Vers le site Automates Intelilgents

La Revue mensuelle n° 157
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion

logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée
 Dans La Revue
 

 

Retour au sommaire

 


 


Automates Intelligents dispose d'un blog
N'hésitez pas à y laisser des commentaires :


http://philoscience.over-blog.com/

 

Biblionet

Les infrastructures du trouble mental


de Pierre Marchais

L'Harmattan, 2015


Commentaires par Jean-Paul Baquiast


 

Pour en savoir plus

* Biographie de Pierre Marchais

* Quelques ouvrages de l'auteur

* On pourra relire un document de Pierre Marchais que nous avions publié en 2009, ainsi que la présentation de son ouvrage de 2010, co-signé avec Alain Cardon: « Troubles mentaux et interprétations informatiques Contributions à l'étude du fonctionnement psychique ».

Présentation par l'éditeur

La psychiatrie reste sujette à des oppositions internes et à des énigmes qui imposent un regard nouveau sur cette discipline. À cet effet, l'auteur adopte une perspective dynamique et interdisciplinaire qu'il situe face aux divers courants historiques en psychiatrie. Il précise les interrelations variables de la pensée et du langage, leurs liens en boucles, qui retentissent sur la structuration et la connaissance du trouble.

 

Le dernier livre du neuro-psychiatre Pierre Marchais devrait pensons-nous intéresser un public de plus en plus large. Il est beaucoup plus riche que ne le laisse entendre la présentation ci-dessus de l'éditeur. En effet il réalise une synthèse particulièrement vaste et actualisée des travaux et recherches que son auteur a menées pendant plusieurs dizaines d'années. Or les lecteurs susceptibles d'en mesurer toute la portée sont de plus en plus nombreux. Peu nombreux sans doute initialement, ils devraient aujourd'hui constituer un contingent très appréciable.

Il s'agit pourtant d'une population qui doit être capable de rassembler des compétences considérées jusqu'à ces dernières années comme très étrangères les unes aux autres. Pour simplifier, disons que le thème en est double. Il porte d'abord sur tout ce qui concerne la maladie mentale au sens le plus large, appréhendée essentiellement par la clinique, c'est-à-dire la pratique médicale. Mais dans le même temps – et c'est là que le livre trouve toute son originalité - le thème concerne les différentes technologies que nous évoquons régulièrement sur ce site, intelligence artificielle, robotique, et plus immédiatement, en ce qui concerne le cerveau, l'imagerie cérébrale et les techniques de simulation numérique visant à terme à réaliser des cerveaux artificiels.

On trouve évidemment beaucoup de personnes qui peuvent transposer à la réflexion sur les troubles mentaux ce qu'ils ont compris des sciences de l'artificiel – et réciproquement. Mais comme nous venons de l'indiquer, la question à laquelle le docteur Marchais s'est attaqué dès le début est d'opérer dans un cadre clinique, face à des patients qui ont besoin de soins immédiats, et qui s'adressent au médecin pour les recevoir. Il est facile de concevoir que confronté à quelqu'un souffrant par exemple de bouffées délirantes pouvant le conduire à des actes destructeurs, le praticien, fut-il bien informé de l'actualité des travaux sur le cerveau artificiel, n'aura pas le temps de faire appel à ce qu'il sait dans ce dernier domaine pour diagnostiquer le problème de la personne en face de lui, d'une façon tout au moins qui soit plus efficace et plus innovante que les vieilles recettes de la pratique clinique.

C'est cependant pour relever ce défi presque hors de portée de la pratique clinique que s'est consacré Pierre Marchais tout au long de ses ouvrages, dont on trouvera la liste ci-dessous. Son dernier livre, bien que difficile à exploiter par un lecteur connaissant mal les questions abordées, devrait au contraire donner au praticien déjà informé de nouveaux repères lui permettant d'éviter tous les pièges de la pratique psychiatrique commune.

Face à un patient délirant

On trouve ainsi dans le livre des pages comparant le langage pratiqué par quelqu'un considéré comme normal et le langage, pour reprendre notre exemple, d'un délirant. Or ces pages fournissent au médecin psychiatre ou au psychologue des références tirées de la pratique des langages utilisés par des systèmes simulant le langage animal et humain. Ces références devraient venir immédiatement en tête du praticien ainsi informé, pour lui permettre de mieux décrypter, en temps presque réel, les propos du patient. Si ce médecin a fait l'effort préalable de se donner une bonne connaissance des représentations et méthodes d'un chercheur en sciences cognitives artificielles applicables à des troubles mentaux, il pourra, dans la meilleure hypothèse avant que le patient n 'ait quitté son cabinet, orienter celui-ci vers des solutions capables de l'aider éventuellement à mieux se comprendre et en tous cas aider à le soulager.

La plupart des psychiatres, on peut le craindre, resteront sceptiques. Lorsque cependant l'on y réfléchit, il n'existe pas à ce jour d'autres méthodes que celles proposées par les recherches de Pierre Marchais pour renouveler en profondeur la pratique clinique psychiatrique, qu'il s'agisse des diagnostics ou des soins. L'autre méthode, universellement pratiquée aujourd'hui, consiste à utiliser un catalogue aussi complet que possible des troubles mentaux et de leurs symptômes, afin de pouvoir immédiatement y classer le malade. Ce catalogue fournira parallèlement au praticien une liste de remèdes pharmacologiques reconnus de façon probabiliste comme les mieux à même de prévenir ou de traiter les troubles mentaux. Dans certains cas graves, on parle de camisole chimique.

Ces remèdes pharmacologiques rapportent beaucoup de profits aux laboratoires, et par voie de conséquences aux médecins qui les prescrivent. On ne peut pas dire qu'ils soient tous inappropriés, mais on ne peut pas non plus prétendre qu'ils permettent des diagnostics et des cures suffisamment personnalisés. Il en est ainsi de la panoplie inépuisable des spécialités présentées comme susceptibles de combattre l'anxiété. Si le médecin n'incite pas le patient à mieux comprendre les raisons de celle-ci, la succession de prescriptions médicamenteuses souvent incompatibles ne fera qu'aggraver le mal. Comme le savent les lecteurs de Pierre Marchais, il s'est toujours opposé à une pratique psychiatrique reposant sur l'utilisation systématique du DSM (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders), généralisé aujourd'hui en Europe à la suite de sa mise en place aux Etats-Unis par l'American Psychiatric Association 1).

Il ne faut pas cependant se faire trop d'illusions. Une science aussi diversifiée et approfondie que possible, telle que celle dont fait montre Pierre Marchais, ne sera jamais suffisante pour répondre à des troubles mentaux dont la fréquence apparemment ne diminue pas. Autrement dit, il faudra des milliers de psychiatres et psychologues ayant, rien qu'en France, une bonne pratique des sciences cognitives artificielles pour répondre au besoin.

Néanmoins toute réforme a un début. Le véritable apostolat consacré par Pierre Marchais pour faire progresser les pratiques interdisciplinaires qu'il recommande dans ses ouvrages, et singulièrement dans son dernier livre « Les infrastructures du trouble mental », ne pourra qu'avoir à terme de bons résultats. Voici selon nous une excellente raison pour se procurer cet ouvrage, et approfondir par la suite les nombreuses perspectives, évoluant quotidiennement dont par définition, il ne pouvait en 200 pages préciser les détails. 2)

Notes

1) DSM

2) Voir en application de ce propos le nouveau projet français BRAiN US

 

Retour au sommaire