Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 174
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubrique

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

 

Article. L'information est-elle la clef de tous les mystères cosmologiques ?
Jean-Paul Baquiast 02/10/2016

Le Newscientist est un peu notre bible, comme nos lecteurs ont du le constater. Ou pour relativiser, l'une de nos bibles, les autres étant d'ailleurs difficiles à énumérer. Or il vient de publier dans le numéro du 24 septembre 2016, p.34, un excellent dossier intitulé (nous traduisons) La Nature de la Réalité. Les six principes qui gouvernent l'univers ...et les six grands problèmes que nous ne réussissons pas à résoudre. Il présente aussi six hypothèses pouvant apporter des réponses à ces problèmes mais qui de l'avis général ne sont pas encore vérifiables expérimentalement. Ainsi la supersymétrie, la théorie des cordes et le multivers. On peut s'en procurer un résumé sous la forme d'un poster à l'adresse https://www.newscientist.com/article/2106174-reality-guide-a-poster-of-how-everything-fits-together/

Nous avons souvent ici présenté et discuté au fil des années ces principes, ces problèmes et les solutions possibles. Récemment, par exemple, nous avons publié un texte donnant la parole à Thomas Buchert, cosmologistes français, intitulé L'effet des inhomogénéités sur l'univers global, où il présente ses hypothèses proposant d'autres causes possibles à deux des problèmes « que nous ne réussissons pas à résoudre » , la matière noire et l'énergie noire.

Or le point sur lequel nous aimerions attirer ici l'attention est l'importance attribuée, parmi les solutions possibles, à l' « information ». Celle-ci serait présente dans tout l'univers. Elle pourrait expliquer une partie des difficultés énumérées, ainsi que d'autres, par exemple la conscience. Il faudrait, suggère les rédacteurs de l'article, regarder la réalité avec des lunettes teintées par l'information (information tainted spectacles) pour faire apparaître des solutions aux problèmes évoqués. Elles noussembleraient évidentes après coup, mais elles nous auraient jusqu'ici échappé.

Ayant nous mêmes relaté les travaux et les expériences relatives à l'information, sous ses différentes formes, nous n'y avons pas trouvé la moindre piste permettant de comprendre les mystères non encore résolus de l'univers. Même le concept de bit quantique, le plus prometteur en ce domaine, ne fournit pas d'explications de fond aux difficultés de la physique quantique, par exemple la superposition et l'intrication. Il est toujours possible d'évoquer le phénomène tel qu'il nous apparaît, mais sa nature liée à l'univers profond nous échappe toujours.

A plus forte raison est-ce le cas concernant l'information qui est constamment analysée dans les systèmes macroscopiques, depuis le fonctionnement du cerveau jusqu'à celle qui est au coeur de tous les réseaux d'ordinateurs et autres machines à traiter l'information. En quoi l'information traitée par un ordinateur permet-elle de comprendre la nature informationnelle ou non des questions traitées. Tout au plus permet-elle de manipuler commodément ces questions.

Lorsque l'on veut approfondir les six grands problèmes que nous ne réussissons pas à résoudre, pour reprendre les termes du NewScientist, on a l'impression que le concept d'information est aujourd'hui appelé au secours comme celui de la main de Dieu l'était en d'autres temps. Il peut expliquer tout sans rien expliquer. Ceci d'autant plus que, jusqu'à ce jour tout au moins, l'information ne peut pas être envisagée en soi. Elle est toujours associée à des systèmes ou supports d'information variés, depuis les mémoires d'ordinateurs jusqu'aux neurones cérébraux. Comment peut-on prétendre retrouver de tels supports, et sous quelles formes, dans les systèmes quantiques et plus encore dans les structures cosmologiques.

De plus l'information n'a pas de signification absolue. Elle ne prend de sens qu'au travers des organes physiques ou biologiques la générant et s'en servant. Existerait-il, dans l'univers ou dans les multivers, un immense cerveau extérieur à ces univers capable de la générer et de l'utiliser? Là encore, on se retrouve très proche des explications métaphysiques et religieuses.

Nous avons précédemment ici présenté une hypothèse selon laquelle notre cerveau, qui a formalisé le concept d'information et qui très vraisemblablement s'en sert en permanence, ne peut pas sortir de lui-même afin de s'en donner une vision en soi. Il lui manquera toujours les observations, les instruments et des capacités cérébrales supérieures nécessaires . Peut-être ceci lui sera-t-il définitivement impossible.

C'est d'ailleurs un des enseignements de la physique quantique résumé par le principe de conceptualisation relativisée dont la physicienne Mioara Mugur Schächter avait donné une excellente interprétation il y a quelques années. Il n'y a pas de réel en soi, mais relatif à la conjonction d'observations, d'instruments et de cerveaux. Où ceux-ci se trouveraient-ils dans le cosmos profond, antérieur à l'univers tel que nous le connaissons ?


Retour au sommaire