Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 123
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

 

Actualités
décembre 2011

 

Le plus grand radiotélescope du système solaire
Jean-Paul Baquiast 12/12/2011

On peut sans risques lancer cette affirmation, compte tenu des performances annoncées du radiotélescope russe Radioastron. Celui-ci exploite une idée intéressante: coupler un radio télescope en orbite avec deux radiotélescopes à terre, afin d'obtenir par interférométrie des images d'une résolution en principe supérieure de 10.000 fois à celles obtenues par Hubble.

Le télescope orbital (image) a été lancé en juillet dernier, à bord d'un satellite baptisé Spectr-R. Il dispose d'une antenne radio de 10m. Il est positionné sur une orbite elliptique distante de 10.000 km à plus de 300.000 km de la Terre.

Lors de sa première observation le 15 novembre, le télescope spatial était couplé avec une antenne de 32m du réseau russe QUASAR, une autre de 70m située à Evpatoria, Ukraine, et une de 100m appartenant au télescope Effelsberg en Allemagne. La galaxie 0212+735 a été observée de façon satisfaisante.

Un programme d'observation très ambitieux est prévu, permettant notamment d'étudier des galaxies lointaines afin de mesurer leurs distances, pour préciser le concept d'expansion de l'univers et d'énergie noire.

Nous ne pouvons que saluer la collaboration engagée entre la Russie et des observatoires européens sur cet important programme.

* Radiosastron. Home page http://www.asc.rssi.ru/radioastron/


Une turbine d'aérogénérateur prend feu
Jean-Paul Baquiast 12/12.2011

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'accident s'est produit en Ecosse, à Ardrossan, North Ayrshire, début décembre. Sous des vents de 260 kmh, l'une des turbines du site n'a pu mettre les pales en drapeau, provoquant un échauffement puis une explosion. Des débris ont été répandus aux alentours. Une enquête est en cours.

Les adversaires des éoliennes se sont déjà saisis de l'évènement pour contester les implantations. On doit cependant admettre que des accidents industriels peuvent toujours survenir, y compris dans les énergies renouvelables.

* http://www.newscientist.com/blogs/onepercent/2011/12/why-did-a-wind-turbine-self-co.html


Fukushima, l'accident est-il dû au tsunami ?
Christophe Jacquemin - 08/12/2011

La centrale de Fukushima, un mois après le  tusnami du 11  mars 2011 - photo : newscosipaLa vague de 13 mètres qui s’est abattue sur la centrale nucléaire de Fukushima le 11 mars dernier ne serait pas la cause première des dégâts subis par l’installation japonaise comme l'a prétendu Tepco. Selon la commission gouvernementale chargée de mener une enquête sur les causes de la catastrophe(1), ce pourrait être le tremblement de terre ayant précédé le tsunami qui a endommagé les structures et les canalisations de la centrale.

Des experts (tel Hitoshi Yoshioka, l'un des membres de la commission gouvernemantale) ont déjà mis en cause le scénario de la catastrophe présenté par Tepco : dans un article publié en septembre, Mitsuhiko Tanaka, un ingénieur japonais, affirmait que la tuyauterie de la centrale était déjà endommagée avant le déferlement du tsunami, en se fondant sur les horaires mentionnés dans les notes des techniciens de la centrale.

Cette hypothèse n’est pas pour plaire à Tepco : elle signifierait que l’exploitant (comme les autres groupes) devrait remettre à niveau toutes ses installations pour répondre à des normes antisismiques renforcées. Ce qui signifie des investissements lourds et des délais supplémentaires pour remettre en service les réacteurs arrêtés actuellement pour subir des tests de résistance(2).

(1) Un rapport d'étape a été dévoilé le 2 décembre ; les résultats définitifs de l'enquête sont attendus pour le 26 décembre prochain.
(2) Actuellement, 9 des 54 réacteurs japonais fonctionnent. Tous doivent satisfaire aux tests de résistance voulu par Tokyo avant d'être relancés.

Pour en savoir plus
"Panel doubts TEPCO claim tsunami caused nuke accident"
voir aussi ci-dessous, notre actualité du 3/12 : "Un syndrome chinois possible à Fukushima".


