Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 165
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubrique

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

 

Actualités

Google et le jeu de go.
Jean-Paul Baquiast 28/01/2016

La presse célèbre dorénavant à grand bruit le sucès d'une application de Google, Alphago, dans le jeu de go.
Quitte à passer pour un esprit grincheux, je vous rappellerai que c'est nous qui payons tout cela (éditorial ci-dessous)

* Voir le Monde
* Voir notre éditorial La Taxe Google, il était plus que temps
* WIkipedia. Jeu de go

NB. Pour en revenir à l'IA, un de nos amis nous signale cet exposé intéressant
Natural language understanding http://www.jfsowa.com/talks/nlu.pdf

*

et pour rester dans le sujet de l'IA, nos respects aux mânes de Marvin Minsky, décédé hier à 88 ans. Puisse le Paradis des Intelligences Artificielles lui faire bon accueil.


La pollution au plomb de l'eau potable. Par quoi se payent les économies sur les services publics.
Jean-Paul Baquiast 27/01/2016

Assez curieusement, la grande presse en France ne donne guère d'écho à une affaire de pollution qui secoue dorénavant toute l'Amérique ...et qui sera un élément important en faveur du « socialiste » Bernie Sanders lors des prochaines élections présidentielles américaines.

L'affaire de Flint remonte à 2011. A cette date, le gouverneur du Michigan Rick Snyder a nommé un contrôleur financier pour imposer des économies dans les finances publiques de la ville de Flint. En conséquence de quoi, la municipalité a décidé de puiser son eau dans la rivière locale plutôt que de continuer de l'acheter auprès de Détroit. Or si l'eau de Détroit est à peu près potable, il était clair que l'usine de traitement de Flint ne pouvait donner une eau aux normes locales et fédérales.

Peu de temps après la mise en place de cette mesure, les citoyens de Flint se sont plaint de vomissements, de pertes de cheveux et d'éruptions cutanées. Ceci a été attribué à une bactérie. La ville a publié de nombreux avis demandant à la population de faire bouillir l'eau avant de la consommer.

Les industriels savaient que la cause en était la contamination au plomb d'un réseau archaïque de distribution, pollué par les activités industrielles de la région. General Motors avait très tôt a cessé de l'utiliser dans ses usines, l'eau trop corrosive endommageait les pièces des voitures. Mais pas seulement : elle a également attaqué les parois du vieux système de canalisations de la ville, jusqu'à ce que du plomb s'en échappe.

Le cas fait aujourd'hui tant de bruit que Barack Obama vient de rencontrer Karen Weaver, la maire de Flint. Mais à ce jour rien de conclusif n'a été décidé. Qui paiera les réparations nécessaires?

Or dans le même temps, une deuxième affaire de contamination vient d'éclater dans la ville de Sebring, dans le Midwest. Là encore il apparaît qu'en sont responsables les économies imposées à la municipalité par des autorités locales acquises aux thèses conservatrices, selon lesquelles les services publics sont la cause de la perte de compétitivité de l'Amérique.

La privatisation des réseaux de production et de distribution d'eau potable en France entrainera-t-elle les mêmes résultats. L'entreprise Véolia, principale bénéficiaire, affirme qu'il n'en sera rien. Il est vrai que de tels dysfonctionnement terniraient gravement son image à l'exportation. Mais les villes conserveront-elles longtemps les moyens de contrôler la qualité des eaux, sans s'en remettre nécessairement aux promesses de Veolia? La même question est déjà posée et reste sans réponse concernant la qualité de l'air


Le missile chinois Dong Feng 26 (DF-26)
Jean-Paul Baquiast 23/01/2016

Tous les experts en matière d'armement, parmi lesquels avec notre (légère) outrecuidance nous nous plaçons, ont remarqué que la Chine, assiégée par des dizaines de porte-avions américains et sous-marins modernes, ne peut faire face sur ce terrain

Vu notamment le coût d'un porte-avion, Pékin ne mettra en service cette année qu'une seule unité de ce type. Serait-ce à dire qu'il renoncerait à toute défense de ses côtes face aux armadas américaines? Bien évidemment pas.

La Chine a depuis quelques mois choisi d'utiliser une arme bien plus économique et d'utilisation bien plus facile. Il s'agit de missiles à moyenne portée et/ou ballistique, pouvant être produits et mis en place rapidement par dizaines. L'exemple le plus récent est le missile à combustible solide Dong Feng 26. Il s'agit de la dernière version d'un missile produit par la firme mécanique et automobile Dong Feng, avec laquelle d'ailleurs travaillent différentes entreprises européennes.

