Vers le site Automates Intelilgents

La Revue mensuelle n° 156
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion

logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée
 Dans La Revue
 

 

Retour au sommaire


 


Automates Intelligents dispose d'un blog
N'hésitez pas à y laisser des commentaires :


http://philoscience.over-blog.com/

Article. L'Empire américain durera-t-il 1000 ans ?
Jean-Paul Baquiast 18/04/2015

 

C'est la question qu'il est légitime de se poser lorsque l'on écoute l'exposé fait récemment par George Friedman (image) devant le prestigieux Think tank américain Chicago Council on global affairs.

Emigré d'Europe de l'Est dans sa toute jeunesse, George Friedman s'est parfaitement intégré à la haute société intellectuelle et politique américaine. Il a écrit plusieurs ouvrages de géopolitique et de géostratégie qui ont touché un vaste public. En 1996, il a fondé la société privée STRATFOR, dont il est président et principal expert en matière d' « intelligence ». Nous citons souvent ici des études publiées par ce groupe.

Friedman est devenu depuis quelques années la référence de ce que nous pourrions nommer l'Empire américain. Il évalue les ambitions conquérantes de celui-ci, les processus par lesquels il réussit à s'imposer, les quelques échecs et difficultés rencontrées. Il prodigue à cette fin des conseils qui touchent, autant que l'on puisse juger, un très vaste public d'hommes politiques, d'économistes, de militaires de diplomates et d'hommes des medias. Il est manifestement très écouté aux plus hauts niveaux de la Maison Blanche.

Dans un article publié ailleurs en décembre 2014, Le triomphe de l'Empire, nous avions brièvement présenté 4 domaines où, contrairement à une opinion de plus en plus répandue selon laquelle l'influence de l'Empire était en retrait, nous expliquions que l'Empire nous paraissait plus fort que jamais. Ceci avait suscité les reproches de nombreux lecteurs, nous reprochant de faire ce faisant le jeu de l'impérialisme américain.

Il est indispensable, pensons-nous, pour ceux continuant à sous-estimer la force de l'Empire, d'écouter attentivement l'exposé de George Friedman. Nous ne dirions pas qu'il y développe des thèses de conquêtes telles que celles de Henry Kissinger et Zbigniew Brzezinski en leur temps. Il y expose en toute bonne foi, sans machiavélisme pourrait-on dire, la façon dont il mesure le renforcement du pouvoir de l'Empire, et les quelques conseils qu''il donne pour que ce phénomène continue à se dérouler sans anicroches. A l'occasion, il n'hésite pas à se démarquer du discours plus soft, ou plus dissimulé, de la diplomatie américaine. Il expose les situations comme elles sont, selon lui.

L'exposé est en anglais, comme il se doit, avec des sous-titres en allemand. Pour les auditeurs purement francophones, résumons ici les principales convictions qu'il y exprime, en réponse aux questions du journaliste ou du public.

Résumé de l'exposé

1 – L'Europe n'existe pas en tant que puissance géopolitique
2 – Seule une union entre l'Allemagne et la Russie pourrait menacer les Etats-Unis, mais elle ne se produira jamais ça n'arrivera jamais
3 – L'armée ukrainienne est une sorte de filiale de l'armée américaine. Elle mérite donc d'être honorée en fonction de ses mérites avec des décorations américaines.
4 – L'Amérique livre des armes dans tous les pays de l'est européen, même en Ukraine
5 – Le but de l'Amérique est d'installer un cordon sanitaire autour de la Russie, constitué des pays européens qui acceptent de jouer pleinement ce rôle. Il en donne la carte.
6 – L'Amérique intervient militairement dans le monde entier, ses moyens dominent les océans, les airs (l'espace) et beaucoup de territoires.
7 – Plutôt qu'attaquer directement les ennemis avérés, il faut susciter des conflits où ils se battront entre eux. Le résultat a jusqu'ici été excellent.
8 – En cas cependant où l'Amérique doit se battre directement contre un ennemi, elle doit pratiquer le principe des frappes préventives, conduites par surprise.
9 –il faut installer des gouvernements favorables aux intérêts américains. Dans les pays soumis ou en voie de ralliement, Nous installons des régimes favorables à nos intérêts
10 – L'Amérique est un Empire. En ce sens, elle ne doit jamais baisser la garde.
11 – En Europe, l'Amérique via l'Otan doit installer dans tout l'espace terrestre entre la Baltique et la mer Baltique des dispositifs militaires contribuant à la mise en place du cordon sanitaire évoqué précédemment.
12 – Le seul point susceptible de troubler ou affaiblir cette stratégie repose sur les choix politiques et économiques que pourra faire l'Allemagne. Or ces choix sont aujourd'hui imprévisibles compte tenu des intérêts divergents qui s'expriment en Allemagne.
13 – Comme elle l'a fait systématiquement depuis la 1e guerre mondiale, l'Amérique doit empêcher une coopération entre le capital financier et technologique allemand et les ressources de matières premières et territoriales russes. L'avenir de l'Europe face à l'Empire dépendra des choix allemands.

Quelques commentaires

* Comme déjà dit, nous constatons que l'Empire américain est pour le moment, plus puissant, plus globalisé et plus diversifié que jamais. Refuser de le voir serait irresponsable. Durera-t-il cependant mille ans ou même un siècle encore? Si le reste du monde ne réagit pas, certainement.

* L'exposé ne mentionne pas la mise en place, souvent analysée par nous ici, du Brics et parallèlement de l'Organisation de Coopération de Shanghai. Si l'entreprise réussit, elle rassemblera à peu près les deux tiers des forces du monde. Même si, contrairement à l'Empire américain, ces nouvelles structures sont encore mal coordonnées, même si elles manquent encore de la puissance militaire et scientifique de celui-ci, elles pourront en quelques années représenter pour les Etats-Unis un adversaire autrement difficile à contrôler que la seule Allemagne. Encore faudra-t-il que les pays concernés décident de se battre, au lieu de se laisser conquérir pièce à pièce.

* Le même raisonnement s'applique à l'Europe et notamment en son sein à la France et l'Italie? Sont-elles résignées à rester pendant 1000 ans des colonies de l'Empire? Ajoutons, mais ce n'est pas un détail, que la France refuse de livrer les Mistrals à la Russie mais que dans le même temps elle envoie la frégate Hermione rendre hommage à l'Amérique, tout en tentant d'y vendre un peu de cognac. Le geste marque bien la dépendance française.

Références

* Exposé (video) https://www.youtube.com/watch?v=u1a0FD6iiekdman

* Chicago Council on global affaires

* George Friedman

* STRATFOR

Note. J'ajouterais au 20/04 que face à cet article véritablement machiavélique, personne en France, ni au niveau politique, ni dans les médias, n'a vraiment réagi - mis à part un article du Contrarien. Les Américains auraient tort de se gêner, notre aliénation à eux est totale JPB

 

 

 

Retour au sommaire