Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 131
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

 

La révolution du Très Haut Débit (THD) dans l'enseignement. Propositions pour une action
Document de travail en discussion

Jean-Paul Baquiast et collectif 22/11/2012

L'Etat en France semble vouloir, à la date où cette note a été rédigée, encourager fortement le déploiement du Très Haut Débit (THD) . Selon la ministre déléguée à l'économie numérique Fleur Pèlerin, le Plan France Numérique du président Hollande prévoit la couverture de la France en très haut débit en 10 ans avec une priorité donnée à la fibre optique. Ref. http://lexpansion.lexpress.fr/high-tech/fibre-optique-fleur-pellerin-attend-plus-d-engagement-des-operateurs_361456.html

Dans le même temps, la plupart des experts en matière de formation et d'éducation, que ce soit dans le monde ou en France, estiment que le THD jouerait un rôle déterminant pour produire une révolution profonde dans les divers secteurs de l'éducation qui peinent encore à s'adapter aux nouveaux besoins des populations.

Malheureusement, on constate à ce jour que le Gouvernement français n'a pas proposé clairement de stratégie permettant une convergence entre ces deux grands besoins.

L'Etat ne fait toujours pas valoir le rôle qu'il pourrait jouer à travers l'Education nationale pour accélérer le passage au THD.
Le discours de Fleur Pélerin précité (21 nov 2011, AFP) qui demande "des clarifications aux opérateurs" n'en parle pas.
Pas d'avantage l'intéressant dossier de l'Idate pour le Conseil d'Analyse stratégique
http://www.strategie.gouv.fr/system/files/2012-03-27-rapport_thd_idate_0.pdf
Pas plus enfin l'expérience de Nantes en internet mobile 4G qui commence ces jours-ci.

La présente note fait quelques propositions en ce sens.


Préliminaire
s

On ne distinguera pas ici entre les types d'enseignement: supérieur, secondaire, primaire, non plus qu'avec d'autres formations: professionnelles par exemple. Posons en principe que les apports du THD seront globalement comparables, et que les problèmes posés ou solutions envisageables seront très comparables. En pratique cependant, par la suite, il conviendra d'adapter les démarches.

1. Perspectives technologiques

Aujourd'hui, on définit le THD, en l'état actuel des technologies et des équipements en France, comme permettant des échanges à 100 Megabits/seconde, en flux descendants, sans doute moindres en flux montants. Dans certaines conditions, on pourrait envisager des flux encore plus importants, sur de courtes distances.
L'actuel ADSL va de 20 Mbits à 512 Kbits. Il utilise essentiellement le cuivre. Le mobile 3G offre, selon le nombre des utilisateurs, quelques Mbits, voire un peu plus. L'adoption de fibres permettra seule, dans l'immédiat, le THD symétrique.

On a chiffré (ARCEP) à 25 milliards le déploiement de la fibre optique pour tous. On conçoit que les tâches éducatives représentant une part importante des futurs trafics, il soit essentiel d'organiser au mieux le passage au THD.

Voir sur ces questions le récent dossier de l'Idate précité pour le Conseil d'Analyse stratégique
http://www.strategie.gouv.fr/system/files/2012-03-27-rapport_thd_idate_0.pdf


2. Les orientations sur l'école proposées par le Président de la République.

Celles-ci ont été résumées par un discours du 9 octobre 2012 à la clôture de la concertation sur l'école. Elles ne portent pas particulièrement sur le THD, mais on constatera que l'adoption de celui-ci pour tous sera une condition quasi-obligée des plus importantes d'entre elles.

Relevons les points suivants (extraits sous notre responsabilité)

