Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 131
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

 

Science, technologie et politique internationale.

Le "surge" américain dans le spatial militaire
Jean-Paul Baquiast - 31/10/2012

Les satellites militaires américains ont conféré depuis des dizaines d'années une supériorité massive aux forces armées des Etats-Unis. D'autres puissances, notamment la Russie, la Chine et certains pays européens, se sont efforcés de ne pas rester en retrait mais les résultats demeurent sans commune mesure avec ceux obtenus par le Pentagone et plus largement par les Etats-Unis.

La réduction des budgets militaires que subiront, malgré leurs résistances, les forces armées américaines, a pu laisser craindre que les moyens dédiés à l'espace militaire, sous ses différentes formes, soient amputés au moins marginalement, ce qui réduirait d'autant la compétitivité des Etats-Unis, au regard notamment de la Chine. L'espoir renaît cependant chez les experts, sous la forme d'une nouvelle stratégie qui vient d'être exposée par le Gal William L Shelton, chef de l'Air Force Space Command , devant le National Space Symposium.

Il s'agira de remplacer des satellites classiques lourds et coûteux, en nombre toujours insuffisant, par des flottilles de petits satellites beaucoup plus nombreux et diversifiés, pouvant faire face à de nombreuses nouvelles missions différentes. Ces satellites pourraient alors profiter de lancements civils, provenant de la Nasa ou d'entreprises spatiales privées, afin de ne pas avoir à supporter la totalité du coût de la mise en orbite.

Nous pensons pour notre part qu'ils disposeront par ailleurs, comme dans d'autres domaines les essaims de robots, de moyens d'intelligence artificielle évolués, leur permettant de communiquer entre eux de façon autonome, en cas de besoin. Ils pourront aussi se relier à des systèmes militaires terrestres ou aériens, éventuellement sans équipages (drones), pour mener des opérations combinées d'observation et d'attaque.

Cette nouvelle stratégie a été présentée par ses concepteurs comme la plus importante de celles ayant suivi dans les années 60 le déploiement des premiers satellites militaires. On y verra aussi une militarisation considérablement accrue de l'espace pour le profit des forces armées et de sécurité des Etats-Unis. L'Europe pour sa part devrait se faire des soucis concernant l'avenir de ce qu'elle considérait encore jusqu'à présent comme un domaine à ne pas entièrement « sous-traiter » aux forces armées américaines.

Un article d'Air force Magazine donne de nombreuses précisions sur les perspectives découlant de cette "révolution stratégique".

Retour au sommaire