Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 149
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

 

Sciences sociales et technologies. Intelligence artificielle dans l'enseignement.
Jean-Paul Baquiast 05/10/2014

Ce concept fait peur: remplacer des enseignants par des machines, former des élèves robotisés ? Vous n'y pensez pas !! Constatons cependant que ceci se fera, sans avoir nécessairement les effets négatifs que des esprits eux-mêmes négatifs prédisent.

Le problème avait été le même dans le domaine du diagnostic médical: fallait-il y introduire de l'intelligence artificielle (IA), au risque de détruire le lien humain entre patient et médecin. Bien évidemment, cette dernière objection a depuis longtemps été évacuée. D'une part, la plupart des appareillages permettant l'examen médical approfondi (par exemple l'IRM) comportent de plus en plus de modules d'interprétation faisant appel à l'IA. D'autre part, les médecins eux-mêmes ont convenu que traiter avec des systèmes de diagnostic assistés par ordinateur, notamment en utilisant l'IA, un plus grand nombre de malades qu'ils ne pourraient le faire sans assistance, élargit considérablement leur domaine d'action, et pas seulement dans les pays pauvres. Ils peuvent consacrer le temps gagné aux diagnostics plus complexes, nécessitant de l'intelligence humaine.

Mais, même en ce cas, l'IA de nouvelle génération, permettant de consulter à très grande vitesse des masses de données considérables, comme le fait l'ordinateur Watson dans le jeu Jeopardy!, se révélera vite indispensable 1) Ceci ne devrait pas cependant mettre les praticiens en chômage, car leur rôle demeurera essentiel dans la prévention, le diagnostic, la prescription et la communication avec les patients, y compris dans les grandes structures hospitalières. Ils devront seulement s'efforcer de l'enrichir en qualité grâce aux nouveaux outils.2) .

En ce qui concerne l'éducation, l'emploi de plus en plus fréquent de systèmes éducatifs faisant un large appel à l'IA se généralisera dans les prochaines années, chaque fois que les performances de ces nouvelles solutions se révéleront supérieures à celle de l'enseignant humain. Dans la mesure aussi et surtout où les techniques proposées permettront de former convenablement, à des coûts acceptables, les enfants du tiers monde qui n'auraient autrement aucune perspective d'accès à l'enseignement traditionnel.

Le prix GlobalLearning

C'est que vise à encourager le GlobalLearning XPrize, lancé par initiative américaine, qui, comme l'a fait Microsoft, vise à ré-affecter certains de ses bénéfices dans des projets philanthropiques (philanthropiques certes, mais non dépourvus d'ambitions commerciales). Nous extrayons de la présentation du concours faite par notre ami Thierry Berthier sur son site EchoRadar.eu les paragraphes suivants 3)

La fondation américaine XPrize s’est spécialisée dans le lancement de défis technologiques majeurs, d’envergure planétaire et que l’on peut qualifier « de rupture » lorsqu’ils sont relevés avec succès. Elle est ainsi la première organisation non gouvernementale ayant réussi à lancer en juin 2004 le véhicule spatial habité SpaceShipOne pour un vol suborbital. Elle a ensuite initié le projet Lunar X-Prize – Google de développement du robot lunaire Red Rover. Aujourd’hui, le nouveau défi XPrize s’intitule Global Learning XPrize. Il s’adresse aux équipes de développeurs informaticiens du monde entier pour concevoir un logiciel open source d’apprentissage sans enseignant.

Le défi à relever est simple : il faut construire un programme permettant d’apprendre à lire, écrire et compter à un enfant sans supervision humaine, c’est-à-dire sans professeur, le tout en 18 mois. La fondation XPrize cherche à démocratiser l’éducation auprès des populations qui ne bénéficient pas d’un accès direct aux structures d’enseignements, soit environ 250 millions d’enfants privés d’école dans le monde. Il s'agira de créer une communauté mondiale de partisans, développeurs, concepteurs afin de soutenir et encourager des équipes à collaborer autour de problèmes communs, à bâtir des technologies innovantes fascinantes et à les éprouver sur le terrain avec de plus en plus d’enfants dans de plus en plus de villages et de plus en plus de pays

D'autres types de simulateurs faisant appel à l'IA

En France, sur un plan moins ambitieux mais peut-être plus pragmatique, différentes entreprises, laboratoires et groupes d'enseignants seront encouragés dans le programme dit de Refondation de l'Ecole, à proposer des projets d'éducation assistée par l'IA visant d'une part à libérer le professeur des tâches de routine pour lui permettre de se consacrer aux questions essentielles ou aux élèves en difficulté, d'autre part à habituer le plus tôt possible un nombre d'enfants le plus large possible au maniement des outils numériques qui les accompagneront toute leur vie.

Mentionnons par exemple le projet proposé par Jean Rohmer, Directeur de la Recherche et des Partenariats (Ecole Supérieure d'Ingénieurs Léonard de Vinci). Nous citons:

Construisons des simulateurs de classes, comme il existe des simulateurs de vol.
On décrit une classe, ses élèves, les caractéristiques comportementales, cognitives, les connaissances antérieures, l'âge physique, l'âge mental,  etc, . Puis on écrit un petit programme qui simule le comportement de ces élèves face à un enseignant, à des exercices, des questions, etc ...
Ceci serait très utile pour améliorer la formation des enseignants, la définition des programmes, la recherche pédagogique, la mise au point des cours...
Ça ne coûterait peut-être pas plus cher que certaines applications informatiques (voir par exemple Louvois et ECSS). Et il existe d'ailleurs  forcément des projets militaires qui se donnent les mêmes objectifs, remplaçant simplement "classe d'élèves" par "groupes ennemi

Référence

1) Voir IBM. Watson en santé
2 La question est différente concernant d'autres types de comportements automatisés. On pourrait très bien concevoir qu'un pilote d'avion soit complètement remplacé par un système d'IA, à condition que celui-ci ait été totalement testé et sécurisé. Les passagers dans ce cas ne s'apercevraient même pas de la substitution
3) Voir EchoRadar
4) Voir Simulateur de classe

 

Retour au sommaire