My Science Work. La documentation scientifique en libre accès
08/11/2012

Le blog scientifique My Science Work publie un article détaillé sur les sources de documentation scientifique en libre accès. Généralement connues des chercheurs dans leurs domaines, ces sources méritent d'être pratiquées par des publics plus généralistes.

http://blog.mysciencework.com/2011/09/05/linformation-scientifique-et-technique-en-libre-acces-recherche-et-veille.html


L'addiction aux armes
Jean-Paul Baquiast - 08/12/2011

Selon Russia Today http://rt.com/politics/nato-spread-radical-islam-221/ l'ambassadeur russe auprès de l'Otan, Dmitri Rogozin, demande si les membres de cette Organisation se rendent compte du fait que leurs diverses interventions contribuent à répandre l'islam radical.

Répondons que, s'ils ne s'en rendent pas encore compte, ils le feront rapidement. En dehors de l'aspect religieux, évoquons rapidement un fait matériel, conséquence de l'intervention de l'Otan en Libye – ou si l'on préfère, de la façon dont elle a été menée. Selon une évaluation du Conseil national de transition libyen lui-même, il y aurait plus d'un million d'armes circulant actuellement, de toutes tailles et de toutes natures, en Libye et dans les pays voisins. Le CNT appelle à leur restitution volontaire.

Compte tenu de la valeur marchande et stratégique que représentent ces armes, on peut s'attendre, non à leur restitution, mais à leur diffusion dans l'ensemble de l'Afrique. L'Europe en a ou en aura sa part. Que la police ne s'étonne plus, à Marseille et ailleurs, d'être dorénavant reçue à coups de kalachnikovs. Bientôt sans doute ce seront des RPG7.

Dans une façon d'interpréter les faits qui est privilégiée sur ce site, nous sommes confrontés là à la diffusion, quasiment incontrôlable, d'un nouveau système anthropotechnique, dont les armes individuelles constituent le volet technologique. Nous critiquons les Etats-Unis, avec leur addiction aux armes individuelles. Nous n'avons encore rien vu.


Peut-être des indices concernant le boson de Higgs
Jean-Paul Baquiast, Christophe Jacquemin - 07/12/2011

Des rumeurs courent chez les physiciens du LHC, au CERN, concernant la possibilité que deux détecteurs du LHC, ATLAS et le Compact Muon Solenoid, ou CMS, aient indépendamment mis en évidence le boson de Higgs, avec une masse de 125 giga­electronvolts (GeV), conforme aux prévisions du modèle standard des particules fondamentales.

Les responsables des recherches n'ont pas encore obtenu un niveau d'évidence suffisant pour annoncer officiellement ce résultat. Une présentation est prévue pour le 7 décembre et à défaut, dans un séminaire le 13. Nous vous tiendrons informés de la suite des évènements. En cas de confirmation, tous ceux qui se sont impliqués dans la réalisation du LHC et dans sa mise en oeuvre estimeront qu'il s'agirait d'un grand succès, justifiant leurs efforts.

A suivre donc.

Sources
http://blog.vixra.org/2011/12/02/higgs-rumour-anaylsis-points-to-125-gev/
ainsi que http://www.math.columbia.edu/~woit/wordpress/?p=4212
et que http://motls.blogspot.com/2011/12/atlas-cms-bosses-will-give-higgs-talks.html
Séminaire du 13/12: https://indico.cern.ch/conferenceDisplay.py?confId=164890
Voir précédemment dans Nature Higgs hunt enters endgame
http://www.nature.com/news/higgs-hunt-enters-endgame-1.9399


Nouveau départ pour le télescope spatial James Webb
Jean-Paul Baquiast - 07/12/2011

Ce télescope de la Nasa, le James Webb Space Telescope (JWST) , devrait succéder au valeureux Hubble, dont les observations ont bouleversé la cosmologie. Il devrait être 100 fois plus sensible et être positionné à 4 fois la distance de la Terre à la Lune – autrement dit être très difficilement réparable, en cas de panne, puisque hors de portée des modules spatiaux actuels.

Le projet avait été bloqué par le Congrès à la fois compte tenu des restrictions budgétaires actuelles et du fait d'une mauvaise gestion imputée à la Nasa. Néanmoins, après un nouvel audit et compte tenu de l'importance de l'enjeu, le Congrès est revenu sur sa décision, après un examen pointilleux de la Commission de la Chambre en charge de la science (House Committee on Science, Space and Technology).

Après un changement complet dans le cahier des charges et le management, la Nasa s'est engagée à tenir son devis initial ($6,5 milliards au lieu de $8,8 milliards). Mais le lancement initialement prévu pour 2013, sera reporté à 2013.