Ce missile est capable d'embarquer des ogives nucléaires et conventionnelles, utilisables contre des objectifs terrestres ou maritimes. Il peut être lancé aussi bien depuis des silos terrestres qu'à partir de vecteurs mobiles. Sa portée maximale est de 3.500 km. Le DF-26 est annoncé comme doté d'une vitesse particulièrement élevée de déploiement et de lancement. Il est présenté comme capable d'atteindre des navires de surface et même des sous-marins en plongée périscopique grâce à un système de visée unique dont le fonctionnement reste confidentiel. Un seul de ces missiles pourrait dans de bonnes conditions détruire un navire d'un tonnage de 75.000 t.

La marine américaine serait très inquiète de l'apparition de cette nouvelle arme, contre laquelle pour le moment elle ne peut pas faire grand chose 1). Aussi bien s'efforce-t-elle pour le moment de propager cette inquiétude à tous ses alliés dans le Pacifique. Mais ceux-ci ont certainement compris que la Chine n'utiliserait jamais cette arme ou d'autres analogues en première frappe. Elle ne s'en servirait que pour provoquer des dommages de grande ampleur chez tous ceux ayant décidé de l'attaquer en premier avec des moyens importants.

Le Dong Feng 26 jouera ainsi à moindre frais un rôle de dissuasion analogue à celui que le général de Gaulle avait en son temps confié à la bombe atomique française.


1) Nos « experts » se sont étonné à ce propos que la NSA et la DSA américaines, qui savent tout, ne découvrent de telles armes qu'une fois leur présentation publique. Il en fut de même des missiles présentés comme révolutionnaires utilisés par la marine russe à partir de la Caspienne. Ce silence prolongé pendant des mois répond-il à une exigence politique du lobby militaro-industriel américain. Allez savoir.


Un système pour identifier ou détruire les mini-drones adverses
Jean-Paul Baquiast 22/01/2016

Devant la multiplication des drones de petite taille susceptibles de comporter des types d'investigation ou d'armes mettant en cause la sécurité militaire ou civile, la société aérospatiale italo-britannique Selex a développé un système de défense capable de détecter, identifier, poursuive et éventuellement détruire de petits drones.

Il s'agit du système connu sous le nom de Falcon Shield. Celui-ci utilise des dispositifs mis au point par Selex. Ils comportent des outils d'ingénierie utilisant des senseurs de surveillance électro-optique et électronique, combiné à des radars adaptés à des scénarios spécifiques dans des milieux urbains ou dans des usines et immeubles sensibles. Le système peut aussi identifier les message adressés par des systèmes de contrôle à distance.

Il est proposé sur une plate-forme permettant d'incorporer de nouveaux composants.

Références
*Voir article de Generation Nouvelles technologies
* Voir aussi
Wikipedia Selex ES


Le T.50 russe
Jean-Paul Baquiast 13/01/2016

Selon le concepteur russe Radioelectronic Technologies Concern [KRET] qui fait partie de la Rostech Corporation, le futur avion de combat T.50 dit de 5e génération sera équipé d'un système de défense actif capable entre autres de neutraliser la furtivité d'avions ennemis.

Le Sukhoi PAK FA fighter jet, connu aussi comme T-50, entrera en production en 2016. L'aviation russe sera dotée de 50 exemplaire vers 2020. Il s'agit selon KRET d'une sorte de robot volant dont le pilote humain n'est qu'une composante.

Concernant la furtivité, il utilise des matériaux composites, une avionique avancée et une motorisation qui le rendent équivalent aux américains F22 Raptor et F35 Lightning II.

Son système de navigation est un modèle perfectionné de l'actuel système inertiel BINS-SP2M. Il délivre de façon autonome les informations de navigation et de vol, il détermine automatiquement les paramètres de position et de mouvement en l'absence de données satellitaires. Il s'intégrera évidemment avec GLONASS, le système GPS russe.

Le T50 remplacera les actuels Sukhoi Su-27 et Mig-29, entrés en service respectivement en 1985 et 1983.

A propos du F-35 américain de Lockheed Martin, force est de constater que ses aptitudes au combat restent à démontrer dans des conditions d'engagement réel. Ceci n'empêchera pas Israël, qui fournit de nombreux composants de l'appareil, d'en acquérir un certain nombre d'exemplaires à une date encore indéterminée. Ils devraient rester en service un demi-siècle, si tout va bien. Il est vrai que l'aviation israélienne n'aura pas en principe à affronter des T50 russes, compte tenu du rapprochement en cours avec la Russie. Ses seuls adversaires proviendront éventuellement de l'Iran et du Hezbollah, dont on connait les performances en matière d'aéronautique de 5e génération.


