Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 143
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

 

Sciences, technologies et politique. Sur le Cloud Computing 1)
Jean-Paul Baquiast, Jean-Paul Smets 21/02/2014

Le projet Cloudwatt (https://www.cloudwatt.com/fr/) est une initiative française, s'inscrivant dans le Plan Cloud Computing piloté par les Ministres Arnaud Montebourg et Fleur Pellerin (http://www.capdigital.com/evenements/rencontre-plan-cloud-computing/) Cloudwatt vise à offrir une alternative aux grands Clouds américains. Il n'est de secret pour personne, depuis les révélations de Edward Snomden, que ceux-ci, non seulement cherchent à enfermer les utilisateurs, y compris les Etats, dans la méthodologie imposée par leurs produits « propriétaires », mais qu'ils sont le terrain de chasse favori des agences d'espionnages américaines (et d'autres), puisqu'ils permettent d'entrer au coeur des systèmes d'informations (SI) des entreprises et des Etats qui ne s'en méfient pas.

Or, selon la revue Numérama, Cloudwatt rencontrerait des difficultés. Bercy aurait demandé un audit. Pierre Paperon, le directeur de la stratégie de Cloudwatt, dément en partie l'information 2).

Il est de fait que beaucoup d'observateurs s'interrogent sur la viabilité à terme de cette initiative. Il faut prendre leurs interrogations avec réserve, car certaines d'entre elles peuvent être inspirées par les concurrents internationaux qu'elle dérange. Il faut entendre cependant les plus sérieux d'entre eux.

A ce titre, nous publions ici, en lui laissant la responsabilité de ses propos, le point de vue de Jean-Paul Smets, responsable de l'entreprise Nexedi qui propose des solutions dans le domaine du cloud souverain (Cloud rassemblant notamment des données publiques) et qui aussi propose sur le marché français et le marché asiatique des solutions performantes et appréciées dans le domaine des SI. 3)

Les propos sont extraits d'un courrier électronique, ce qui explique leur ton familier. Jean-Paul Smets a toujours été un militant des logiciels libres, dont nous sommes nous-mêmes convaincus de la nécessité. Automates Intelligents


Ceux qui faisaient dès 2008/2009 quelque chose d'innovant et de robuste (ex. Lost Oasis qui avait hébergé la "Nuit Blanche" ) avec son système de data center virtuel open source) ont cessé d'investir devant l'afflux d'argent public injecté dans une solution inférieure, d'origine USA et dont le coeur de R&D est aux USA (contrairement à ce que faisait Lost Oasis).

Faut-il parler pour ce "Plan Cloud" de politique de "destruction industrielle" ou de "découragement improductif" ? Le même phénomène est déjà en train de se passer avec le "Plan Big Data". Les hordes de moutons du "Big Data" bêlent déjà ensemble "Hadoooop!" comme un mantra permettant de faire sortir du Veau d'Or ses pluies de subventions. Ce mantra masque hélas d'autres approches françaises du "Big Data", souvent meilleures pour traiter certaines classes de problèmes.

En effet, les véritables talents français du "Big Data", reconnus mondialement, sont des chercheurs qui produisent à l'Ecole Normale Supérieure les modèles mathématiques et à l'INRIA/IMT les bibliothèques d'analyse de données qu'utilisent Evernote, Google, Cloudera, Nexedi, TinyClues, etc.. Ils sont souvent ignorés de leurs camarades de corps (chez Thalès, à la DGCIS, etc.) qui ne les connaissent généralement pas plus qu'il ne connaissaient (ou connaissent) leur camarade Fabrice Bellard - véritable Linus Torvalds français - en matière de Cloud.

Pour qu'ils ne soient pas oubliés, j'ai monté un projet de "Big Data" nommé "Wendelin", du nom du mathématicien franco-allemand "Wendelin Werner", premier probabiliste à avoir obtenu la médaille Fields. J'ai choisi ce nom pour rappeler que le coeur scientifique du Big Data, ce sont les mathématiques. Or, dans ce domaine, la France a autant de médailles que les USA.

Je suis donc en train de fédérer une filière française de
Big Data afin qu'une partie des subventions du "Plan Big Data" puisse aboutir chez ceux qui produisent la technologie en France et l'exportent et pas seulement chez ceux qui intègrent en France la technologie produite aux Etats-Unis, comme cela a été très majoritairement le cas avec le "Plan Cloud".

Je pense que le projet "Wendelin" permettra d'éviter un nouveau désastre dans le "Big Data".
1- La DGCIS(Direction générale de la compétitivité, de l'industrie et des services ) sait être ouverte, aider des PME et reconnaître les talents;
2- L'Union Européenne a affecté sur le programme Horizon 2020 des budgets importants en direction des PME.

Il faut donc juste éviter que les instituts de recherche nationaux ou les grandes entreprises françaises refusent le Big Data "Made in France" comme ils ont refusé le Cloud Computing "Made in France". Ce n'est pas très bien parti pour l'instant mais c'est encore possible. Je dois aussi préciser un point:  mon entreprise a bien reçu des subventions, environ 500 fois moins que Cloudwatt mais pour offrir depuis longtemps un service bien plus complet, bien plus utilisé et déjà exporté.

Le Cloud, c'est déjà fini, il faut passer à autre chose.

J'ai publié un article pour expliquer pourquoi (trop cher, pas de confidentialité, pas résilient) et ce qui va le remplacer (HTML5 offline P2P):
( http://www.ctocio.com/ccnews/14849.html,
en anglais en bas de page)

Il restera cependant du Cloud tous les logiciels libres d'automatisation (et non de virtualisation), c'est-à-dire ceux qui permettent de se passer de plus de 95% du personnel d'exploitation d'un grand SI (d'où la difficulté de les faire accepter aux responsables de SI). Les services de stockage pourraient eux aussi subsister au travers de subventions destinées à collecter de la donnée privée (ex. 2TB de stockage gratuit chez Baidu), ainsi que certains services fondés sur l'accumulation en un seul point d'un grand volume de données (ex. moteur de recherche, analyseurs de traces).

Notes
1) Pour une définition du Cloud Computing, que nous ne pouvons reprendre ici, voir Wikipedia http://fr.wikipedia.org/wiki/Cloud_computing
2) Voir Numérama http://www.numerama.com/magazine/28423-cloudwatt-bercy-demande-un-audit-sur-un-possible-fiasco.html
3) sur Nexedi voir http://www.nexedi.com/fr
Voir aussi CTOCIO.http://www.ctocio.com/

PS. Le Premier ministre français a annoncé le 20 février l'objectif du gouvernement de garantir l'inviolabilité des correspondances électroniques depuis la révélation des activités de la NSA par Snowden, il veut ainsi limiter l’exposition des communications des français mais aussi faciliter la surveillance

Il a insisté sur deux points, le chiffrage des messages et le traitement sur le territoire français.

C'était à l’issue de l’inauguration des nouvelles installations de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi), l’agence de cyberdéfense chargée de la sécurité des systèmes de données informatiques de l’État.