Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 134
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

 

Editorial2

La guerre mondiale du cerveau. Riposte américaine
Jean-Paul Baquiast et Christophe Jacquemin 19/02/2013

Human brain

Nous sommes bien placés ici pour savoir que l'Amérique ne laissera à nulle autre puissance la maîtrise des études sur le cerveau. Il suffisait pour s'en persuader d'observer depuis au moins une décennie l'importance des effectifs de neuroscientifiques travaillant, en toute confidentialité évidemment, au service de l'Agence de recherche du Pentagone, la Darpa, et derrière celle-ci, des industries militaires. A ces scientifiques il faut ajouter tous ceux, aux Etats-Unis et en Europe, qui étudient ces questions au titre de la recherche universitaire – recherche qui ne peut et ne veut rien cacher, de par son caractère ouvert, aux organisations exploitant ses résultats à des fins industrielles, commerciales ou stratégiques.

Aussi bien attendions-nous une réplique officielle de l'Amérique à l'annonce faite récemment par l'Union européenne du projet Human Brain(1). Cette réplique n'a pas tardé. Le 17 février, le New York Times (NYT) détaille l'annonce par Barack Obama d'un grand programme visant à construire un modèle complet du cerveau humain(2). Il s'agit de faire plus et mieux que les chercheurs européens. Plus en ce sens que le projet américain disposera d'un budget au moins trois fois plus élevé que le budget européen (si celui-ci est un jour versé compte tenu des restrictions). Mieux en ce sens qu'il rassemble un panel de grands scientifiques à côté desquels, sauf exceptions, le projet européen paraît bien modeste.

On notera avec intérêt, à la fin de l'article, que ce dernier est traité avec la plus grande condescendance. Il est présenté comme un projet suisse et fait allusion aux ambitions annoncées jusqu'à ces derniers temps par Henry Markram, le responsable officiel du projet européen: simuler sur ordinateur une petite partie du cortex d'un rat. Pour le NYT et la communauté scientifique américaine, cette ambition n'est évidemment pas à la hauteur de celles affichées par Barack Obama.

Selon nos informations, les Européens, conscients de cette faiblesse, voudraient élargir la portée du projet européen, jusqu'à en faire une véritable académie des sciences du cerveau. On peut espérer que le défi lancé à l'Europe et au reste du monde par Barack Obama va renforcer ces intentions. Mais on peut craindre que les chercheurs européens, soumis aux pressions nationales et enfermés dans leurs spécialités, ne réussissent que difficilement à construire une machine de guerre (guerre scientifique et guerre économique) à la hauteur de celle officialisée par les Etats-Unis(3). On verra cependant ce qu'il en sera.

En attendant, les spécialistes de la géopolitique se demanderont comment les Chinois répondront pour leur part au défi. On dispose de peu d'informations sur leurs compétences actuelles concernant ces questions. Mais constatant la façon dont ils sont passés maîtres dans la cyberwar qui dorénavant fait rage entre eux et l'Amérique(4), on peut légitimement penser qu'ils sont déjà bien positionnés dans la brainwar.

Notes
(1) Voir notre éditorial : "Human Brain Project, un grand projet européen sur le cerveau humain"
(2) Voir l'article du New-york Times "Obama Seeking to Boost Study of Human Brain"
Toutes les phrases de cet article méritent d'être soigneusement pesées.
(3) D'autant plus qu'IBM, curieusement confirmé comme cheville ouvrière du projet européen, ne sera pas assez suicidaire pour rester impartial dans la compétition qui s'annonce.
(4) Voir l'article du New-york Times "Chinese Army Unit Is Seen as Tied to Hacking Against U.S.".
On ne s'éloigne pas réellement du cerveau.