Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 162
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubrique

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

 

Géopolitique . Reconduire les migrants « économiques » à la frontière ???
Jean-Paul Baquiast 09/10/2015

Le 7 octobre au Parlement européen, Angela Merkel et François Hollande ont expliqué que, dans le cadre d'une nouvelle politique de l'Union face aux flux migratoires, il fallait s'organiser pour faire le tri entre réfugiés politiques et migrants économiques. Les premiers seraient autorisés à bénéficier du droit d'asile, les seconds seront « reconduits à la frontière ». Sur le 7/9 de France Inter le 8 octobre, le ministre français de l'Intérieur s'est engagé à ce que la France, en ce qui la concerne, fasse de même.

Ces hauts responsables prennent-ils les citoyens européens pour des ânes? Qui ignore, sauf à n'avoir jamais rien vu hors de son jardin potager, que de telles mesures seront inapplicables. D'après le dernier rapport du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), 700 000 migrants auront traversé la Méditerranée en 2015 pour trouver refuge en Europe. Combien d'autres sont-ils passés par les frontières terrestres. L'Allemagne à elle seule s'attend à enregistrer 800 000 à un million de demandes d'asile sur l'ensemble de l'année. Angela Merkel avait précédemment affirmé que l'Allemagne pourrait accueillir un million de migrants par an pendant plusieurs années.

Or pour héberger tous ces gens avant d'avoir instruit leur demande d'asile, et en dehors de centres de rétention situés hors d'Europe dont personne ne voudra, chaque pays devra mettre en place des infrastructures considérables. Un WC pour 1.000 ne suffira pas. Il faudra aussi prévoir de faire face aux maladies souvent graves qui se multiplieront avec l'arrivée de l'hiver, frappant des populations, femmes et enfants notamment, déjà éprouvées par le voyage. Les structures médicales actuelles, déjà saturées, n'y parviendront pas.

Par ailleurs, pour examiner les titres de ces centaines de milliers de demandeurs, généralement dépourvus de papiers officiels et ne parlant pas la langue, il faudra mobiliser des dizaines de milliers de nouveaux fonctionnaires d'état-civil et de police. Qui en attendant fera régner un minimum d'ordre dans les files d'attentes kolossales qui se formeront? Les bénévoles? La télévision allemande a présenté des images de demandeurs d'asiles se battant entre eux qui contribuent fortement à la baisse de popularité d'Angela Merkel.

Hébergement de longue durée

Revenons sur le cas de ceux qui obtiendront le droit d'asile. Où se logeront-ils, de quoi vivront-ils en attendant de trouver un hypothétique emploi ? Combien d'enseignants faudra--t-il recruter pour donner un minimum d'enseignement à chacun, et notamment aux enfants? La question sera déjà très difficile à résoudre pour un pays comme la France qui prétend limiter les entrées à quelques milliers de personnes? L'Allemagne, aussi « riche » soit-elle, fait d'ores et déjà valoir, par la voix d'associations il est vrai qualifiées de néo-nazis par Mutti Merkel, que la chose sera longtemps hors de portée s'agissant de centaines de milliers de demandeurs par an.

Certains hommes politiques proposent il est vrai d'héberger ces demandeurs dans des zones rurales peu peuplées . Si elles sont peu peuplées, dépourvues de services publics locaux et d'entreprises, c'est parce qu'elles manquent depuis longtemps de ressources. On imagine sans peine l'accueil que donneront les populations rurales restantes, se considérant ainsi comme chassées de chez elles.

Les bénévoles répondront à ces besoins, dit-on parfois. L'émission généralement très pertinente de la 2e chaine française, dite « l'Oeil du 20 heures », a montré que 3 personnalités disposant de moyens considérables et ayant devant les médias pris l'engagement d'accueillir à leur domicile un ou deux réfugiés, n'en avaient rien fait, pour des prétextes divers, trois mois après. Les bénévoles, on peut le penser, se lasseront vite quant à eux du bénévolat, pour des raisons très légitimes, si le besoin de bénévolat se prolongeait.

Reconduire à la frontière

Mais là où les autorités prennent vraiment les citoyens pour des ânes, c'est quand elles parlent de reconduites à la frontières. Vers la frontière de quels Etats d'abord, aucun n'acceptant de les considérer comme des ressortissants. Et comment « reconduire » les migrants économiques,? gentiment par la main? en leur versant, comme aux Roms, des sommes permettant un hypothétique voyage de retour? Et que fera-t-on de ceux qui refuseront de se laisser reconduire, mettant en avant femmes et enfants pour en appeler à l'opinion?

La police aux frontières et les personnels des compagnies aériennes savent déjà le mal qu'ils ont à expulser un unique réfractaire, qui se roule au sol, menace d'attenter à ses jours, voire s'en prend directement aux agents. Qu'en sera-t-il face à des millions de récalcitrants. Va-t-on recruter et former pour faire face à ce besoin nouveau des millions de fonctionnaires et agents de sécurité.

Réfugiés climatiques

N'aggravons pas les difficultés du présent en mentionnant le cas des millions de réfugiés climatiques qui, pour des raisons très légitimes, montée du niveau de la mer,sécheresses, inondations, dégradation des terres arables, fuiront dans les prochaines années vers des régions plus clémentes. Comment les responsables et les populations de ces régions plus clémentes les accueilleront-ils, alors que leurs propres ressources seront elle-aussi affectées par le réchauffement climatique?Il ne s'agira pas aolors de millions, mais de dizaines, sinon de centaines de millions d'ici la fin du siècle...ou bien avant

__________________________________________

Terminons ce court article en répondant à la question de certains lecteurs « que proposez-vous de faire, vous qui prétendez tout savoir ? » . Nous ne faisons pas ici de propositions solides, parce qu'elles demanderaient hélas d'autres réflexions que les nôtres, et d'autres débats. Disons seulement que, pour progresser dans la voie des propositions utiles, il faut commencer par ne pas nier les problèmes à résoudre, en se berçant de mots dépourvus de sens concret.