Vers le site Automates Intelilgents

La Revue mensuelle n° 159
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion

logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée
 Dans La Revue
 

 

Retour au sommaire

 


Automates Intelligents dispose d'un blog
N'hésitez pas à y laisser des commentaires :


http://philoscience.over-blog.com/


Article. La marche à l'enfer climatique
Jean-Paul Baquiast 18/07/2015

Dans l'article référencé ci-dessous, le psychologue de l'environnement à l'université de Victoria, Canada, Robert Gifford, présente 33 raisons regroupées en 7 familles pour lesquelles les humains, même s'ils ne nient pas la réalité du changement climatique, ne font pas tout ce qu'ils pourraient faire pour lutter eux-mêmes contre ce phénomène. L'approche paraitra peut-être simpliste. Cependant, dans la perspective des prochaines conférences sur le climar devant se tenir en décembre à Paris, ces considérations ne sont pas inutiles.

Nous les avons brièvement résumées ici

Nous présenteront ensuite un petit questionnaire permettant au lecteur de se situer par rapport aux concepts de réchauffement climatique et risques associés

 


La marche à l'enfer climatique. Les raisons pour lesquelles les humains n'agissent pas suffisamment pour lutter contre le changement climatique, ou même n'agissent pas du tout.

NewScientist The road to climate hell Robert Gifford
https://www.newscientist.com/article/mg22730290-300-33-reasons-why-we-cant-think-clearly-about-climate-change/

Famille 1. Connaissances limitées

1: Insuffisance du cerveau cognitif
Le cerveau humain n'a pas suffisamment évolué, depuis 30.000 ans, pour percevoir les complexités du monde actuel

2: Ignorance
Ignorance concernant le phénomène proprement dit. Ignorance relative aux remèdes pouvant être appliqués. Ignorance volontairement entretenue par les groupes d'intérêts ayant intérêt à ce que rien ne change.

3: Incapacité à appréhender la complexité des phénomènes environnementaux
On ne peut pas tout envisager donc on choisit les phénomènes qui nous frappent le plus, qui peuvent ne pas être les plus dangereux. A l'opposé, à force d'entendre répéter les mêmes mises en garde, on finit par ne plus y attacher d'importance.

4: Incertitude
La prudence avec laquelle les scientifiques, notamment ceux de l'Intergovernmental Panel on Climate Change, formulent leurs propositions entraîne un doute sur la certitude des phénomènes étudiés.

5: Sous évaluation
Sous évaluation des phénomènes se produisant loin de l'observateur ou qui n'interviendront que dans le futur.

6: Déformation par excès d'optimisme
Ne pas s'inquiéter car des solutions ne manqueront d'être trouvées.

7: Perception du manque de moyens de contrôle
Ces moyens semblent hors de portée. Des changements de comportements individuels sont supposés n'avoir pas d'effet. Il en résulte de la résignation ou du fatalisme.

8: Conviction d'avoir raison
L'on ne prend en compte que les informations confirmant cette conviction

9: Le temps c'est de l'argent
Les pratiques de sauvegarde demandant trop de temps ne sont pas adoptées.

10: Incapacité d'agir
Incapacité réelles (par exemple utiliser une bicyclette compte tenu de l'âge, plutôt qu'une voiture). Incapacité supposée. Par exemple changer de régime alimentaire.

Famille 2 Idéologies

11: Conceptions du monde
La croyance dans les bienfaits de la libre entreprise ou du capitalisme décourage la participation à des actions collectives régulées. De même celle selon laquelle les « biens communs » sont à la disposition de tous, même d'entreprises susceptibles de détruire ces biens

12: Croyances religieuses
C'est Dieu qui a voulu que le monde soit ainsi. Il pourvoira à la solution des difficultés. De toutes façons, dans une autre vie, ces problèmes ne se poseront plus . Si ce n'est pas Dieu, c'est la Nature qui prendra les choses en charge.

13: Croyances aux solutions technoscientifiques
La science et la technique trouveront en temps utile les solutions aux problèmes rencontrés, même si ce sont elles qui ont été à l'origine de ces problèmes..

14: Défense du statu quo
Ceci soit du fait des avantages immédiats qu'apporte le statu quo, soit du fait de l'importance des sacrifices à consentir pour le modifier.

Famille 3 Mimétisme

15: Mimétisme de proximité
Nous imitons nos voisins, même s'ils sont climato-sceptiques

16: Mimétisme sociologique
Les informations et débats, notamment sur les réseaux sociaux, nous déterminent, même s'ils sont climato-sceptiques.

17: Sens de l'égalité
Pourquoi se donner du mal si les autres ne le font pas?

Famille 4. Poids du patrimoine et des acquisitions


18: Investissements
Difficulté à renoncer à des investissements de confort ou à des prise de participation dans des entreprises, même si celles-ci ont un effet destructeur sur le climat.

19: Habitudes
Il est très difficile de changer de comportements ou de mode de penser dont on a l'habitude depuis longtemps. La résistance aux changements est une force sociale très effective?

