Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 148
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

 

Article. Questions-réponses sur la superintelligence
Jean-Paul Baquiast 06/09/2014

A la suite de la publication de mon article concernant le livre de Bostrom et la superintelligence, l'un de nos correspondants, que je remercie, m'a posé les questions très pertinentes suivantes, auxquelles j'ai répondu comme indiqué ci-dessous

Q1
Je m’intéresse au transhumanisme depuis que j’ai lu Humanité 2.0 de Kurzweil en 2007. J’ai lu avec intérêt votre texte. Vous mettez à juste titre l’accent sur « l’explosion de l'intelligence », l’accélération, et le récent phénomène incontournable de « l’association des intelligences humaines et des intelligences artificielles ».

Mais si on met en perspective l’Histoire, l’Humanité a vécu l’Egypte ancienne, Athènes, Rome, le Moyen Age, les Croisades, l’expansion de l’Islam, les monarchies absolues, puis éclairées, les Lumières, sans oublier la Chine et l’Inde qui ont aussi leur Histoire, puis l’âge des Explorations pour l’Occident, la Révolution Française, Napoléon, et ce qui a suivi jusqu’au XIXème siècle l’ère industrielle et le machinisme, la période postindustrielle, les guerres mondiales, la révolution informatique, etc.. Nous pourrions adopter une autre classification pour mettre ces 4000 ans en perspective. Mais la question n’est pas là.

Ce que je retiens de l’Histoire est le fait que chaque civilisation a fondé sa domination sur plusieurs facteurs de succès, mais il y eut toujours un élément immuable : la puissance de la Technique pour imposer sa volonté aux autres. Existe-t-il d’autres éléments immuables d’ordre typiquement humaines ?

R1
Concernant la technique, je partage entièrement votre avis. Je vais même au delà: les hominiens et humains et la technique sont depuis les australopithèques, associés en symbiose avec les techniques dans leur évolution. C'est ce que j'avais exposé dans un essai (excusez moi de me citer) Le Paradoxe du Sapiens. JP. Baillol 2010. J'emploie souvent le terme de complexes ou systèmes anthropotechniques.

Concernant un autre élément de cette explosion,vous savez que les anthropologues supposent l'apparition d'une mutation dans les gènes commandant le fonctionnement des cerveaux de ces mêmes hominiens. Vous trouverez une analyse plus fouillée de cette question dans le dernier livre, que je compte présenter, de Thomas Suddendorf The Gap, the science of what separates us from other animals. Basic Book 2013

Q2
Il ne fait aucun doute qu’à l’heure actuelle, les Etats-Unis dominent le monde grâce à leur avance dans le domaine des « machines communicantes », du transhumanisme, des avatars et robots, de la « réalité augmentée », les agents intelligents, les processus de simulation avec des outils numériques de problèmes compliqués sans l’intervention de l’homme, et les avancées de l’IA, etc..

Par conséquent, il se passe quelque chose de nouveau actuellement, sur cette planète, et c’est bien parce que cela se passe ainsi que nous ne comprenons pas ce qui se passe vraiment (et ce que sera le futur).

R2. Tout à fait d'accord avec vous. Je pense que ce quelque chose relève aussi d'une sorte de mutation dans le domaine de l'anthropotechnique, dont les humains ne peuvent qu'être partiellement conscients.

J'avais ajouté dans mon article sur Bostrom que le moteur chinois Baidu pense pouvoir rattrapper Google. Mais la Chine n'est pas pour le moment capable de lui offrir tout l'arrière plan qui lui serait nécessaire. Les USA ont 30 ans d'avance et des trillions de $ d'investissements derrière eux. Il n'y a pas de quoi se réjouir particulièrement, puisque nous n'avons même pas, en Europe, l'ambition d'un sous-Baidu.

Q3. Permettez-moi une parenthèse et quelques références à d’illustres personnalités que vous connaissez : je repense aux paroles de Saint Exupéry « l’intelligence ne vaut qu’au service de l’amour » et ceux de Paul Valéry : « l’intelligence est la faculté de reconnaître sa sottise ». Horace nous a appris que la force sans intelligence s’effondre sous sa masse, et les dinosaures l’ont prouvé ?

Si la raison a doté l’intelligence d’une puissance remarquable, l’imaginaire peut-il entrer dans le registre de l’intelligence ? Existe-il donc quelque chose dans l’intelligence qui saurait se passer de nos 5 sens et … de notre conscience (par exemple, une « machine surhumaine » aurait-elle été capable d’organiser la Résistance en 1940 et de décider de dire «Non » à la barbarie ?

R3. Je pense qu'en effet l'imaginaire, sous ses multiples formes (plus que la conscience, qu'il dépasse le plus souvent, et que l'amour, qui est une tendance très répandue dans toutes les espèces vivantes), a été le facteur nouveau permettant aux hominiens de visualiser les emplois possibles de la technique, puis de les mettre en oeuvre. On retrouve là en partie la thèse de Suddendorf précitée

Q4
Pourriez-vous donc m’éclairer sur les deux points suivants :
1. Qu’est-ce que, selon votre opinion, « l’intelligence » ?
2. Qu’est-ce qui a été immuable dans la manière de mettre en pratique l’intelligence, si on met en perspective l’Histoire humaine et les différentes civilisations, et qui fait que nous sommes toujours présents ?

R4
Je n'ai malheureusement pas de réponse à la première question. L'intelligence est un terme trop général pour pouvoir être défini, notamment par ceux qui sont censés en bénéficier. Il s'agit de mécanismes très diversifiés, que l'on retrouve d'ailleurs à des titres divers dans l'ensemble de l'organisation biologique

Concernant le 2e point, je dirais à nouveau qu'il s'agit de l'aptitude à une organisation technoscientifique s'établissant en symbiose avec les capacités de l'anthropos, qu'elles relèvent de ce que l'on désigne comme le meilleur ou le pire.

Ceux qui défendent le thème de la superintelligence non humaine, ou plus immédiatement transhumaine, espèrent que celle-ci s'affranchira du pire pour développer le meilleur. Mais on ne voir pas pourquoi ceci se ferait.