Pour ne pas avoir à réparer le télescope, la Nasa s'est imposée un processus particulièrement exigeant de certification. Beaucoup de parlementaires demeurent sceptiques sur le succès final. Le monde scientifique ne peut que souhaiter qu'ils se trompent.


Développement d'Ariane 5 ME (Midlife Evolution)
JPB.- 07/12/2011

Il s'agit du projet attendu depuis longtemps visant à donner un successeur à l'actuel lanceur Ariane V ECA (image). L'European Space Agency (ESA) annonce que l'industriel européen Astrium vient de voir approuvé la première phase du projet, la Preliminary Design Review (PDR)

Le programme Ariane V ME pourra donc se poursuivre, une fois le financement confirmé. Ceci devrait être décidé lors d'une réunion du conseil des ministres de l 'ESA prévue pour novembre 2012.

Un premier changement intéressera l'étage supérieur, qui sera doté d'un nouveau moteur cryogénique redémarrable Vinci, fourni par la Snecma, du groupe Safran. La coiffe sera par ailleurs agrandie de 3 m afin d'emporter des charges plus lourdes et plus grandes.

Ariane 5 ME pourra placer en orbite géostationnaire 12 t. de charge, en accroissement de 20% par rapport aux capacités de l'actuelle Ariane V ECA. Deux satellites de chacun 5 t pourront être mis en orbite simultanément. Le lanceur pourra par ailleurs satisfaire à toutes les exigences des clients en termes d'orbites. Il devrait entrer en service en 2017.

L'organisation industrielle intègre plus de 40 entreprises réparties dans toute l'Europe. Lorsque l'on parle de réindustrialiser le continent, de tels projets, dont l'utilité est indiscutable, devraient servir de références.


Russie - Une centrale nucléaire flottante pour avril 2012
JPB. - 05/12/2011

Akadmik Lomonosov

L’Akadmik Lomonosov, du nom de l’intellectuel fondateur de l’Université de Moscou, a pris la mer fin juin 2010. La première centrale nucléaire flottante du monde, après s'être chargée en uranium à Mourmansk, s'est dirigée vers la péninsule du Kamtchatka (Extrême-Orient russe) pour commencer de premiers tests. Date prévue de mise en service : avril 2012.

Rosatom, l’agence nucléaire russe, qui a investi 533,7 millions de dollars pour la construction de Lomonosov y voit "un moyen sûr et sans risque de prolifération de répondre aux besoins énergétiques des zones les plus isolées, où à l’énorme appétit des économies en pleine croissance".

Initié en 2006, le projet russe prévoit 8 centrales nucléaires flottantes. Les barges seront amarrées dans des ports sécurisés et reliées au réseau local. L’Akadmik Lomonosov, équipée de deux réacteurs produisant un total de 70 mégawatts (un réacteur français produit 900 mégawatts), pourra alimenter une ville de 200 000 habitants.

Le programme inquiète. La Russie n'est pas réputée pour sa gestion des déchets radioactifs - on pense notamment à son projet de démantèlement de bâtiments à propulsion nucléaire qui a traîné pendant des années.

Néanmoins, de nombreux pays (Chine, Corée, Argentine, etc.) semblent intéressés par le projet....


Un syndrome chinois possible à Fukushima
Jean-Paul Baquiast et Christophe Jacquemin - 03/12/2011

"Syndrome chinois" : on appelle ainsi la fonte du coeur d'un réacteur, qui traverse les différentes enceintes et pénètre dans le sous-sol et le cas échéant dans la mer. Des contaminations plus ou moins sévères en résultent. Mais on peut craindre aussi une explosion hydrovolcanique massive,

Uehara HaruoOr la situation à Fukushima n'ayant pas évolué depuis 8 mois, contrairement aux affirmations de Tepco, on peut craindre le pire : "Les conséquences dévasteraient non seulement le Japon mais toute la zone pacifique voisine" déclare Uehara Haruo.
Uehara Haruo n'est autre que l'
architecte du réacteur n°3 de la centrale de Fukushima Daiichi’s et ancien président de la Saga University

On peut s'étonner de voir avec quel calme les autorités japonaises et internationales semblent accueillir ce diagnostic : ni démenti, ni affolement.

Pour en savoir plus
Fukushima Diary :
http://fukushima-diary.com/2011/11/architect-of-reactor-3-warns-massive-hydrovolcanic-explosion/