Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 160
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubrique

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

La Chine. Le monde. Surabondance de matières explosives
Jean-Paul Baquiast 18/08/2015


Un article du WSWS, dont la rigueur dans l'information est inattaquable, indique que dans les entrepôts de Rui Hai International Logistics, la société responsable de l'explosion géante de Tianjin, se trouvaient 3.000 tonnes de 40 produits chimiques dangereux, dont 800 tonnes de nitrate d'ammonium, un explosif, 500 tonnes de nitrate de potassium, utilisé entre autres comme carburant pour les moteurs de fusées, 600 tonnes de cyanure de sodium, utilisé dans les extractions d'or et qui s'enflamme à l'eau en produisant du cyanure d'hydrogène, gaz mortel, On y trouvait aussi du carbure de calcium et du diisocyanate de toluène, réagissant également violemment avec l'eau.

Une enquête menée par les autorités, qui s'apparente à un effort pour contrôler les dommages (damage control) et qui est diffusée au compte-goutte, aurait montré que l'entreprise entreposait tous ces produits sans autorisation et sans respecter aucune norme de sécurité.

Tout laisse penser que les cadres de Rui Hai International Logistics avaient enfreint intentionnellement les réglementations, et corrompu les responsables administratifs afin qu'ils ferment les yeux. Par ailleurs, les services de sécurité, notamment les corps de sapeurs-pompiers, n'étaient en rien prévenus du risque d'explosion dans l'usage des lances à incendie à eau. D'où le grand nombre de décès parmi eux. Par ailleurs, des milliers de personnes étaient logés de 500 mètres à 1 km des entrepôts, sans jamais avoir été prévenues du risque

Il y a plus grave cependant, si l'on peut dire. Les manifestants qui par diverses voies notamment le web dénoncent cette situation et prédisent que sans réformes en profondeur elle se reproduira nécessairement dans une dizaine au moins des mégalopoles au contact avec des industries dangereuses, sont interdits d'expression. Les autorités, de l'aveu même de l'agence officielle Xinhua, ont fermé 50 sites web et interdit 360 reportages en ligne au prétexte qu'ils répandaient des rumeurs susceptibles de causer des paniques. Toutes les images révélatrices de l'étendue du désastre ont été expurgées des réseaux sociaux RenRen, Kaixin001, 51.com, ainsi que des sites de type Twitter , Weibo et WeChat.

Aujourd'hui, il apparaît que la complicité dans le laissez-faire ne touche pas seulement, comme il avait été dit initialement, les autorités locales. Le développement de la zone industrielle de Tianjin, dite Binhai, avait été supervisé par le nommé Zhang Gaoli, vice premier président et membre du bureau permanent du Parti Communiste de la République Populaire de Chine. Des questions sont désormais posées concernant ses liens permanents avec Rui Hui ou, plus grave, avec les grandes entreprises que cette dernière fournit en produits chimiques et logistiques diverses.

Zhang Gaoli est aujourd'hui responsable des plans visant fondre en une mégacité unique, d'ici 2020, les provinces de Pékin, Tianjin et Heibei. Devraient y coexister 130 millions de personnes et un grand nombre d'usines et entrepôts analogues à ceux responsables de l'explosion de Tianjin.


Source. Marianne

Responsabilités occidentales

Nous ne commenteront pas ici tous ces faits. Disons seulement qu'ils mettent en cause, non seulement les autorités locales et centrales chinoises, mais les multiples entreprises occidentales qui avaient décidé de faire de la Chine l'usine du monde fournissant à bas prix les produits qu'elles revendaient fort cher aux consommateurs occidentaux – au mépris évidemment de l'emploi local.

Plus généralement encore, ces faits mettent en cause un système mondial de capitalisme financier qui détruit les hommes et l'environnement pour en tirer des bénéfices spéculatifs. Ils mettent aussi en cause les Etats, notamment les Etats européens, qui ont renoncé à toutes interventions dans le domaine des services publics industriels, qu'elles soient réglementaires ou sous forme d'investissements publics productifs. Les mêmes Etats, rappelons-le, se préparent en signant le TTIP avec l'Amérique, à démanteler ce qui restait en Europe de protection face aux multinationales.

Il est facile, comme le fait Stratfor dans l'article que nous citons ci-dessous à titre documentaire, d'accabler la Chine de critiques, fussent-elles souvent justifiées. Il est plus facile encore d'oublier les responsabilités qu'ont dans ce système les intérêts occidentaux, principalement américains.

Et que proposons-nous de concret, nous-mêmes ici, qui prétendons avoir des idées sur la façon dont le monde devrait être organisé, pour préparer celui-ci à faire face aux pressions de 15 milliards d'humains, soumis aux épreuves climatiques et environnementales dont ces humains seront en grande partie responsables.

* WSWS (World Socialist Web Site)
http://www.wsws.org/en/articles/2015/08/18/tian-a18.html

* Stratfor
https://www.stratfor.com/weekly/chinas-crisis-price-change?utm_source=freelist-f&utm_medium=email&utm_term=Gweekly&utm_campaign=20150818&utm_
content=readmoretext&mc_cid=d5d074175b&mc_eid=a633e4d864