Ubérisation de l'éducation?
Jean-Paul Baquiast 07/01/2016

La start-up Livementor s'attaque au marché du soutien scolaire auquel la France consacrerait 40 millions d' heures par an. Sera-ce une nouvelle forme de télé-enseignement ou à terme une véritable ubérisation du processus, n'importe quelle personne jugée compétente pouvant s'inscrire comme formateur? A voir.


Les scientifiques d'ISIS
Jean-Paul Baquiast 06/01/2016

Selon la chaine britannique Sky News ( http://news.sky.com/video/1617244/inside-is-weapons-lab), le groupe terroriste ISIS aurait mis au point, dans un laboratoire secret en Syrie, près de Raqqua, une batterie thermique capable d'être installée sur des milliers de missiles désaffectés. Celle-ci leurs donneraient de grande capacités en attaque sol-air, en leur permettant de détecter avec une très grande précision la chaleur émise par des avions de ligne et des appareils militaires.

Dans le même temps ce laboratoire annonce avoir mis au point des véhicules à pilotage autonome susceptibles de servir de voiture suicide ne nécessitant pas de conducteurs djihadistes décidés à mourir. Ces diverses réalisations, si elles ne relèvent pas de la propagande de guerre et tiennent les promesses annoncées, seraient capables de changer radicalement le type de lutte menée par le terrorisme islamique. Mais dans ce cas, pourquoi "les grandes puissances" les laissent -elles prospérer en toute tranquillité ? A cause des dommages collatéraux en cas d'intervention?

Il est presque certain que les scientifiques d'ISIS proviennent de laboratoires occidentaux, où ils ont acquis clandestinement les savoirs-faire et les outils. La question devrait mériter une sérieuse réflexion, tant du côté occidental que du côté russe.

* Sur le même sujet, voir aussi
http://www.strategic-culture.org/news/2016/01/06/skynews-inside-is-terror-weapons-lab.html


La Russie dans la course aux cerveaux artificiels
Jean-Paul Baquiast 06/01/2016

Le projet Russia 2045, dit aussi 2045 Initiative ou Projet Avatar, vise à réaliser des 2020 des transplants robotiques et un cerveau artificel vers 2025. Le projet a été lancé en 2011 par le pape des media le russe Dmitry Itskov, qui n'est âgé que de 35 ans. Celui-ci vise à mettre en place un réseau mondial de scientifiques travaillant pour le bien de l'humanité sans distinctions.

Un certain nombre de scientifiques russes ont bénéficié de crédits de recherche provenant de la fortune privée de Dmitry Itskov. Il s'efforce actuellement d'obtenir des contributions de riches donateurs ou de sociétés charitables.

Il nous est très difficile, malgré les informations fournies sur le web (cf par exemple http://www.artificialbrains.com/russia2045) d'apprécier la crédibilité de tels projets.

Un drone piloté par la pensée

Dans le même temps, le site russe Sputnik.fr annonce qu'un robot ou drone quadrirotor commandé par les impulsions cérébrales du pilote serait prochainement disponible en Russie, pour divers usages civils et militaires. C'est la société Neurobotics de la ville de Zélénograd, près de Moscou, qui a développé ce quadrirotor . Les travaux ont été financés par le Fonds russe d'études pour l'avenir (FEA). La société, à notre connaissance, se montre peu loquace sur ce projet.

Il est indéniable cependant que la Russie n'entend pas laisser de monopole aux Etats-Unis et notamment à Google dans ce domaine. Non plus d'ailleurs qu'aux Chinois, également intéressés. Mais les crédits seront-ils au rendez vous en quantité suffisante?


Immigration en Allemagne
Jean-Paul Baquiast 06/01/2016

Il est difficile en Europe d'évoquer les problèmes que pose une immigration venue du Moyen-Orient ou de l'Afrique et généralement de confession musulmane. Le reproche de racisme et d'islamophobie est immédiatement formulé 1). Il faut cependant, comme c'est dé plus en plus le cas en Allemagne, se résoudre à aborder la question.

L'immigration, dans les villes allemandes, dès qu'elle dépasse quelques milliers, voire centaines de personnes, a déjà été signalée comme créant des difficultés insurmontables aux réseaux de santé, incapables de faire face à l'afflux de patients réfugiés ou migrants économiques. L'arrivée de l'hiver n'arrangera rien. Il en sera de même des réseaux éducatifs, dans un pays où les effectifs d'enseignants sont de plus en plus dénoncés comme insuffisants. Dans les deux cas, la France ne pourra pas échapper aux mêmes difficultés.

