Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 100
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

ACTUALIT
ÉS

Octobre- décembre 2009

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

Petman, le robot anthropomorphe capable de marcher comme un humain
Christophe Jacquemin - 30/10/2009

Nous vous avions déjà présenté dans nos colonnes les incroyables robots réalisés par la firme Boston Dynamics, par exemple le robot porteur de charge BigDog (cf notre actualité du 8 mars 2006).

Le robot Petman  ©  Boston DynamicsVoici aujourd'hui Petman (Protection Ensemble Test Mannequin), premier robot anthropomorphe créé afin de tester des tenues de protection chimique pour l’armée américaine.
Le robot Petman  ©  Boston Dynamics«A terme, Petman permettra de s’auto-équilibrer et de se déplacer librement, en marchant, rampant et faisant un grand nombre de tests de résistance sur les tissus exposés à des agents chimiques utilisés en guerre» expliquent les responsables de la société.

Comme la mule robotique BigDog, Petman reste debout et garde son équilibre, même lorsqu’il est bousculé ou déséquilibré.
Il peut effectuer la même marche qu’un humain (talon-pointe) à la vitesse de 5,15 kilomètre par heure.

Ce robot pourra également simuler la physiologie humaine dans les vêtements de protection, en contrôlant la température, l’humidité et la transpiration lorsque cela est nécessaire, afin d'offir des conditions de tests les plus réalistes possibles.

Pour en savoir plus
Site de Bostondynamics : http://www.bostondynamics.com/robot_petman.html


Ariane, Ares et l'avenir des missions lunaires
Jean-Paul Baquiast - 30/10/2009

Le lanceur européen Ariane 5 a accompli avec succès le 29 octobre sa sixième mission de l'année 2009, en plaçant sur orbite de transfert géostationnaire les satellites NSS-12 et Thor-6 pour le compte des opérateurs SES World Skies et Telenor Satellite Broadcasting.
La masse totale à injecter sur orbite était de près de neuf tonnes.

NSS-12 a été le 32ème lancement de satellites pour le compte de l'opérateur SES World Skies par Arianespace sur un total de 41 satellites constituant la flotte de ce groupe. Quant à Thor-6, il sera chargé de la diffusion de la télévision en direct à partir de la position 1° Ouest afin de remplacer Thor-3. Il permettra de couvrir les pays scandinaves ainsi que les pays d'Europe Centrale et de l'Est d'où provient une demande croissante dans le domaine d'activité du satellite. Il a été construit par Thales Alenia Space.

Le prochain vol d'Ariane, le vol 193, est prévu pour le 10 décembre. Il emportera le satellite Hélios-2B du ministère français de la défense, ce qui impliquera des mesures de sécurité très importantes autour du site. La version d'Ariane 5 ne sera pas l'ECA mais la GS car il s'agira d'un lancement simple sur orbite polaire et non d'un lancement double sur orbite de transfert géostationnaire comme le fait généralement Arianespace. C'est d'ailleurs la dernière Ariane 5 GS produite

Ares

Ares sur son pas de tirLa veille du vol 192 d'Ariane 5 eut lieu le premier tir d'essai de l'hypothétique remplaçant de la navette américaine, le lanceur Ares 1-X . Le lancement fut effectué avec plusieurs retards. Il a duré 2min30 et s'est achevé à la fin de la combustion du premier étage et à la séparation de celui-ci avec le reste du lanceur, comme prévu.

La Nasa s'est évidemment félicitée de la réussite de ce test, qui n'a pas révélé de faiblesses particulières, contrairement à ce que l'on avait craint. Mais l'avenir du lanceur dans la reprise des missions lunaires reste incertain. Nous avions signalé précédemment qu'une commission d'experts présidée par Norman Augustine, ancien président du groupe Lockheed Martin, avait préconisé la refonte du programme d'exploration Constellation afin de trouver des solutions moins onéreuses que celles retenues par l'administration Bush, à savoir un lanceur léger Ares 1 destiné à l'équipage ainsi qu'un lanceur lourd Ares 5 pour le lancement de l'orbiteur et de l'alunisseur. L'audit a proposé cinq scénarios apportant des solutions différentes, dont le recours à des compagnies privées telles que Space X ou United Launch Alliance pour le module habité.

