Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 161
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubrique

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

 

Editorial 2. La chaine crisique mondiale
Jean-Paul Baquiast, Christophe Jacquemin 14/09/2015

Ce texte est une adaptation d'un article de Andre Damon et Barry Grey, publié le 12 septembre 2015 par le World Socialist Web Site. Nous l'avons réécrit avec nos propres termes, tout en en gardant, espérons-le, l'esprit, esprit que, globalement, nous partageons.

Le terme de chaine crisique avait été proposé par Philippe Grasset, chroniqueur scrupuleux sur son site Defensa des crises successives qui affectent le monde depuis quelques années. On pourrait aussi parler d'enchainement des crises. Aucun effort prospectif concernant l'avenir de la France dans les prochaines années ne pourrait être présenté comme si la France pouvait se tenir à l'écart de ces crises. Déjà affecté, il le sera de plus en plus.

La prolifération des crises s'est particulièrement manifestée durant l'été 2015, période à laquelle est écrit ce texte: crises financières, économiques, sociales, géopolitiques. Presque chaque jour en apparaissent de nouveaux épisodes. Par ce terme de chaîne crisique, nous désignerons des crises affectant sous des formes proches diverses régions du monde. Elles entrainent des réponses gouvernementales non coordonnées, pouvant provoquer des conflits militaires, sinon une conflagration encore plus générale.

Au plan financier, les marchés ont subi des fluctuations violentes, passant de gains massifs à des pertes également massives. Les gouvernements et les banques centrales ont tenté en vain de contrer les récessions découlant du recul généralisé des productions et des investissements productifs ayant suivi l'effondrement boursier de 2018.

L'économie chinoise, la plus grande plate-forme mondiale de main d'oeuvre à bas prix, qui tirait à la suite des évènements de 2008 ce que l'on appelle la croissance mondiale, ne peut plus affronter la concurrence d'un grand nombre de pays dits émergents acceptant des niveaux de rémunération et de vie bien inférieurs.

Au plan géopolitique, les tensions entre Etats s'exacerbent face aux conséquences sociales désastreuses des guerres menées, notamment par les Etats-Unis et leurs alliés européens et du Golfe, pour s'emparer des ressources de pays entiers, Afghanistan, Iraq, Libye, Syrie, Yémen ainsi que dans des parties de plus en plus étendues de l'Afrique. Il en résulte un flux croissant de réfugiés, qui n'avait plus été connu depuis la seconde guerre mondiale et auxquels en particulier l'Europe, située aux premières lignes, ne sait plus comment faire face.

Les conflits entre les exigences de solidarité et les égoïsmes nationaux deviennent de plus en plus évidents, provoquant au sein même de l'Union européenne des oppositions d'intérêt pouvant provoquer un jour ou l'autre l'éclatement de l'Union.

Washington de son côté, largement responsable des guerres ayant éclaté au Moyen-Orient, n'a cessé d'accentuer les pressions diplomatiques et les menaces militaires sur la Russie et la Chine, présentées désormais l'une et l'autre comme les plus grandes menaces pesant sur les Etats-Unis. Face à ces iffensives, inévitablement, Russie et Chine renforcent et modernisent leur arsenal militaire, au détriment de ressources qu'elles ne peuvent pas désormais consacrer aux besoins de leur population.

Au plan de la vie politique, partout dans les monde les traditionnelles oppositions entre gauches et droites disparaissent face à des colères populaires pouvant prendre des formes nouvelles, avec le renforcement des extrêmes et l'apparition de mouvements de rue. Ces colères proviennent de l'accroissement vertigineux des inégalités entre une minorité de plus en plus réduite de possédants et des majorités croissantes de non-possédants. Face à ces colères, les minorités dirigeantes se préparent partout à utiliser la force, avec des gardes nationales et des polices militarisées, comme aux Etats-Unis ou, à une échelle bien moindre, en Hongrie.

Lorsque apparaissent des mouvements politiques nouveaux susceptibles de mieux défendre les intérêts des classes populaires, telles Syrisa en Grèce, Podemos en Espagne, Die Linke en Allemagne, le Front anti-capitaliste en France, Bernie Sanders aux Etats-Unis (le seul à se présenter comme socialiste ou plutôt comme social-démocrate) les minorités dirigeantes les corrompent et les désarment par tous les moyens à leur disposition. Il est à craindre que le même sort survienne au New Labour de Jeremy Corbyn en Grande Bretagne.

Les crises ne sont plus des exceptions mais la règle. Elles se succèdent les unes aux autres, pratiquement sans intervalles. Il est tentant d'en revenir aux vieilles analystes marxistes, selon lesquelles elles découleraient de l'appropriation des biens de production par une classe dirigeante, autrement dit ce que l'on appelait le système capitaliste. Pus que jamais, il entraîne la division du monde entre Etats-nations se faisant la guerre, comme en 1914 et 1939.En dehors d'une sortie du capitalisme, aucune solution rationnelle n'apparait possible.

Ce que l'on appelait la bourgeoisie est elle-même profondément divisée, mais elle continue dans l'ensemble à refuser toute alternative au capitalisme. Celles-ci seraient pourtant possibles avec le développement de nouvelles formes de travail et de communication utilisant les réseaux numériques. les nouvelles technologies pourraient permettre à de nouvelles formes de conscience de classe, dépassant les frontières nationales, de se mettre en place et d'imposer des changements, non pas par la force, mais par un travail accru d'auto-formation au sein des couches populaires et de certains éléments de la bourgeoisie intellectuelle.

Cette formation viserait en priorité à partager et développer les richesses de l'intelligence, les seules qui ne devraient pas dans l'avenir échapper aux crises de rareté se préparant à l'échelle du monde. Les héritiers du Trotskisme parleront de l'établissement entre jeunes et travailleurs, à l'échelle du monde, de la Quatrième Internationale Socialiste. Est-ce seulement resté une utopie?