Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 161
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubrique

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

Editorial 3 . La Chine et l'Europe
Jean-Paul Baquiast et Christophe Jacquemin 25/09/2015

L'Economic Policy Institute est un organisme non-profit étudiant l'effet des législations et décisions gouvernementales sur le travail et l'emploi dans le monde. Il vient de publier une évaluation de l'effet qu'aurait l'attribution à la Chine du statut d'économie de marché ( market economy status ou MES) par l'Organisation Mondiale du Commerce, laquelle dépend de l'ONU.

Actuellement la Chine du fait de son statut d'économie partiellement dirigée, est soumise à diverses restrictions d'exportations et taxes anti-dumping décidées souverainement par chaque Etat ou par l'Union européenne. On estimait jusqu'à présent que ces charges étaient nécessaires pour protéger l'emploi et les industries de ces Etats d'une concurrence chinoise non réglementée: bas salaires, absence de protection sociale et de contraintes administratives.

Or la Chine, arguant de la libéralisation progressive de son économie, revendique le statut de MES. Les grands Etats, dont les Etats-Unis, pour des raisons diplomatiques tendant notamment à éviter que la Chine ne se rapproche de la Russie et des autres membres du Brics, soutiennent désormais cette demande de la Chine. Mais ils semblent accepter en contrepartie les pertes d'emplois frappant leurs industries du fait de la concurrence qu'exerceront désormais sans restrictions les entreprises chinoises. Cette concurrence tient à des raisons structurelles résultant de la puissance d'une économie disposant de dizaines de millions de salariés à bas cout relatif, et de certaines de millions d'acheteurs.

Selon les estimations de l'Institut, au niveau de l'Union, de 1,7 millions à 3,5 millions d'emplois seraient menacés par la concurrence de produits chinois à bas prix et échappant dorénavant aux taxes frappant le dumping. Par ailleurs, l'augmentation des importations résultant de cette offensive des produits à bas coûts se traduirait par un augmentation du déficit commercial des pays de l'Union d'environ 150 milliards.

Plus grave, ce seraient les industries européennes les plus compétitives qui seraient les premières touchées, de même que celles travaillant dans des secteurs stratégiques. Autrement dit, un véritable tsunami frapperait des économies déjà en récession et supportant de fort taux de chômage. Ceci n'a rien d'étonnant. La Chine représente déjà et représentera pour l'Europe une véritable machine de guerre, qui pourrait vu le rapport de forces ruiner définitivement les industries européennes. Ceci d'autant plus que les avantages de technicité dont certaines disposent encore, comme en Allemagne, se heurteraient aux investissements en matière de qualité que la Chine a déjà entrepris. Par ailleurs, aucun investissement nouveau destiné à améliorer la compétitivité des industries européennes ne sera possible, faute d'épargne.

Le rapport référencé ici donne plus de précisions sur les conséquences probables de ce tsunami, pouvant frapper à mort des sociétés européennes déjà obligées de sacrifier des services publics et sociaux afin de contenir leurs déficits. Il faut ajouter que dans le même temps, comme très vraisemblablement, l'Union européenne aura décidé de signer le TTIP avec les Etats-Unis. Le libre-échange en résultant, bénéficiant directement aux industries et services des Etats-Unis, achèvera de ruiner rapidement l'Europe.

Il y a vraiment lieu de s'inquiéter de ces perspectives, qui frapperont plus particulièrement les grands pays européens, Allemagne, Royaume-Uni, France et Italie. Les citoyens de ces pays accepteront-ils de se faire imposer un libre-échange qui les appauvrira définitivement? Le retour au protectionnisme deviendra pour eux vital, qu'ils soient ou non restés membres de l'Union européenne.

Mais que faire exactement? Nous discutons de cette question dans un document publié ici La France en 2045

Référence:

EPI. Unilateral Grant of Market Economy Status to China Would Put Millions of EU Jobs at Risk