- La France a toujours eu un rapport fusionnel avec son école.
- Un projet éducatif est, par définition, un projet de société.
- l’investissement dans l’éducation est la meilleure façon de répondre aux grands enjeux de notre pays 
- Aujourd’hui, l’école n’est pas encore suffisamment préparée à de tels défis.... Et pourtant elle fait face.
- La France est l’un des pays où l’écart de résultats entre les élèves de statuts sociaux favorisés et défavorisés est le plus important des pays de l’OCDE.
- les inégalités territoriales se sont creusées...
- l’école peine à prendre en compte les mutations profondes de notre société, y compris les nouvelles technologies...
- l’école doit changer...Il y faudra du temps et des moyens.
- Dès cette année et malgré les difficultés budgétaires, et pour chacune des cinq années à venir, ce sont près de 10.000 postes qui seront créés.
- Nos enfants ont besoin de professeurs. Ils ont aussi besoin de professeurs bien formés.
- Des objectifs. J’en dégage deux principaux :
Le premier, c’est la réussite pour tous.
- Je veux remettre tout simplement, le système à l’endroit et donner la priorité au primaire.
- la scolarisation des enfants de moins de trois ans, qui doit être centrée sur les apprentissages premiers et notamment le langage oral.
- l’école élémentaire, sa mission est de transmettre les premiers éléments des savoirs fondamentaux. Elle doit bénéficier d’une pédagogie nouvelle et de la mise en place du principe du « plus de maîtres que de classes ».
- les articulations entre les différents niveaux de scolarité...La réponse passe par la coopération entre les établissements, l’échange des pratiques, l’ouverture vers d’autres acteurs, l’implication des enseignants.
- Reste la question des inégalités territoriales …
- Le second grand enjeu, au-delà de la réussite de tous, c’est de préparer l’école du futur.
- L’école du futur commence par les nouvelles technologies. Je ne veux pas céder à l’illusion du tout numérique, mais il est clair que cette nouvelle donne modifie le rôle de l’enseignant, transforme les savoirs et affecte les pédagogies. Nous pouvons nier le phénomène, il s’impose à nous, il s’introduit même dans les établissements. Il concurrence, y compris la construction des savoirs, et s’il n’y a pas l’esprit critique, des informations douteuses peuvent arriver jusqu’à la conscience des élèves. Le rôle de l’éducation c’est de saisir ces nouvelles technologies et en même temps d’avoir l’esprit critique pour les dominer. Donc nous devrons, vous devrez adapter vos façons de faire et utiliser ces technologies comme un levier de changement, d’ouverture.
- Cela suppose, là encore, la formation des enseignants et de mettre à disposition les matériels mais aussi les ressources, les réseaux dans chaque établissement. Je demande au Gouvernement de prendre rapidement les initiatives pour donner à ce que l’on appelle l’e-éducation, la dimension qui doit être la sienne. Le Gouvernement donnera tous les moyens pour déployer ces ressources et réussir à relever ce beau défi du numérique.
- Je veux que, sur l’ensemble de notre territoire, les enseignants, les personnels de l’Education, les chefs d’établissement puissent inventer de nouvelles méthodes, se fixer de nouveaux objectifs, élaborer des instruments pédagogiques. Je souhaite même que les collectivités locales, qui représentent 25% de la dépense intérieure de l’Education, puissent également s’investir et s’impliquer dans ce bel objectif de l’école du futur.
- Ensuite, l’école du futur c’est une école accueillante. L’éducation culturelle, artistique et scientifique s’inscrit dans cette perspective.

Il faudra montrer, mais nous ne le ferons pas ici car ceci , que ces différentes orientations supposent – ou en tous cas seront d'autant plus faciles à mettre en oeuvre, que les écoles seront reliées par des fibres à THD, et dotées de matériels et serveurs adéquats, tant pour les enseignants que pour les élèves.


3. Conjuguer le THD et l'enseignement ouvert massif en ligne (MOOC en anglais pour Massive online open Courses)
CF notre précédent article http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2012/131/treshautdebit.htm

On observe que les Etats-Unis, mais aussi d'autres grands pays comme l'Inde) vont faire dorénavant appel au THD pour mener des réformes pédagogiques considérables.

Citons les principales:
- diffuser librement en ligne (open source) l'ensemble des cours et des produits éducatifs
- généraliser la pédagogie à distance avec introduction de modules interactifs sophistiqués (Ceci ne signifiera pas nécessairement séparer le maître de la classe et des élèves, mais si besoin mettre en place, dans la classe elle-même, avec la participation du maître, de tels outils)
- assurer une formation continue des maîtres.
- généraliser dès le plus jeune âge la participation (contrôlée) des élèves à la réalisation des produits et activités pédagogiques. Nourrir de nouvelles réflexions pédagogiques sur la base de ces participations.
- assurer les échanges entre établissements non seulement au plan national, mais au plan international. En Europe, il s'agira d'un enjeu politiquement essentiel. Il devra s'accompagner d'investissements en intelligence artificielle permettant l'interopérabilité des contenus malgré les différences linguistiques et culturelles. Au plan international, les échanges ainsi permis pourront jouer un rôle essentiel de cohésion entre les sociétés et groupes se rattachant à la francophonie, notamment en Afrique.
- obtenir en temps réel des retour d'information sur l'efficacité de l'enseignement et les aides particulières devant être apportées aux élèves en difficulté ou décrocheurs.
- partager les couts et les avantages des réseaux en THD avec les différents services publics nationaux et territoriaux ayant un déploiement régional et local.


Conclusion


Des prises de conscience du besoin et des perspectives, relayées au plus haut niveau de l'Etat, s'imposent. Le plus vite possible, des stratégies budgétaires et économiques associées au déploiement du THD dans les écoles devront être mises en place et publiées.

Par ailleurs, notamment au plan de la recherche pédagogique et des échanges d'expériences, il faudra multiplier les sites et portails ouverts aux enseignants, aux élèves, aux parents et aux chercheurs, relatant pour l'information de tous ce qui aura été fait par ces quatre catégories d'acteurs.

A ce titre, la mise en place d'un portail national permettant à l'ensemble des enseignants de collaborer à la réalisation de ressources pédagogiques libres et de diffuser leurs travaux sous une licence libre mériterait d'être engagée sans tarder.


Retour au sommaire