Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 165
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubrique

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

 

 

Sciences politiques. La Tribu Internet
Luc Brunet 14/01/2016

Luc Brunet fait parti de notre comité de rédaction. Il est consultant à Moscou. Cet article date de quelques mois mais il conserve toute son actualité
A.I.

Un des phénomènes les plus marquants de l’ère Internet est certainement de succès des réseaux sociaux, avec bien sur Facebook, mais aussi tous les services permettant de retrouver et "reconnecter" des anciens amis de travail, de lycée ou d’école, comme par exemple Copains d'Avant en France ou Odnoklassniki en Russie. Un tel succès doit a mon avis être analysé en prenant en compte l’évolution des modes de vie depuis le fond des ages.

En effet, ce phénomène peut a première vue paraître bien étrange, et l'on peut se demander a quoi peut bien servir de correspondre avec ou rencontrer des amis d'enfance que l’on n’a pas vus depuis 20 ou 30 ans. Qu'est ce que cela apporte? Avons nous besoin de plus d'amis? Qu'avons nous encore de commun avec eux, a part quelques souvenirs lointain? Toute analyse sèchement cartésienne donnera la même réponse: non, nous n'avons que faire de ces amis poussiéreux et la conversation s’arrêtera après 10 ou 20 minutes!

Cependant, des millions de gens passent du temps a retrouver ces amis du passé, et même parfois de l'argent. Pourquoi?

Comme pour beaucoup d'aspects de la vie de l'homme d'aujourd'hui, il faut rechercher dans notre passé pour mieux comprendre ce que l'on voit maintenant. En particulier, la structure sociale et familiale de nos ancêtres peut expliquer des pans entiers de notre structure sociale actuelle. Or la structure communautaire primitive - la tribu ou le village primitif, encore existant dans les pays les moins "développés", a été pendant des siècles le groupe social de base pour la grande majorité de nos ancêtres, sous sa forme nomade ou sédentaire. Dans le cas de l'Europe, cette structure était majoritaire jusqu'aux grandes migrations vers les villes due a l'industrialisation progressive de nos pays, la Grande Bretagne montrant le chemin.

La vie dans les tribus (villages) avait des caractéristiques qui sont très certainement restées dans notre "mémoire sociale". Notamment, le cadre de vie était extrêmement stable et pratiquement tous les membres de la tribu y vivaient toute leur vie, les individus quittant leur village de par eux mêmes restant des cas isoles. Chacun vivait toute sa vie entouré des mêmes personnes, famille et voisins, amis et ennemis. Tous étaient lies émotionnellement, et savaient beaucoup de choses de la vie des autres. Chacun voyait les autres vieillir et mourir, même si le processus était souvent accéléré par les fréquentes guerres et épidémies. Cette structure et ces liens interpersonnels stables furent brisés par l'exode rural et la vie dans les grandes villes.

Les exilés des grandes villes commencèrent a vivre selon un mode tout autre, ou la stabilité peu a peu disparut. Les familles devinrent moins liées a leur domicile, pouvaient déménager, voire changer de ville selon la disponibilité du travail. Ces changements eurent lieu bien sur petit a petit, et l'emploi industriel "a vie" du 19eme siècle permettait encore de conserver un semblant de "tribu", mais les évolutions du 20eme siecle ont fini le travail. L’environnement social des individus devint très instable, et même si le nombre de relations ou rencontres augmentèrent, les relations devinrent très superficielles et souvent éphémères. Un changement de travail ou un déménagement, et le microcosme relationnel pouvait changer complètement, les liens avec les anciens collègues ou voisins ayant de fortes chances de complètement disparaître. A l’intérieur de la famille, les mêmes tendances se développèrent, les enfants allant souvent vivre dans une autre ville que les parents.

Il a été beaucoup écrit et filmé sur le stress apporté par ces changement de vie, et l'anonymat de la vie dans les grandes villes. Je pense que le succès des réseaux sociaux est largement du a cette situation - par ces réseaux sociaux, les individus reconstruisent une trame de relations ressemblant a la tribu de leurs ancêtres, ou les amis d'enfance sont toujours la au moment de la vieillesse. La tribu internet!

Cette nouvelle forme de tribu est bien sur différente de l'ancienne, plus dynamique et permettant d'ajouter des membres ou d'exclure certains. Mais c'est bien grâce a ces réseaux que beaucoup ont retrouvé d'anciennes relation d’école, de lycée, de faculté ou des anciens collègues.

Mais bien sur il est encore trop tôt pour réellement comprendre l'impact de cette tribu en-ligne. Le plus intéressant sera de voir comment nos enfants vont la vivre, eux qui utilisent Internet depuis leur enfance. Il est probable, et je le vois avec mes propres enfants, que leur tribu virtuelle restera un élément important de leur cadre relationnel. Leur cercle résiste aux déménagements et ils rencontrent pendant l’été des amis d’école ayant quitté notre ville depuis plusieurs années. Pour eux, la tribu Internet est une banale réalité!