Vers le site Automates Intelilgents

La Revue mensuelle n° 157
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion

logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée
 Dans La Revue
 

 

Retour au sommaire

 

Probabilités. Quelques remarques lucides, mais partisanes sans doute
Pierre Bricage.09/05/2015

Note de la rédaction. Pierre Bricage nous a autorisé à reprendre ici ces propos, qui n'étaient pas destinés à un article proprement dit mais à une discussion sur un blog. A.I.
Pierre Bricage, pages personnelles

Partisanes sans doute puisque je suis biologiste !

Vous avez sans doute remarqué qu'à l'ère des (more and more) big data, et du (more and more) big network (pas si “net“ que cela...), les méta-analyses (scientifiques), qui devraient être de plus en plus courantes (en fréquences), comme des cadrans sur un tableau de bord... pour une gouvernance globale, sont de plus en plus rares... Why ?/Pourquoi ?/Warum ?... (Ou Pour qui ?). Bien que..., au lendemain d'une élection ou d'un crash économique elles fleurissent (en images) dans tous les magazines (papier et en ligne). Question de pouvoir (dans tous les sens du mot) ?

Aujourd'hui le temps de calcul n'est plus un facteur limitant. Le facteur limitant c'est toujours le nombre de publications qu'une personne peut lire et le nombre de personnes qui investissent du temps dans cette lecture (sachant qu'en biologie, pour avoir de l'avancement, un chercheur doit publier “en moyenne“ tous les 2 mois ! Mais publier quoi ? Où ?)

Tout le monde ne fume pas quotidiennement mais nous respirons tous le même air, et buvons tous la même eau, “quotidiennement“. Même ceux (et surtout eux) qui n'utilisent pas directement l'énergie nucléaire la respirent et la boivent indirectement. Le seul, à ma connaissance, qui ait proposé un moyen de se débarrasser, définitivement et proprement, des déchets nucléaires est Isaac Asimov « les envoyer vers le soleil » (la centrale nucléaire de recyclage). Bien sûr cela a un coût (et cela présente des risques)! Mais l'argent, numérique maintenant..., n'existe plus. Même si les guerres (réelles), pour de l'argent (virtuel) existent toujours !

Pour terminer par la note d'humour « nos ancêtres qui ont survécu ont été ceux qui supportaient le mieux la fumée des feux de bois ! », on sait (depuis longtemps) ce qu'il en est du tabagisme passif, mais il a fallu des dizaines de milliers d'années (si on part de la découverte du feu...) pour tenter d'éviter (sans succès) le cancer du poumon associé au tabagisme passif. Le feu est toujours nécessaire mais l'enfumage des poumons ne l'est toujours pas. Pour avoir un cancer encore faut-il avoir la chance de vivre assez longtemps pour avoir cette opportunité... Mais l'important n'est pas de survivre mais de s'être reproduit avant de mourir. Les lapins (qui ne résistent pas au feu) se survivent, pas les plaques de cheminée (qui y résistent).

Une des marques de l'intelligence n'est-elle pas la mise en place de stratégies d'évitement (principe de précaution?) ou de contournement (lobbying ?). Il n'y a jamais d'avantages sans inconvénients ! Survivre c'est transformer les inconvénients en avantages (contournement, exaptation) et éviter que les avantages deviennent des inconvénients (principe de précaution). Mais il est plus facile de faire croire qu'on peut tout guérir (curation), cela n'exige pas d'attention particulière, car le principe de précaution il faut l'appliquer tous les jours, toute sa vie, c'est comme le préservatif... l'oublier 1 fois suffit... pour être attrapé par le virus du SIDA.

L'espèce humaine est mal partie !

Le même Isaac Asimov (dans une de ses nombreuses nouvelles) écrivait que..

Une civilisation extra-terrestre, chargé d'évaluer l'intelligence dans le cosmos et de donner un coup de pouce aux espèces en voie d'émergence, passait au large de la terre sans s'y arrêter. Pourquoi ? : « ils font des essais nucléaires à l'intérieur de leur atmosphère... » (et maintenant..., ils enfouissent les déchets dans leur sol).

Certes, tôt ou tard, certaines espèces deviennent résistantes à un toxique. Mais à quelle fréquence et au bout de combien de générations ? La fréquence d'apparition d'un mutant résistant pour un toxique (par exemple :antibiotique, chez les bactéries) est d'environ 1 chance sur 1 million au mieux (à 1 sur 100 million)... pour 1 gène et 1 mutation et 1 toxique. Cela n'empêche pas que certaines espèces bactériennes (comme la plus dangereuse pour l'homme, le Staphylocoque doré) soit résistante à tous les antibiotiques connus. Mais une population bactérienne peut atteindre 1 milliard d'individus. Et le temps de génération chez E. coli, en conditions optimales, est de 20 minutes. Même avec un temps de génération de 1h..., l'utilisation des antibiotiques date maintenant de 100 ans x 365 jours x 24 h soit presque 1 million de générations bactériennes.

L'homme doit-il rester 25 millions d'années dans un environnement radioactif pour donner naissance à une autre espèce résistante ? C'est vrai que nous (ne) sommes (que) maintenant 10 milliards, donc quelques centaines pourraient survivre... lesquels ? Dans quel état (dans tous les sens du mot) ? Certains espèces d'insectes peuvent devenir résistantes à certains insecticides dits systémiques, les fourmis peut-être, parce que leurs colonies (l'organisme vivant n'est pas la fourmi c'est la colonie) sont très très nombreuses (et contiennent de très très nombreuses fourmis (qui sont équivalentes aux cellules de notre corps) mais, partout, toutes les colonies d'abeilles meurent. A quel homicide systémique l'espèce humaine survivra-t-elle ? Sachant que nous n'avons qu'une colonie, terrestre.. (qui a toujours été une poubelle, mais...) dont les déchets accumulés sont de plus en plus toxiques... Maintenant, de plus en plus d'enfants naissent avec un cancer.

(Presque) tout le monde joue au loto ou à des jeux dont la probabilité de gagner est 1 chance sur 1 million, voire sur 1 milliard. Très peu de personnes joue à la roulette russe dont la probabilité de gagner est pourtant de 5 chances sur 6.

Comme dit la chanson :
"non, non, rien n'a changé,
tout, tout a continué..."

Mais tôt ou tard tout a une fin.

Voir

http://www.intcpm.net/ojs/index.php/icpm2013/article/view/19

http://www.afscet.asso.fr/pagesperso/MicroOndes88pb.pdf