Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 163
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubrique

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

 

Article. Nos intestins hébergent-ils une quatrième forme de vie?
Jean-Paul Baquiast 27/11/2015

Il ne s'agit pas évidemment d'animaux de grande taille, tels le ver solitaire, mais de microbes constituant la flore intestinale. Celle-ci, dont on sait qu'elle se comporte dans sa totalité (le microbiome) comme un organisme à lui seul, voire comme un cerveau (le gut thinking) comporterait d'importantes quantitées de bactéries qui n'auraient pas les mêmes propriétés génétiques, et de ce fait sans doute pas les mêmes comportements, que les autres.

Des chercheurs français de l'université Pierre et Marie Curie ont, à la suite de méthodes complexes que nous ne pouvons pas résumer ici, identifié des séquences dans l'ADN d'une certain nombres de bactéries intestinales qui seraient différentes de celles composant l'ADN des autres bactéries. Par ailleurs, elles résisteraient aux processus de transfert horizontal de gènes par lesquels les bactéries ordinaires échappent aux analyses destinées à identifier des espèces stables.

Selon ces auteurs, les différences seraient si profondes que ces organisme pourraient appartenir à une 4e forme de vie, distincte des 3 formes, eukaryotes, archées et bactéries identifiées depuis déjà plusieurs décennies comme constituant le monde cellulaire terrestre. Ceci reste à prouver de façon plus complète, mais si l'hypothèse était confirmée, elle ouvrirait des horizons tout à fait nouveaux, tant concernant la biologie des organismes actuels qu'aux études relatives à leurs origines et leur dispersion.

S'agirait-il d'une forme apparue dès les origines de la vie et qui n'aurait réussi à survivre qu'au sein de milieux spécifiques, dont aujourd'hui les intestins des mammifères seraient les seuls représentants? S'agit-il au contraire de formes nouvelles, apparues sur le mode darwinien au sein des microbiomes? Et dans ce cas, que pourrait être leur évolution ultérieure? Pourrait on enfin en retrouver desvariants sur d'autres planètes?

Les imaginatifs iront jusqu'à suggérer que ces formes de vie spécifiques se seraient donné des pensées et des paroles collectives, notamment par l'intermédiaire du gut thinking mentionné plus haut. Nous en serions alors les instruments. Peut-être serions nous dans une certaine mesure, sans le savoir, leurs représentants.

Référence

* Highly divergent ancient gene families in metagenomic samples are compatible with additional divisions of life