Barack Obama n'a pas encore pris de décision à cet égard, mais on doute de son enthousiasme pour la conquête de l'Espace. Il est clair qu'en l'absence d'une volonté équivalente chez les Européens, le ralentissement du programme spatial américain laisserait la voie libre à la Chine, la Russie et l'Inde pour qui au contraire il s'agit d'un domaine éminemment stratégique. Le recul des Etats-Unis et l'absence de l'Europe marqueraient alors aux yeux de tous le déclin de ce que l'on appelle encore l'Occident et le changement de centre de gravité dans la puissance du monde.

Le lancement réussi d'Ares 1-X marquera-t-il un coup d'épée dans l'eau. A quel recalibrage du programme Constellation aboutira-t-il? Au-delà des enseignements techniques de ce premier test dans l'espace, c'est le devenir même de la Nasa et son mode opératoire qui sont en jeu.

C'est là qu'il faut s'interroger. L'Esa disposant d'un lanceur lourd, Ariane 5, qui pourrait selon les experts être « upgradé » sans trop de dépenses pour emporter une mission lunaire, il serait lamentable qu'une coopération entre elle et d'autres nations ayant une volonté spatiale, Etats-Unis ou Russie, par exemple, ne permette pas d'envoyer des explorateurs européens sur la Lune en même temps, sinon avant les Chinois, bien décidés pour leur part à réussir au plus tôt et seuls. Mais en Europe, on en est encore à se poser des questions sur le rôle de l'homme dans l'espace.


Colloque de rentrée du Collège de France. Darwin a deux cents ans

Ce colloque (15 et 16 octobre 2009), était d'un grand intérêt pour les évolutionnistes et les darwiniens. Il rassemblait divers chercheurs ayant apporté des contributions décisives à la théorie darwinienne. Beaucoup d'entre eux ont déjà été présentés sur notre site.

Les interventions et débats sont disponibles en audio ou vidéo sur :
http://www.college-de-france.fr/default/EN/all/col_rent09/Colloque_de_rentree_2009_D__16.jsp



Jeudi 15 octobre

Jean-Pierre Changeux. Collège de France
Introduction
Armand de Ricqlès Collège de France
Histoire de l’évolutionnisme
Anne Fagot-Largeault Collège de France
L’évolutionnisme comme science historique
Isabelle Olivieri, Université Montpellier II, Institut universitaire de France
Théorie synthétique et saltationisme

Chris Bowler École normale supérieure
Haeckel et l’évolution, le point de vue des diatomées
Vincent Colot École normale supérieure
L’épigénétique au travers des générations : simple bizarrerie ou moteur de l’adaptation ?
Luis Quintana-Murc iInstitut Pasteur et CNRS
Génétique, histoire de l'homme et sélection naturelle
Stanislas Dehaene Collège de France
Quand le recyclage neuronal prolonge l’hominisation
Michel Brunet Collège de France
Hominidés… Nouveaux paradigmes d’une origine africaine

Vendredi 16 octobre

Jean Gayon Université Paris I Panthéon-Sorbonne
Les origines des facultés mentales et morales chez Darwin et Wallace
Mireille Delmas-Marty Collège de France
Hominisation et humanisation
Miguel Nicolelis Duke University
Computing with Neural Ensembles
Jean-Michel Besnier École polytechnique
Comment penser le post-humain

Catherine Malabou Université Paris X et Buffalo University
Les transformations morphologiques : programme, promesse, ou au-delà ?
Lorraine Daston Max Planck Institute, Berlin
Why Does Nature Have Moral Authority – Even If It Shouldn’t
Allan Young McGill University
The Traumatic Evolutionary History of Human Nature and Sub-Cortical Brain
Philippe Descamps Université Paris IV Sorbonne
Le sacre de l’espèce humaine
Antoine Compagnon Collège de France
Darwin en littérature


Présentation de nouvelles générations de robots
JPB-CJ - 15/10/2009

Les chercheurs japonais ont présenté de nouvelles générations de robots à la manifestation Robo-One qui s'est tenue fin septembre à Toyama-City. Le site Wired présente 3 vidéos intéressantes sur ce sujet, la plus remarquable, bien que la moins spectaculaire, concernant un robot piloté par les pensées" de son partenaire humain. Les "pensées" sont des informations électromagnétiques provenant du cerveau de l'expérimentateur et collectées grâce à un casque. Cette méthode, on le sait peu, se généralise dans les jeux vidéos de nouvelle génération, afin d'actionner les avatars.

* Voir http://www.wired.com/gadgetlab/2009/09/robot-videos-roboone/
* Sur les compétions Robo-One, voir http://en.wikipedia.org/wiki/Robo_One

 

Retour au sommaire