Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 130
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

 

Editorial 2. Les Femmen. Le courage des combattantes
Par Jean-Paul Baquiast et Christophe Jacquemin 24/11/2012



Il est facile de tourner en dérision le mouvement Femmen. Ses militantes manifestent torse nu, quelque soit le temps et surtout quelque soit les agressions masculines qu'elles suscitent. Globalement elles se battent pour la plus noble des causes, le droit des femmes à refuser l'oppression multimillénaire que leur imposent les hommes. Né en Russie, malgré l'hostilité du pouvoir, le mouvement se répand actuellement dans les démocraties européennes et aux frontières du monde arabe. L'intention de ces combattantes courageuses n'est pas de s'en tenir là, mais d'affronter partout dans le monde la dictature institutionnalisée exercée par les hommes sur les femmes.

Il faut beaucoup d'intrépidité à ces militantes. Dans les pays musulmans elles risquent leur vie. Même en France, pays que les naïfs peuvent penser depuis longtemps conquis à l'égalité entre les femmes et les hommes, les brutalités et violences de mâles haineux restent permanentes, comme l'ont montré récemment à Paris les inadmissibles agressions qu'ont subi les Femmen de la part de catholiques intégristes manifestant contre le mariage pour tous.

Mais dira-t-on, les femmes ne peuvent-elles pas défendre leurs droits sans s'exposer physiquement par une tenue volontairement provocante? La réponse est non. L'expérience montre que sans cela, on ne les entend pas. L'oppression qu'elles subissent est si profonde et civilisationnelle, si l'on peut dire, que celles qui refusent cette oppression doivent courir personnellement les plus grands dangers pour entraîner les autres. La nudité dans une manifestation constitue à ce jour, en 2012, la seule arme efficace pour se faire entendre – avant l'immolation par le feu que l'on rencontre dans des pays où les femmes continuent à ne disposer d'aucun droit d'aucune sorte face à l'oppression imposée par les mâles et par les relais qu'ils trouvent dans des religions. Que la personne qui ne s'y est pas risquée garde ses critiques pour elle.

Ceux qui soutiennent ce combat ont un premier devoir, lui donner grâce aux réseaux la plus grande force de contamination virale possible. Puisse ce petit éditorial participer à cette oeuvre de libération toujours à reprendre.


Observations de Patrick Altman (Temps Réels, PS)

Les FEMEN, un corps à double face !!!
Les "On" MEN sourds et muets !!!

La nudité exposée en corps politique par les FEMEN possède un double langage.

D'un coté il est une forme de retournement de ce corps féminin exposé et offert sur tous les magazines, murs et écrans de nos villes et maisons, pour en faire un corps agissant contre cette violence.
D'un autre coté il est aussi une forme d'utilisation de ce corps objet féminin dénudé pour attirer les objectifs audio-visuels. En ce sens les FEMEN ont une démarche assez semblable des femmes du groupe "La Barbe" qui dénonce les trop grandes absences de femmes dans les assemblées politiques ou les cénacles culturels (théatre, films participant aux César....). Il s'agit pour les unes et les autres de faire des apparitions soudaines et visuelles (femmes affublées d'une barbe, nudité) et de projeter leur message.

Cette utilisation du corps et des médias audiovisuels ringardise d'une certaine façon les formes plus traditionnelles de luttes (manifestations, colloques, texte de presse ou écrits plus longs). Mais aussi s'aligne sur les travers propres au fonctionnement du monde audiovisuel : limitation du discours à ce qui marque visuellement l'esprit comme dans un clip de publicité, briéveté de l'intervention, nécessaire mise en scène qui remplace aussi une grande partie du discours dont le corps devient le support essentiel.

Et les OnMEN ?

Pour paraphraser le général de Gaulle : "Des femmes qui vont chercher les hommes (dans leur domination) on en trouve, des hommes qui vont trouver les femmes (pour être à leur coté) on en cherche !"

Qui se cache derriére ce "on" dont parle les auteurs de l'éditorial quand ils disent "on ne les entend pas" - Qu'est ce que ce "on" a besoin d'entendre pour connaitre les violences faites au femmes, les dégâts de la prostitution, les inégalités salariales, les publicités sexistes, la parité bafouée à tous les étages. Ces questions s'étalent maintenant dans toute la presse et la création d'un ministère des droits des femmes y est évidemment pour beaucoup.

Ce "on", à part les femmes et les hommes de ce pays je ne vois pas qui ça peut être. Des femmes se bougent, il est temps que les hommes aussi se remuent !
On peut mener et soutenir un combat en utilisant bien des moyens. On peut s'en remettre au marketing politique viral par le réseau, ça ne mange pas de pain et puis ça se fait tout seul ou presque....

Combien d'hommes demain dans la rue pour dénoncer les violences faites aux femmes ? - Combien d'hommes pour écrire, dire, occuper des tribunes pour dire qu'on ne peut pas continuer dans la France du XXIème siécle à accepter que le salaire moyen d'un homme soit de 37 % supérieur à celui d'une femme. Qu'il n'est pas possible de supporter qu'une ministre de la république soit sifflée à l'assemblée nationale par une bande de mâles députés agissants comme des collégiens attardés voyant une jupe passer sans se dire qu'il y a un grave manquement au respect des institutions, qu'il devra y avoir demain 10 fois plus d'hommes puériculteurs, assistants sociaux, enseignants en maternelle ( école "maternelle" dont il conviendrait d'ailleurs de revoir la dénomination), secrétaires, agents d'accueil.....

Et la liste est encore longue des domaines qui obligent chaque citoyen et citoyenne à remettre urgemment en question un rapport de sexe qui nuit gravement à la justice, au vivre ensemble, à l'économie, à l'éducation, à la culture et jusqu'à la dignité de la France dans le concert international des nations.
Ne pas être pire que d'autres n'est jamais une excuse, et être meilleur est bien souvent insuffisant.