Mais c'est le sujet des agressions sexuelles provenant de jeunes adultes issus de l'immigration qui commence à poser problème en Allemagne. Il est bien évident que ceux-ci, déjà culturellement incapables sauf exception d'avoir des relations sexuelles égalitaires avec des filles provenant de leurs communautés, sont encore moins capables d'en avoir avec les filles et femmes du pays d'accueil. Ne leur reste que l'agression sexuelle, sous différentes formes (étant entendu que le recours à la prostitution, depuis des siècles considérée en Europe comme un remède à de tels problèmes, leur est interdite faute des revenus nécessaires).

Gare de Cologne

Un événement grave survenu en Allemagne a mis le problème en évidence. Dans la nuit du 31 décembre, près de la gare de Cologne, des dizaines de jeunes femmes ont été sexuellement agressées par de jeunes hommes âgés de 18 à 35 ans, se revendiquant comme venant du Maghreb. Il ne s'agissait pas de viols proprement dits, impossibles vu le nombre des passants, mais d'attouchements, violences verbales et vols de portables qui ont fortement traumatisées les victimes, toutes jeunes ou adolescentes Elles fêtaient par des chants et danses, comme dans le monde entier, la venue du Nouvel-An.

La police, saisie tardivement, s'est bornée à détenir le temps de les interroger huit présumés agresseurs. Le chef de la police a déclaré qu'ils étaient tous demandeurs d'asile et portaient les titres de séjours qui leur avaient été attribués par les autorités. Quant à la maire de la ville, frau Henriette Reker, elle n'a rien trouvé de mieux que d'appeler les jeunes femmes allemandes à plus de retenue, adopter des tenues correctes et se tenir d'elles-mêmes à l'écart des hommes.

Sur les réseaux sociaux, de nombreuses femmes se sont indignées de cette situation dont l'Allemagne, du fait d'une immigration mal contrôlée, se révèlera de plus en plus la victime. Une certaine Emmanuelle a ainsi écrit: 95% der Männer auf der Welt benehmen sich normal, und wegen 5% sollen 100% der Frauen ihr Verhalten anpassen? #Reker #Koeln

L'objectivité oblige à dire que Angela Merkel a très vite appelé la maire de Cologne pour lui exprimer son «indignation face aux attaques répugnantes et aux agressions sexuelles». Mais l'affaire en restera là, en attendant de nouveaux problèmes liés à la cohabitation de sexualités profondément incompatibles au plan culturel.

Les mouvements nationalistes de plus en plus nombreux en Allemagne n'avaient pour leur part pas manqué de s'étonner qu'exprimant ses voeux à la télévision, la Chancelière ait demandé que ceux-ci soient sous-titrés en arabe. Est-ce une bonne façon d'inciter les migrants à apprendre l'allemand, ont-ils demandé. A la suite des agressions du 31 décembre, une humoriste, sur une radio allemande, lui a demandé d'exprimer en arabe « son indignation face aux agressions sexuelles ».

1) Concernant l'islamophobie, Elizabeth Badinter sur le 7/9 de France Inter du 06/01 a fort légitimement rappelé que le droit à l'islamophobie, comme le droit à d'autres types de peur, est une liberté républicaine et laïque que les bien-pensants ne devraient pas être autorisés à remettre en cause. De même le droit à l'athéisme, de plus en plus considéré par ces mêmes bien-pensants comme une insulte inadmissible aux religions. Un intervenant à cette émission a justement signalé que pour la science, l'athéisme constituait un pilier fondamental de la démarche scientifique. La science est en effet incapable, le voudrait-elle, de prouver l'existence de Dieu, quel que soit ce dieu, celui des chrétiens ou celui des musulmans. Or l'athéisme est de plus en plus considéré dans les sociétés musulmanes comme un péché appelant aux châtiments les plus sévères.

Post-scriptum au 08/01

Depuis la date où cette page a été écrite, des révélations concernant l'ampleur et la gravité des faits ont été produites. A Cologne mais aussi dans d'autres villes allemandes, ce sont des centaines de filles qui ont été agressées, quelques unes violées. Quant aux agresseurs majoritairemment jeunes syriens fraichement arrivés, ils étaient en bandes de plusieurs centaines eux aussi. C'est dorénavant l'Allemagne toute entière qui se trouve confrontée à un choc de civilisation. Ceci ne donne que plus d'actualité à notre propos.