Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 127
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

 

Editorial. 18 juin 2012. La gauche en France: Des atouts considérables, des devoirs moraux exceptionnels
Jean-Paul Baquiast, Christophe Jacquemin, 18/06/2012

Chacun peut constater que dorénavant en France le parti socialiste et plus largement la gauche, disposent de tous les leviers politiques: présidence de la République, majorité aux assemblées, direction des principales collectivités locales. Que vont-ils en faire? La question n'intéresse pas seulement les Français, mais tous les Européens et au delà, les forces libérales aux Etats-Unis, en Afrique et dans les pays du BRIC.

Il s'agira d'abord de savoir si la France pourra faire reconnaître par ses partenaires européens une conception de l'Etat et de l'économie qui permette de concilier les exigences apparemment contradictoires de l 'équilibre des comptes publics, de la lutte contre les inégalités et du soutien de l'investissement productif. Sommairement résumé, un tel programme est celui de la social-démocratie. Il s'oppose à la démission des institutions publiques devant le capitalisme financier non régulé, qui caractérise la plupart des pays et des organisations internationales aujourd'hui. Un certain nombre de forces démocratiques dans le monde commence à penser que cette démission n'est pas une alternative inéluctable (TINA). Mais comme aucune grande démocratie n'a encore concrètement entrepris de le démontrer, le succès d'une telle entreprise en France aurait des répercussions considérables.

Ceci dit beaucoup de citoyens attendent beaucoup plus de la gauche en France que réussir un pari certes difficile mais finalement technique. Ils attendent que soient mises en oeuvre des valeurs morales qui, à supposer qu'elles aient été jadis reconnues par les institutions, semblent avoir partout disparu. La première consiste dans le refus de la corruption, grande ou petite, qu'il s'agisse de la criminalité organisée jusqu'aux « copinages », qui accompagnent désormais tout pouvoir. La gauche française doit devenir exemplaire, tant au niveau de l'Etat que des services publics et des collectivités locales. Les citoyens doivent le comprendre, non seulement en ne suscitant pas les tentations mais en veillant par tous moyens légaux au respect des règles.

Un deuxième espoir mis en la gauche animait les foules nombreuses qui s'étaient enthousiasmées, à la Bastille et ailleurs, devant les promesses, explicites ou implicites, de ses candidats. Il s'agissait de faire vivre un ordre sociétal symbolisé par les devises de la République, liberté, égalité, fraternité, appliquées à tous, femmes et hommes de tous milieux – auquel s'ajoute celle de laïcité destinée à refuser aux religions l'occupation de l'espace public. Rétablir les équilibres budgétaires ne suffira pas à permettre le succès de ces devises. Il faudra que tous les personnels politiques et une nouvelle fois, les citoyens, notamment les militants des partis, se reconnaissent en elles et s'engagent personnellement à leur service, non seulement publiquement mais dans leur for intérieur, dans leur âme et conscience si l'on peut dire.

Les nombreux scientifiques, ingénieurs, techniciens, intellectuels qui constituent une part importante de l'engagement politique au sein de la gauche à la française ajouteront sans doute une troisième exigence: que les ressources des futures croissances, s'il y en a, soient mises au service d'un développement des recherches fondamentales et de leurs applications désintéressées, aujourd'hui généralement perdues de vue pour raison de rentabilité immédiate. Il ne s'agit pas d'un luxe mais d'une obligation de survie à long terme, sans mentionner l'ouverture d'horizons nouveaux sans lesquels les cerveaux ne peuvent que végéter. La France s'était toujours dans le passé honorablement illustrée dans ce domaine. Le pays profond, pensons-nous, attend que le gouvernement de la gauche reprenne à son compte ce noble devoir.

 

Retour au sommaire