Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 145
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

 

Sciences sociales. Etude des arts et thérapies énergétiques
Geneviève Rivoire 01/05/2014

Je suis une physicienne universitaire, professeur émérite de Physique à l’Université d’Angers. Mon parcours professionnel m’a conduite – après une formation en mathématiques et en physique à l’ENS de Cachan et à la Sorbonne– à faire des recherches dans le domaine de l’Optique non linéaire (interactions laser- matière), à la Sorbonne puis à l’Université de Reims puis à l’université d’Angers, et mes principales publications scientifiques concernent ce domaine.

J’ai soutenu ma thèse « contribution à l’étude de l’effet Raman stimulé » en 1968 devant l’université de Paris. Le jury était présidé par Alfred Kastler.
J’ai aussi exercé des responsabilités universitaires qui ont contribué à la construction et au développement de mon université (Angers), dans laquelle j’ai fondé et dirigé un institut universitaire de technologie et un laboratoire de recherche, avant de devenir présidente de l’université.

J’ai de ce fait été un acteur de la vie culturelle et économique régionale, en particulier dans le domaine de l’évaluation des politiques publiques où l’on m’a confié des fonctions d’expert.

Mes activités et compétences ont ainsi conjugué une pratique de l’observation rigoureuse, et une pratique de l’animation collective, incluant la recherche de modes de fonctionnement permettant de développer au mieux la créativité d’un groupe, tel qu’un groupe de chercheurs rassemblant des nationalités nombreuses et diverses, ou un groupe universitaire et industriel pluridisciplinaire. Cet intérêt pour la recherche concernant la mise en phase des actions humaines collectives m’a conduite à regarder du côté des sciences humaines et de la philosophie. C’est d’une façon très naturelle que j’ai été sollicitée par des collègues du département de psychologie de l’université voisine (Nantes), et par d’autres groupes angevins, pour relire des travaux, puis participer à des rencontres de recherche.

Au cours de ces rencontres j’ai pu mesurer combien la pratique de nos langages de spécialistes limite la profondeur et l’efficacité de nos échanges. J’ai appris que nous devions veiller avec grand soin à élucider toutes les questions de traduction : de même qu’entre deux langues différentes la traduction « mot à mot » n’a pas de sens et qu’il faut impérativement qu’une traduction fasse sens pour les deux cultures, de même entre spécialistes de divers domaines, il faut se donner les moyens de traduire.

Ce type de difficultés m’a semblé particulièrement présent dans le monde des thérapies dites « alternatives », ou « parallèles », ou « traditionnelles, ou « différentes », ou « douces », ou « énergétiques ». En matière d’étude et d’appréciation des résultats obtenus dans ces thérapies, nous semblons impuissants par manque de méthode(s). Et cette situation entraîne non seulement une perte en termes de connaissances potentiellement accessibles, mais aussi une perte en termes d’utilités sociales possibles.

Je me suis donc affrontée au défi  suivant: peut-on étudier de façon scientifique le sujet des thérapies énergétiques ?

Je n’aurais pas eu cette audace si je n’avais pas connu la méthode de conceptualisation relativisée (MCR) inventée par Mioara Mugur- Schächter. Cette méthode a été construite afin d’apporter des réponses profondes et nouvelles aux questions qui restent ouvertes dans notre compréhension de la mécanique quantique, et elle est plus largement opérationnelle pour l’organisation de la pensée dans tous les champs de la connaissance humaine. L’application de MCR que je propose ici est à ma connaissance la première qui concerne le champ des sciences humaines.

La méthode MCR offre deux immenses intérêts en sciences humaines :

* elle permet de cibler (ou encore de désigner, de concevoir) en vue d’étude une entité- qui deviendra une entité –objet-de-description- qui émerge de notre intuition profonde et la plus proche possible de l’état naissant de la pensée.

*elle permet d’utiliser pour étude des “descriptions-témoignages singulières à caractère intersubjectif“, donc d’introduire l’expérience humaine dans le champ scientifique.

L'article proposé ici aux lecteurs de Automates-Intelligents, invite à cheminer à l’aide de la méthode MCR dans ce domaine de l’expérience humaine que sont les arts et thérapies dits énergétiques depuis l’intuition initiale jusqu’à une définition consensuelle de l’énergie vitale.

Pour accéder à l'article, faire http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2014/145/texterivoire.pdf


Retour au sommaire