèmes informatiques, avions, etc.) Une telle bombe donne un avantage stratégique énorme en paralysant l'ennemi sur son propre terrain et du fait d'un plus que probable black-out provoquant une panique au sein de la population.

E Bomb (vue d'artiste)Cette utilisation n'évite pas la contamination radioactive ou l'irradiation, mais les rend secondaires au regard des effets sur les réseaux de communication. Selon les analyses américaines récentes, la destruction de ces réseaux ramènerait l'Amérique à l'état de développement qui était le sien au 18e siècle, avec une population qui progressivement, en commençant par les plus faibles, n'atteindrait plus que quelques trente millions d'habitants. Le système politico-économique entier s'effondrerait, comme il le ferait dans l'hypothèse d'une pandémie grippale de grande virulence affectant les centres du pouvoir et de la vie sociale.

On sait que l'ancien projet de Guerre des Etoiles avait été en partie imaginé pour parer à un tel danger. Mais devant son coût et les difficultés techniques rencontrées, il avait été abandonné. Le programme actuel dit BMD dont le volet européen devrait être déployé dans les prochaines années en Europe sous la pression américaine (voir notre article BMDE http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=111&r_id= ) en représente la version moderne, sur l'efficacité de laquelle beaucoup d'experts s'interrogent. Il est présenté comme pouvant faire face à des missiles, à tête conventionnelle ou éventuellement nucléaire, provenant des Etats dits voyous, notamment Iran ou Corée du Nord et visant des objectifs terrestres. Les missiles russes ne sont pas évoqués, on le sait. Mais la menace de ces Etats voyous n'a jamais été analysée, au moins dans les publications destinées au public, comme prenant la forme de l'envoi d'une bombe EMP. Il semblait que ces Etats n'avaient pas la technologie nécessaire pour une telle bombe non plus que les lanceurs indispensables à son positionnement en haute altitude.

C'est plutôt le «lobby juif» américain et ses correspondants en Israël qui suivent l'évolution de la question. Ils font en effet valoir qu'une bombe EMP, mieux qu'une bombe atomique conventionnelle, pourrait neutraliser entièrement l'Etat hébreu. Les Israéliens insistent beaucoup, par ailleurs, sur le danger que représentent les recherches iraniennes en matière de production de matière fissile et de lanceurs. Le tout nourrit une forte activité diplomatique et militaire américano-israélienne autour de la nécessité d'une frappe préventive sur l'Iran. Mais il semble que le DOD et une partie des chefs militaires américains ne veuillent pas, pour le moment du moins, envisager cette hypothèse.

Des essais troublants

C'est dans ce contexte qu'il faut examiner les propos de Kenneth R. Timmerman, qui ne prétend pas s'exprimer pour son propre compte, mais seulement rapporter les inquiétudes de la communauté du renseignement américain, dits dans l'article US.Intel. Community. Selon l'auteur, le Dr Graham aurait témoigné devant le « Armed Services Committee » de la Maison Blanche, en faisant valoir que l'US Intel avait fait plusieurs rapprochements troublants. L'Iran a récemment réussi des essais de lancement à partir d'une plateforme en Mer Caspienne, avec des missiles Scud et même des missiles Shahab-3 (photo). Pourquoi utiliser une plate forme en mer ? De plus, pourquoi avoir fait exploser les têtes (war heads) au sommet de la trajectoire (apogée) c'est-à-dire en haute altitude et non au dessus de ce qui aurait pu être une cible terrestre ? Le lancement plus récent d'une fusée Safir destinée à mettre en orbite un petit satellite, ne peut que renforcer les craintes.

Les Iraniens se sont ainsi placés dans l'hypothèse où une bombe atomique serait lancée à partir d'un navire en mer par un missile à longue portée. La bombe exploserait dans la haute atmosphère (40 à 400 km). Ce serait exactement ce qu'ils feraient s'ils voulaient faire détonner anonymement une bombe EMP au dessus des Etats-Unis, à partir d'un bâtiment de commerce (éventuellement suicide) croisant au large de la côte Est américaine. Les destructions en résultant seraient celles auxquelles nous faisions allusion au début de cet article. Les premiers tests de lancement d'un Scud à partir d'un cargo avaient d'ailleurs été entrepris dès 1998 et se sont poursuivis depuis. Il faut noter que si un missile lancé près des côtes américaines n'était pas détruit dans les minutes suivant son lancement par un anti-missile – ce qui est difficile – sa destruction en altitude provoquerait l'explosion de sa tète nucléaire et entraînerait les effets redoutés.

Le Claremont Institute, conservateur, réuni à Dearborn, Mich. récemment, a repris et commenté les propos du Dr Graham, en s'efforçant de montrer que le président Mahmoud Ahmadinejad envisageait cette hypothèse quand il expliquait que le monde pouvait très bien se passer des Etats-Unis. Mais qu'en conclure ?

Ce qui manque à l'Iran est la tête nucléaire. Les Iraniens, selon l'US. Intel, pourrait en posséder une de la puissance suffisante vers 2015. Pourraient-ils cependant monter le système complexe que représenteraient le lanceur, son vecteur maritime et la bombe sans alerter les services de renseignements ? Ceci parait douteux. Mais beaucoup aux Etats-Unis et en Israël jugeront que rien ne justifie de courir ce risque et que donc des frappes préventives sur Téhéran s'imposent. Mais frapper quoi et avec quels armes ? Et comment faire face aux suites politiques d'une telle intervention ?

La difficulté consistant à empêcher l'Iran de se doter de bombes nucléaires ou EMP conduit d'ailleurs le lobby militaro-industriel américain à demander l'accélération du programme BMD, tout en s'assurant qu'il serait efficace en cas de besoin, ce qui n'est pas le cas actuellement. Au moins un trillion de dollars serait nécessaire à cette fin. Mais les Etats-Unis peuvent-ils s'offrir une telle dépense ?

Dans tous les cas, la bienveillance de la Russie serait nécessaire. Ceci expliquerait la modération actuellement manifestée par Washington à l'égard de Moscou dans la crise des Balkans. Mais ceci tout au contraire n'expliquerait pas la provocation à l'égard des Russes que représente l'accord USA-Pologne sur le BMDE. D'autant plus que la partie européenne du BMD, comme indiqué ci-dessus, ne jouerait sans doute aucun rôle dans la prévention d'une attaque lancée par l'Iran à partir des côtes américaines nord atlantique. Peut-on il est vrai espérer des cohérences stratégiques de la part des Etats-Unis actuellement, sous un G.W. Bush finissant ?


Au-delà de ces questions immédiates, nous pensons qu'évoquer de nouveau la possibilité d'une agression par bombe EMP sur les réseaux mondiaux présente un intérêt politique et philosophique plus général. De tels réseaux, devenus indispensables à notre civilisation, ne devraient-ils pas être mieux protégés? L'internet initial défini par la Darpa avait pour but d'échapper par sa redondance aux attaques locales. Qu'en est-il aujourd'hui?

Pour en savoir plus :
Lire l'article de Kenneth R Timmerman
http://www.newsmax.com/timmerman/iran_nuclear_plan/2008/07/29/117217.html

Retour au sommaire