Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 171
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubrique

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

 

Technologies et société. La CIA derrière Pokemon Go
Jean-Paul Baquiast 29/07/2016


Nous reprenons ici l'analyse publié par le site Sputnik concernant la façon dont la CIA, la NSA et autres centrales d'espionnage américaines ont financé la création du nouveau jeu interactif Pokémon Go pour en faire un outil d'intrusion dans les foyers, les entreprises et les administrations, là où des joueurs individuels s'en servent à titre récréatif, y compris dans leurs horaires de travail. Inutile d'ajouter que les cyber-criminels auront aussi accès aux données collectées par le jeu et ne manqueront pas de s'en servir

Il s'agit d'un nouvel instrument particulièrement puissant, s'appuyant sur le concept de société connectée, qui complète les innombrables méthodes déjà répandues par les Grands de l'internet américain pour mettre le monde en observation et induire des comportements favorables au développement de leurs intérêts commerciaux et politiques. Comme nous l'avons plusieurs fois souligné, ces « Grands de l'internet » travaillent constamment en liaison avec les différentes agences de renseignement au service du Pentagone et du Département d'Etat. Elles alimentent aussi en données les innombrables organismes travaillant, parfois d'ailleurs à l'insu (relatif) du gouvernement fédéral, pour développer l'emprise sur le monde de ce que l'on nomme pour simplifier le lobby militaro-industriel américain.

Mais Pokémon Go représente, comme le montre l'article de Sputnik, un nouveau pas considérable pour conditionner entièrement les comportements des simples citoyens. Ce conditionnement ne fera que se renforcer, car la filière Pokémon pourra se complexifier à l'infini, au grand ravissement des utilisateurs naïfs. D'autres processus seront par ailleurs proposés, encore plus subtils et encore plus dangereux.

Le lecteur de l'article de Sputnik fera certainement valoir que les méthodes d'espionnage russes sont aussi très développées, ce même Sputnik en étant d'ailleurs un des outils. Mais l'argument ne sera recevable que lorsque l'on constatera, notamment dans nos sociétés, l'envahissement d'analogues de Pokémon Go conçus et utilisés par les services de renseignement russes.

Pour en revenir à Pokémon Go, les gouvernants européens qui (s'il s'en trouve) voudraient lutter contre l'espionnage tous azimuts résultant de l'invasion de la société par de tels outils seront tout aussi impuissants qu'ils le sont pour éviter l'espionnage par les Google et Facebook. Plus que jamais les européens, à tous niveaux, seront colonisés par l'Empire américain. L'élection à la Maison Blanche d'un Donald Trump n'y changera rien.

Automates Intelligents

Référence
https://fr.sputniknews.com/international/201607281027060121-pokemon-go-cia
https://fr.sputniknews.com/international/201607281027060121-pokemon-go-cia/

On pourra lire les articles associés à celui-ci publiés par le même Sputnik


Alors que Pokémon Go donne le tournis à la planète entière, les joueurs ont-ils jamais pensé que le jeu pouvait s'avérer dangereux? Sputnik a fait une recherche sur l'affaire.

Voici quelques faits curieux sur le jeu Pokémon Go — et ce ne sont pas des ruses afin d'augmenter son niveau de jeu mais des détails sur le fonctionnement du projet. Détails qui peut-être réduiront à néant votre envie de vous lancer à la poursuite des Pokémon, ou de jouer en général.

Le projet Pokémon Go a été créé conjointement par The Pokémon Company, Nintendo et Niantic, ancienne filiale de Google. Niantic a été fondé par John Hanke, également fondateur de la compagnie Keyhole, Inc. spécialisée dans la création de cartes géospatiales. La compagnie a été financée par In-Q-Tel, un fonds américain de capital-investissement mis en place par la CIA en 1999.

A l'époque, plusieurs tâches ont été accomplies:
— la cartographie de la planète régulièrement mise à jour, y compris les autoroutes et tous les grands objets de l'infrastructure urbaine en général,
— des robots-véhicules ont mis leurs nez dans tous les coins du monde et ont cartographié des villes entières, des rues…

Un seul problème demeurait: comment pénétrer les maisons des citoyens, les sous-sols, les casernes et ainsi de suite? Et voilà que Niantic lance un jeu génial et viral basé sur le principe de la réalité augmentée. Une fois qu'il l'a installé et qu'il a lui autorisé l'accès à sa caméra, son microphone, son gyroscope, son GPS et tous ses appareils connectés, le smartphone de l'utilisateur se met à vibrer et signale que plusieurs Pokémon se trouvent à proximité.

Que se passe-t-il ensuite? L'application vous félicite pour votre premier succès parce qu'elle sait comment il est important pour le joueur d'être encouragé. Puis, elle requiert que vous filmiez vos premiers Pokémon captés de tous les angles — et obtient donc les photos de votre appartement en détail, y compris les coordonnées et l'angle d'inclinaison du smartphone.

Félicitations! Il semble que vous venez de filmer votre appartement, les services secrets vous seront certainement reconnaissants…

A propos, les règles d'utilisation qu'il faut accepter pour installer le jeu recèlent d'informations intéressantes. Ainsi, Niantic vous informe en ces termes officiels:

"Nous coopérons avec le gouvernement, les autorités compétentes ou des parties privées pour appliquer et respecter la loi. Nous pouvons divulguer toute information vous concernant (ou votre enfant autorisé) en notre possession ou sous notre contrôle au gouvernement, aux autorités compétentes ou aux parties privées dans le cas où, à notre seule discrétion, nous le penserions nécessaire ou approprié".

Les développeurs précisent à quelles fins ils peuvent le faire: "(a) pour répondre aux réclamations et à toute procédure juridique (y compris des citations à comparaître); (b) pour protéger notre propriété, nos droits et notre sécurité et la propriété, les droits, et la sécurité d'un tiers ou du public en général; et (c) pour identifier et arrêter toute activité que nous considérerions illégale, contraire à l'éthique, ou passible d'actions en justice".

Mais qui lit les règles de l'utilisation? On appuie sur "J'accepte" et on se dépêche de lancer le jeu.

Pourtant, les règles s'avèrent être une lecture bien excitante. Elles signalent par exemple que les serveurs de Pokémon Go enregistrent automatiquement certaines informations sur la façon dont une personne utilise ses services et s'en sert pour administrer ces services et analyser (petit détail: ils peuvent recourir à des tiers pour effectuer cette analyse).

Et plus encore

"Les informations que nous collectons auprès de nos utilisateurs, y compris les données à caractère personnel, sont considérées comme un actif de l'entreprise".

Voilà ce que vous acceptez en effet en installant l'appli.
Pokémon GO

"Si nous étions rachetés par un tiers à la suite d'une transaction telle qu'une fusion, une acquisition ou une vente d'entreprise, ou si nos actifs étaient rachetés par un tiers pour cause de faillite ou de cessation de commerce, une partie ou la totalité de nos actifs, y compris vos données à caractère personnel (ou celles de votre enfant autorisé), pourraient être divulguées ou transférées à un tiers acquéreur dans le cadre de la transaction", poursuivent les règles.

Imaginez-vous cela: le renseignement veut savoir ce qui se passe actuellement, par exemple… au Palais de l'Elysée. Et une minute plus tard les députés, les journalistes, les employés qui s'y trouvent sont tous rivés sur leurs portables qui leur signalent qu'un certain nombre de Pokémon sont dans la place…

Vous imaginez la suite.

Notes

1) Wikipedia Pokémon Go
A lire avec circonspection
2) Article du Newscientist (accès payant) Help my yard is a Pokéstop