Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 139
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

 


Sciences politiques
. Les Quatre cavaliers de l'Apocalypse
Jean-Paul Baquiast 30/09/2013

 

Un point de vue américain sur les dangers menaçant le monde et sur les mesures à envisager.

Harlan Ullman est chef conseiller au sein de l'Atlantic Council à Washington et président du Killowen Group, qui conseille des leaders du secteur privé et du gouvernement. Autrement dit, il est un des experts les plus consultés représentant ce qu'il faut bien appeler le Système de pouvoirs régnant aux Etats-Unis et s'étendant sur le monde.

Il n'est donc pas sans intérêt d'étudier son point de vue sur ce qu'il ne nomme pas encore la crise de ce Système, mais sur les mesures qu'il faudrait prendre pour éviter que les actuelles menaces de crise ne s'étendent jusqu'à ce qui pourrait être un effondrement massif. Un article qu'il vient de publier dans « United Press International » fait une description sans complaisance de l'avenir qui selon lui attend l'Amérique (lien ci-dessous). Au delà des causes politiques bien connues fragilisant actuellement les institutions (conflits entre partis politiques au Congrès, oppositions entre représentants et Maison Blanche), au delà des risques naissant d'une situation internationale instable, il évoque le développement de nouvelles forces mondiales qui mettent en cause, peut-être définitivement, la suprématie américaine et plus généralement, celle des Etats traditionnels.

Ces forces selon lui se manifestent par le recrutement d'activistes n'hésitant pas à profiter de la généralisation et la mondialisation des réseaux numériques pour agiter les opinions publiques de par le monde et le cas échéant monter des attentats ou autres agressions physiques laissant désarmés les moyens de défense traditionnels. Dans un curieux mélange, il cite Al Quaida, Julian Assange, Bradley Manning et Edward Snowden. Sous leur impulsion, de nouveaux Cavaliers de l'Apocalypse menacent désormais les Etats traditionnels et l'ordre jusqu'ici établi.

Ces Cavaliers de l'Apocalypse se manifestent de quatre façon convergentes:

* La multiplication des Etats faillis, corrompus, détruits de l'intérieur, de l 'Afghanistan au Zimbabwe, entraînant les Etats-Unis et l'Union Européenne dans leur effondrement.

* La dislocation économique, génératrice de désespoir et dépravation. Ainsi aucun gouvernement ne pourra sauver l'Egypte, dont l'essentiel de la population survit avec 2 dollars par jour. Les conditions économiques régnant en Europe ne la mettent guère dans de meilleurs perspectives. Aux Etats-Unis les inégalités croissants entre les riches et les pauvres, accrues par les dettes et les déficits, détruisent les niveaux de vie et les espoirs d'une vie meilleure.

* Les idéologies radicales, utilisant la terreur pour se répandre. Ainsi dans le monde arabe, les extrémismes religieux entre chiites et sunnites réactivent des antagonismes datant du 13e siècle afin de contrôler la région.

* Les changements climatique et le réchauffement global, quelles qu'en soient les causes, qui multiplieront des crises affectant le monde global.

Face à cela, que faire? Des programmes ambitieux devraient être proposés et discutés avec les électorats. Harlan Ullman en donne quelques exemples, concernant les Etats-Unis: accepter des réformes constitutionnelles renforçant le statut des parlementaires et diminuant le poids des financements politiques; créer une banque de financement en faveur des infrastructures et des investissements destinées à lutter contre le changement climatique; développer des moyens de lutter contre les idéologies extrémistes comme ce fut fait pendant la guerre froide.

Engager de tels programmes, destinés à dompter les quatre cavaliers de l'Apocalypse, serait dit-il autrement plus important pour les Etats-Unis que d'envisager de nouvelles guerres au Moyen Orient.

Que penser de ce diagnostic?

Même si le diagnostic paraît un peu simpliste, voire naïf, on ne peut pas nier qu'il remette en question l'optimisme de façade affectant la presse main-stream américaine. Des menaces certaines, bien qu'encore confuses, sont évoquées au lieu d'être niées, comme c'est souvent le cas dans les discours politiques. Parler de Cavaliers de l'Apocalypse est un bon moyen pour frapper des imaginations américaines empreintes de culture biblique. Cependant mettre au même niveau Al Quaida, Julian Assange et Edward Snowden montre bien le refus de l'establishment à prendre en compte les atteintes aux droits élémentaires découlant de la politique dite de Sécurité adoptée par les Etats-Unis. Par ailleurs,assimiler les dérèglements politiques, économiques ou même religieux affectant le monde global et ce qu'il faut bien appeler la méga-catastrophe climatique en train de se préparer traduit bien le refus américain de prendre en compte le réchauffement et d'envisager les mesures concrètes permettant de le contrôler

Quant aux causes de ces menaces et par conséquent aux remèdes proposés, c'est là que l'on retrouve le véritable autisme du système politique et économique américain: ce ne seront pas quelques mesures limitées à l'organisation politique interne des Etats-Unis qui permettront de faire face aux risques qui s'accumulent. Certes, Harlan Ullman indique lui-même, en tête de l'article, qu'il ne peut envisager l'ensemble des remèdes permettant de désarmer les quatre Cavaliers de l'Apocalypse. Mais il réussit à éviter de mentionner les changements en profondeur que le Système américain devrait accepter pour lui-même avant d'y être obligé par la course du monde à la catastrophe.

Le Centre for the Study of Existential Risks

Mais qui le fera à sa place? De quels changements s'agirait-il. Nous ne traiterons pas nous-même cette question ici. Nous pourrons par contre observer les politiques que préconisera une institution telle que le Centre for the Study of Existential Risks, qui vient d'être créée à Cambridge, notamment à l'initiative de l'astrophysicien Martin Rees. Celui-ci est l'auteur d'un ouvrage prémonitoire, « Our final hour » dont nous avions rendu compte à l'époque de sa parution . Pour Rees les Cavaliers de l'Apocalypse sont plus que jamais lâchés sur un monde qu'ils ont entrepris de dévaster. Il ne semble pas aujourd'hui que ce diagnostic sinistre puisse en aucune façon être tempéré.

S'il s'en inspirait, le CSER aurait beaucoup de travail devant lui.

Article
http://www.upi.com/Top_News/Analysis/Outside-View/2013/09/11/Outside-View-The-fall-of-our-discontent/UPI-94221378872180/print#ixm zz2gJblMxvv