Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 134
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

 

Sciences politiques. Tsunamis et Mathématiques financières
Jacques Printz 05/04/2013

Même en sciences "dures" le scientisme à fait des ravages !!! Dès que l'on fait une interprétation et une utilisation littérale de la "vérité" scientifique, on entre dans l'enfer du totalitarisme. Comme H.Poincaré l'a souligné dans ses écrits philosophiques, il y a un siècle, les représentations mathématiques sont des commodités, des conventions, ... Elles n'ont rien à voir avec la "VERITE". La géométrie euclidienne est plus commode sur terre, et pour les faibles vitesses, que n'importe quelle autre géométrie, il est plus commode de mettre le soleil au centre, les équations sont plus simples, ... un point c'est tout (et en plus, tout le système solaire se déplace ...). Il est plus commode de voir les mathématiques comme une "langue" (retour à Galilée ...) avec ses imperfections et ses limitations, en fait la seule langue universelle. Voir le livre testament de Jean-Marie Souriau que l'on trouve sans difficulté sur le Web, Grammaire de la nature.

J'ai toujours été très étonné de l'emploi des équations différentielles en économie où tout est discret ! Quand on voit les précautions prises en mécanique quantique dans l'emploi des représentations mathématiques continues, on reste un peu sans voix quand on dérive ou intègre, en économie, des fonctions qui n'ont pas de sens. Le paradigme sous-jacent n'est pas le bon ... c'est ce que j'essaye de montrer, avec une métaphore "énergétique" dans le petit texte ci-joint qui m'avait servi de support dans une discussion avec un des bons mathématiciens du domaine, Raphael Douady, que certains d'entre vous connaissent peut-être.

Ma conviction profonde est que ceux qui ont dérégulé la finance ont été dépassés par la complexité des phénomènes engendrés, à commencer par les banques, malgré les ingénieurs embauchés.La crise actuelle est d'abord une crise de l'incompétence, doublé d'une crise morale, ou d'éthique, comme on le voit avec la triste affaire Cahuzac, qui a presque fait oublier les frasques de DSK. Les seuls bénéficiaires sont les escrocs patentés, mais il ne faut pas oublier la cause initiale

Lire
Métaphysique des tsunamis. Application à la finance par Jacques Printz