20: Conflits entre objectifs, valeurs et aspirations
L'aspiration au progrès individuel ou collectif, ou simplement au changement, entre en conflit avec les valeurs de décroissance qui permettront de réduire les charges sur le climat et l'environnement

21: Attachement au cadre de vie.
Si le cadre de vie ne paraît pas menacé par le changement climatique, au contraire de ce qu'il par exemple dans les iles du Pacifique, on refusera les démarches pouvant le transformer, par exemple la mise en place de parcs d'éoliennes à proximité.

Famille 5. Incertitudes

22: Incrédulité
Incrédulité à l'égard des recommandations des scientifiques ou des pouvoirs publics, soupçonnés de mentir pour de raisons diverses.

23: Caractère non obligatoire des décisions
Si les décisions prises par les autorités ne sont pas obligatoire, beaucoup de personnes trouveront diverses raisons pour ne pas les appliquer

24: Déni
Ceux qui nient la réalité du changement climatique, qu'ils soient ou non scientifiques, recueillent une audience, voire un prestige, disproportionnés par rapport aux preuves et arguments qu'ils apportent

25: Résistance systématique
Certaines personnes résistent spontanément aux informations, conseils et instructions, dès lors que la source en est une autorité quelconque. Ils en prennent systématiquement le contre-pied

Famille 6.Perception des risques pouvant résister des politiques de protection du climat

26: Risques fonctionnels
Les nouvelles solutions proposées vont-elles fonctionner? Vont-elles être efficaces?

27: Risques physiques
Le recours à la bicyclette, par exemple, peut entrainer un risque d'accident plus grand que celui découlant de l'usage raisonnable d'une automobile.

28: Risques financiers ou économiques
Les nouvelles solutions, telle la mise en place de panneaux solaires, ou l'achat d'un véhicule électrique, ne vont-elles pas entraîner des dépenses imprévues?

29: Risques sociaux
Certains comportements ne vont-ils pas donner à ceux qui les adoptent des réputations bizarres? Par exemple devenir végétarien ou conserver un téléphone portable démodé.

30: Risques psychologiques
Les critiques et moqueries pouvant susciter l'adoption de comportements protecteurs de l'environnement feront reculer certaines personnes, car elles diminueront l'estime de soi et la confiance dans le bien-fondé de leurs choix qu'elles pouvaient avoir.

31: Risques apparaissant à l'usage
Crainte du fait que le temps et les ressources consacrés à l'adoption de comportements protecteurs puissent se révéler à l'usage disproportionnés au regard des résultats obtenus

Famille 7. En faire le moins possible devrait être suffisant


32: Se satisfaire d'actions symboliques
Ainsi se limiter à trier les déchets domestiques ou utiliser pour les achats des sacs en papier plutôt que des sacs plastiques.

33: Effets de rebond
On appelle ainsi les comportements plus destructeurs que les précédents, une fois que ceux-ci ont été adoptés. Par exemple utiliser un véhicule électrique bien plus souvent que le précédent véhicule à essence.


 


Ce que vous pensez à propos du réchauffement climatique

Nous vous proposons de répondre à ce petit questionnaire.

Le signataire de cet article a fait cet exercice pour son propre compte. Ces réponses n'engagent que lui. Vous pourriez évidemment en ce qui vous concerne modifier les questions ou vous en poser d'autres.

Successivement : Objet de la conviction – raison de la conviction - taux de conviction

Le climat terrestre enregistre un réchauffement accéléré généralisé depuis environ ½ siècle
* preuves présentées par les scientifiques
* 90%. On ne peut jamais être certain à 100%

Ce réchauffement va s'accélérer encore dans le prochain demi siècle, jusqu'à un point de non retour (ou tipping point)
* prévisions présentées par la majorité des scientifiques
* 80%

Je ne le constate pas moi-même à ce jour
* pas de preuves crédibles compte tenu de mes moyens d'observation
* 80%

Le réchauffement est pour l'essentiel d'origine humaine
*preuves présentées par les scientifiques
* 90%. On ne peut jamais être certain à 100%

Les conséquences du réchauffement seront pour l'essentiel, si rien n'est fait, catastrophiques tant pour l'humanité que pour les espèces vivantes actuelles.
* prévisions présentées par les scientifiques
* 90%. On ne peut jamais être certain à 100%

Il est pas possible d'arrêter le réchauffement sans des mesures radicales et immédiates
* prévisions présentées par les scientifiques
* 90%. On ne peut jamais être certain à 100%

Il est possible de ralentir le réchauffement par des mesures immédiates
* prévisions présentées par les scientifiques
* 90%. On ne peut jamais être certain à 100%

Il devrait s'agir de mesures prises à un niveau mondial et effectivement appliquées
* prévisions présentées par les scientifiques
* 90%. On ne peut jamais être certain à 100%

Je peux appliquer certaines mesures à ma portée, mais elles n'auront qu'un effet insignifiant
* observations des sociologues
* 80%

Je le ferai cependant, mais seulement si ces mesures ne s'opposent pas trop immédiatement à mes intérêts
* Observations personnelles
* 80%