Vers le site Automates Intelilgents

La Revue mensuelle n° 155
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion

logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée
 Dans La Revue
 

 

Article. « Fais travailler ta matière blanche »
Jean-Paul Baquiast 03/03/2015

Quand un professeur veut inciter un élève à résoudre un problème, il lui enjoint de faire travailler sa matière grise. Dorénavant, il devra lui recommander aussi de faire travailler sa matière blanche. Ceci veut dire que si l'élève voulait devenir plus intelligent, c'est-à-dire résoudre davantage de problèmes, il devrait non seulement renforcer la matière grise de son cerveau, mais également la matière blanche.

La matière grise est constituée principalement des neurones et de leurs axones qui, via les synapses, transmettent à travers le système nerveux central les potentiels électriques générés par les activités sensorielles, motrices et associatives des porteurs du cerveau. Plus ces neurones sont sollicités, y compris à un âge avancé, mieux ils se renforcent et plus ils améliorent les capacités sensori-motrices et cognitives des individus concernés. Mais des études récentes ont montré que, plus les individus sont soumis à des entrainements sensoriels, moteurs et cognitifs, plus les astrocytes 1), qui sont les cellules spécialisées constituant la matière blanche, se multiplient également et se renforcent.

Les astrocytes sont des cellules en forme d'étoile dont les bras enveloppent les neurones en produisant une matière isolante dite la myéline. On les désigne aussi par le terme d'oligodentrocytes. La myéline, comme tout isolant appliqué à un conducteur électrique, permet la conservation du signal en évitant qu'il ne se disperse dans les milieux traversés. Les astrocytes ne jouent pas seulement un rôle d'isolant. Ils peuvent aussi assurer une certaine forme de communication, en libérant des neurotransmetteurs dit gliotransmetteurs. Certaines catégories d'astrocytes enfin servent de cellules souches à partir desquelles sont générés de nouveaux neurones permettant le renouvellement de la matière grise, y compris chez les individus âgés.

On voit donc l'intérêt de disposer de matière blanche en bon état, se renforçant éventuellement pour faire face à de nouvelles sollicitations. Mais peut-on aider le cerveau à disposer d'une matière blanche plus efficace? Des études récentes, conduites par Heidi Johansen Berg, Université d'Oxford, initialement chez le rat, puis chez des patients volontaires, ont montré que l'exercice physique et intellectuel accroissait le taux de myéline, et par conséquent les performances du cerveau 2). Depuis d'autres études laissent à penser que la circulation dans le sang de complexes protéiques dits exosomes 3) peut stimuler la production de myéline. Or cette circulation est elle-aussi accélérée par l'exercice.

Il n'est pas impossible par ailleurs d'espérer améliorer l'état de malades atteints de Sclérose Multiple ou d'Alzheimer, chez qui l'exercice est difficile, en les traitant à partir d'exosomes provenant de donneurs volontaires sains. Il n'existe pas aujourd'hui de drogue miracle pouvant se substituer à ces méthodes. On voit que, longtemps assoupies, les études sur l'organisation et le rôle de la matière blanche sont aujourd'hui en plein renouveau. 4)


Notes

1) Astrocyte. Wikipedia
2) Article Nature Training induces changes in white-matter architecture (accès payant)
Voir aussi Lubetzki et al Signaux axonaux et myélinogenèse dans le système nerveux central (français)
3) Exosome. Wikipedia
4) Sur l'ensemble de la question, voir NewScientist 21 février 2015, p. 32

 

 

Retour au sommaire