Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 166
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubrique

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

 


Editorial 1.
Le futurisme et les luttes politiques actuelles
Jean-Paul Baquiast, Christophe Jacquemin 01/02/2016

Le site Seriouswonder.com et la World Future Society sont de plus en plus consultés par tous ceux qui s'efforcent de discerner les innovations technologiques et leur influence sur l'évolution globale de nos sociétés et de celles des humains qui les composent. L'un de ses porte-paroles aujourd'hui est le (jeune mais talentueux) futuriste Gray Scott, qui a pris le relais de Ray Kurzweil 1)

Il est évidemment indispensable de se tenir informé de l'émergence des nouvelles sciences et technologies dont des personnalités comme Gray Scott se présentent comme des représentants très informées. Ceci notamment en France où, pour des raisons tenant à une ignorance historique de telles questions, aggravée par la nécessité de pratiquer couramment un anglais technique, les débats politiques risquent de passer à côté d'un certain nombre de développements susceptibles d'influencer considérablement l'avenir des prochaines décennies.

Mais bien entendu, il ne faut pas se limiter à des scénarios très optimistes, s'appuyant sur leur capacité à résoudre un certain nombre des problèmes auxquels se heurte aujourd'hui l'humanité. Dans notre étude de septembre 2015, Quelle France pour 2045? , nous avions préconisé de ne pas se laisser abuser par les promesses de ce que nous avions nommé un scénario rose. Des prévisions se voulant sérieuses, à l'intention non seulement de la France, mais du monde dans son ensemble, doivent absolument prendre en compte un scénario noir – sans mentionner différents scénarios intermédiaires.

Ce scénario noir pourra découler d'abord du mauvais usage fait des innovations technologiques par les multiples forces qui se disputent le contrôle sur le monde dans le but d'en tirer un pouvoir immédiat ou futur. Parmi ces forces, l'on mentionne à juste titre la petite minorité des super-riches et super-puissants qui contrôlent les quelques 95% de l'humanité. Ils s'appuient pour ce faire sur ce que l'on nomme dorénavant le Système, conjuguant le pouvoir financier et le pouvoir médiatique. Pourquoi les représentants de ce Système renonceraient-ils à mettre au service de leur lutte jamais terminée pour un pourvoir de plus en plus grand la plupart des innovations décrites par les sites et auteurs futuristes.

Les fanatismes religieux

Mais face à eux – parfois en alliance avec eux – se trouvent ceux qu'il faut désormais prendre en compte, notamment dans une France pénétrée par une philosophie politique imprégnée de laïcité. L'humanité se compose de milliards d'humains vivant encore aujourd'hui dans des sociétés dirigées par les hiérarchies religieuses en lutte les unes avec les autres pour la possession des esprits et l'appropriation des richesses terrestres en découlant.

C'est de plus en plus avec l'extension du djihad le terrorisme islamiste qu'il faut prendre en compte. Mais sous des formes plus bénignes, d'autres guerres de religion sont ou seront à considérer. Or pour les combattants de telles guerres, les armes traditionnelles utilisées très largement encore dans les conflits actuels ne suffiront pas.

Ils se saisiront de toutes celles proposées par les nouvelles technologies, dès qu'ils pourront s'en donner la maîtrise. On le voit déjà avec l'usage intensif fait des réseaux numériques par les mouvements djihadistes cherchent à se répandre dans des populations certes imprégnées de religiosité mais restant encore dans l'ensemble pacifiques.

Dans notre scénario noir, il faut aussi prendre en compte le fait que la course opposant les nouvelles sciences et les « progrès » en découlant aux pesanteurs héritées du passé et pesant sur l'espèce humaine ne soit pas encore gagnée par les premières. Parmi ces pesanteurs, dont certaines se révéleront peut-être génératrices de catastrophes, figurent en premier lieu l'accroissement encore incontrôlable de la population, notamment dans les parties du monde déjà les plus vulnérables.

Quel sens aurait l'accès de quelques centaines de milliers d'humains à l'augmentation considérable de la longévité évoquée par les post-humanistes, pour 4 milliards d'africains et autant d'asiatiques prévus par les démographes d'ici la fin du siècle. Il serait par exemple illusoire de croire que dans des villes déjà surpeuplées, le développement de l' « agriculture verticale » pourra répondre à leurs besoins de subsistance.

Plus généralement, il faut prendre en compte les limites des ressources de la planète, face à la généralisation de technologies certes prometteuses mais grandes consommatrices de produits rares ou même simplement de matières premières élémentaires. C'est ainsi par exemple que la mise en place d'aéro ou hydro-générateurs en nombre et aux performance suffisantes pour remplacer les énergies fossiles, charbon, pétrole et gaz dont les scientifiques dénoncent les effets destructeurs, paraît dans l'immédiat hors de la portée des industries minières et industrielles nécessaires. Quant à la fusion nucléaire généralisée, elle se sera pas une réalité avant la fin du siècle.

Les affrontements politiques

Que conclure de ces considérations pessimistes? Non pas évidemment qu'il faudrait, sauf cas particuliers, s'interdire le développement des nouvelles sciences et technologies, mais qu'il ne faudrait pas en attendre de miracles. De plus, il ne faudrait pas oublier les combats politiques que les 95% de dominés doivent continuer à mener contre les 5% d'hyper-possédants et hyper-exploiteurs. De tels combats pourront-ils avoir un jour un effet dans l'équilibre des pouvoirs?

A cet égard, le suivi des élections présidentielles américaines pourra fournir quelques indications. Les deux candidats se disant anti-Système recueilleront-ils un succès non seulement immédiat mais durable, avant d'être récupérés par le Système? Le succès de Bernie Sanders, qui se dit socialiste démocratique, serait certainement le plus significatif. Mais le succès de Donald Trump, présenté par l'establishment comme un irresponsable, en dirait long cependant sur la lassitude actuelle de l'Amérique profonde. Or les promesses du transhumanisme laissent manifestement froide cette Amérique-là.

1) Gray Scott is a futurist philosopher, speaker, and artist. Gray is a professional member of The World Futurist Society and editorial director of SERIOUS Wonder.com the well-known online futurist philosophy and consciousness journal produced by his media company SERIOUS WONDER MEDIA ™ based in NYC.
Gray is quickly becoming widely recognized as one of the most exciting and controversial enlightenists of our time, speaking and writing on a variety of subjects, including: Underground and fringe future trends, human enhancement economy, future technologies, psychonautic consciousness, the post human paradigm, organic transhumanism, extraterrestrial and multidimensional intelligence, the simulation theory, and the inevitable singularity.

Voir la traduction de l'un de ses articles, proposée par Lesakerfrancophone


Retour au sommaire