Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 148
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

 

Curiosité. Les galères portugaises.
Jean-Paul Baquiast 27/08/2014




Image NewScientist

Tous ceux qui pratiquent le bord de mer ou qui naviguent un tant soit peu connaissent les méduses. Le terme général désigne les formes libres, c'est-à-dire non fixées à un support, de nombreux groupes de cnidaires Les cnidaires sont des espèces animales relativement simples, spécifiques du milieu aquatique, essentiellement marins. Ils se distinguent des formes polypes attachés à des parois sous-marines. Les méduses sont des prédateurs, elles paralysent leurs proies grâce à des filaments venimeux trainant sous l'eau, pouvant atteindre quelques mètres. Parfois, la rencontre avec certaines formes de méduses peut provoquer la mort chez l'homme.

Sous le terme de galère portugaise (portuguese man of war) on désigne des organismes souvent confondus avec des méduses mais qui en diffèrent profondément. Il s'agit des Physalies (physalia physalis). Les physalies sont très répandues dans les eaux chaudes mais peuvent se trouver aussi dans les mers tempérées.

Le nom de galère leur a été donné parce qu'elles disposent d'une sorte de voile membraneuse de 10 à 15cm, gonflée de gaz, qui leur permettent de dériver dans le vent. En cas d'attaque, cette voile peut se dégonfler et permettre à l'organisme de plonger le temps nécessaire. Elles sont à juste titre redoutées, d'autant plus que vues de la surface, elles paraissent innoffensives.C'est loin d'être le cas.

Les physalies sont constituées par le regroupement symbiotique de quatre types de polypes attachés au support commun que forme la colonie.Ces polypes sont soutenus en surface par le flotteur. De celui-ci partent de multiples filaments de plusieurs mètres de long, 10 mètres en moyenne, mais pouvant atteindre 50 mètres. Ces filaments sont extrêmement urticants, parce que venimeux. Leur brulure peut provoquer chez l'homme un état de choc susceptible d'entraîner la noyade.

Le venin est produit par le filament d'une des catégories de polypes. Il tue les petits poissons dont la colonie se nourrit. Les proies sont attirées et transportées par une autre sorte de polype, en forme de tentacule, vers une troisième catégorie de polype associés à la colonie, les gastrozoides, qui les digèrent. Les produits de la digestion sont ensuite répartis dans la colonie, au profit de tous ses membres. La reproduction enfin est assurée par les gonozooïdes, le quatrième type de polypes de la colonie.

Les nouvelles colonies sont formées par bourgeonnement au cours duquel des polypes se séparent de la colonie principale, donc de manière asexuée. La reproduction a lieu principalement entre le printemps et l'été, et les larves sont planctoniques. La Physalie se déplace généralement sous forme de flottilles dont les individus peuvent en haute mer être séparés les uns des autres de plusieurs mètres. Sous les tropiques, on peut rencontrer des bancs formés de millions d'individus.

Les zoologistes n'ont pas manqué de comparer, au fur et à mesure qu'elle a été étudiée, cette catégorie de colonie à celles constituée par des organismes multicellulaires résultant d'association de cellules différentes. C'est le cas, pour rester dans le milieu marin, des poissons. Ils ont évolué pendant des millions d'années à partir de cellules qui se sont assemblées afin de s'assister réciproquement: cellules constituant les organes de la prédation, de la digestion, de la reproduction, de la coordination nerveuse. On peut supposer qu'aux origines, il s'agissait de formes de cellules différentes qui se sont regroupées, ou de formes semblables qui tout en se regroupant se sont spécialisées.

Mais la meilleure image serait celle d'un groupe d'humains aux compétences différentes, qui auraient décidé de s'unir de façon indissociable sur une embarcation à voile et de dériver ainsi à travers les océans, en semant la peur tout autour d'eux.

Pour en savoir plus
http://fr.wikipedia.org/wiki/Physalia_physalis