Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 135
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

 

Article

Nous ne sommes plus propriétaires de nos gènes
Jean-Paul Baquiast - 28/03/2013

Les cancérologues font de plus en plus appel à des analyses détaillées de génomes, pour le diagnostic puis le traitement de certains cancers très répandus. On parle d'analyse moléculaire, notamment dans le cas des cancers du sein et des ovaires. Malheureusement, si l'on peut dire, les séquences génétiques auxquelles ils font appel ont été depuis quelques années, aux Etats-Unis, brevetées par des firmes travaillant à des fins commerciales.

Une étude que deux chercheurs viennent de consacrer à ce sujet, publiée le 25 mars par le journal Genomic Medicine, tire la sonnette d'alarme. Ces deux chercheurs le Dr. Christopher Mason du Weill Cornell Medical College et le Dr. Jeffrey Rosenfeld, de l'University of Medicine & Dentistry of New Jersey ont mis en évidence le fait qu'au moins 40% du génome humain est désormais « breveté » au niveau de séquences entières, et que le génome tout entier l'est concernant des séquences plus courtes. "Nous ne sommes plus propriétaires de notre génome" , affirment-ils.

Il en résulte que les diagnostics ou soins pouvant nécessiter des analyses moléculaires étendues pourront coûter dorénavant aux patients des sommes de plusieurs milliers de dollars au lieu des quelques centaines de dollars qui seraient nécessaires. Il en est de même des recherches médicales conduites dans un but désintéressé. Elles se heurtent dorénavant à ce "mur des brevets".

On objectera qu'il est normal de protéger les recherches en matière génétique. Mais d'une part de telles recherches pourraient être conduites par des laboratoires publics et, d'autre part, les protections abusives en train d'être menées conduisent à de véritables confiscations. C'est ce qu'avait voulu éviter le Human Genome Project.

Il semblerait qu'une action devant la Cour Suprême soit en cours, mais connaissant la force des entreprises de la biomédecine aux Etats-Unis et dans le reste du monde, l'issue en paraît incertaine.

Rappelons que le projet dit de Libre Echange transatlantique, actuellement discuté entre les Etats-Unis et l'Union européenne, devrait se traduire par une unification du droit des brevets, sous l'égide des normes américaines évidemment.

Source
* Article de Genome Medicine : Pervasive sequence patents cover the entire human genome
L'article est technique mais mérite d'être étudié en détail.