Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 175
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubrique

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

 

Article. Mind wandering
Jean-Paul Baquiast 13/11/2016

Le concept de « mind wandering » peut être traduit en français par celui d' « état mental dans lequel l'esprit passe spontanément d'une pensée à une autre ». On peut aussi parler de processus spontané de pensée . Lorsque l'on insiste sur le rôle de l'attention pour focaliser la pensée sur un sujet donné, afin de permettre par exemple la résolution d'un problème, ce processus est considéré comme un handicap à réprimer. Ainsi un éducateur dit-il à un enfant confronté à un problème: « ne rêve pas, concentre toi ».

Mais dans une approche plus positive, on peut faire de cet état mental une des sources de la pensée créative. Dans celle-ci, particulièrement recherchée par les scientifiques, l'idée neuve ne peut pas provenir de la contemplation de faits ou pensées déjà connus. Les innovateurs cherchent au contraire à laisser leur esprit errer autour de la question, en espérant qu'une solution originale s'impose spontanément. Certains disent même que ceci se produit pendant leur sommeil, et qu'ils se réveillent avec la solution en tête, sans comprendre exactement comment elle leur est apparue.

Les rêves se produisant chez chacun pendant le sommeil, y compris chez les animaux, découlent d'un processus analogue. Le rêveur n'y contrôle pas sa pensée. Dans la mesure où il se souvient de ses rêves, il constate que ceux-ci ont consisté en une suite d'images ou idées se succédant à de brefs intervalles, et sans liens logiques nécessaires. Pour les psychanalystes, le lien entre ces états tient au fait qu'ils répondent à une pulsion profonde inconsciente et durable. Mais ceci n'explique pas la diversité des images ou pensées se succédant rapidement dans l'esprit du rêveur.

Pour Kalina Christoff, Ph.D. professeure de psychologie à l'université de Colombie britannique, Canada, l'esprit (ou si l'on préfère le cerveau) fonctionne habituellement sur un mode dit spontané. On peut aussi dire qu'alors il opère « par défaut ». Il y échappe aussi bien aux contraintes automatiques réflexes qu'à celles de la recherche délibérée d'un certain objectif. Ce mode spontané est indispensable non seulement au rêve, mais à la pensée créatrice. Il intéresse de larges aires cérébrales, mises en évidence par l'étude.

Les chercheurs ont montré que certains troubles mentaux, notamment l'anxiété et la dépression, résultent du fait que ceux-ci empêchent le fonctionnement du cerveau sur le mode spontané. Ce sont des contraintes, aussi bien inconscientes que délibérées, qui obligent l'esprit à se focaliser sur ce que l'on appelait jadis des idées fixes. Pour essayer de porter remède à ces troubles, il est important de comprendre de quelle façon les cerveaux des patients peuvent dans certains cas refuser le mode créatif et se laisser dominer par le mode contraint. Pour cela, les chercheurs ont procédé à des analyses par REM (rayonnement électro-magnétiques) de cerveaux de sujets en état soit de sommeil profond (dit aussi REM, rapid eyes mouvements) ou de rêverie, soit de pensée créative. Ils les ont comparé aux zones correspondantes du cerveau de patients anxieux ou déprimés (voir image)

Ces analyses n'ont pas dans l'immédiat de conséquences en matière de thérapie mentale. Cependant elles ouvrent une voie, notamment aux psychologues, permettant de mieux comprendre les états présentant un caractère pathologique , en les rapprochant d'états normaux du cerveau.

En tous cas, les esprits rêveurs devraient être encouragés par cette étude. Encore faudrait-il qu'ils produisent quelque chose de consistant de temps à autre.

Ajoutons pour notre part que les animaux, tels le chat, sont, en rêve comme éveillés, principalement soumis au mode de fonctionnement spontané du cerveau. Ils n'arrivent pas à en tirer des idées fixes à partir desquelles, par exemple, se construirait un langage analogue au nôtre.

.

(Top) Brain regions more active during REM sleep vs. during waking rest. (Bottom) Brain regions more active during creative-idea generation vs. during creative-idea valuation (credit: Kalina Christoff et al./Nature Reviews Neuroscience)

Abstract

Most research on mind-wandering has characterized it as a mental state with contents that are task unrelated or stimulus independent. However, the dynamics of mind-wandering — how mental states change over time — have remained largely neglected. Here, we introduce a dynamic framework for understanding mind-wandering and its relationship to the recruitment of large-scale brain networks. We propose that mind-wandering is best understood as a member of a family of spontaneous-thought phenomena that also includes creative thought and dreaming. This dynamic framework can shed new light on mental disorders that are marked by alterations in spontaneous thought, including depression, anxiety and attention deficit hyperactivity disorder.

Référence

* Mind-wandering as spontaneous thought: a dynamic framework.
Nature Reviews Neuroscience, 2016; 17 (11): 718 DOI: 10.1038/nrn.2016.113
http://www.nature.com/nrn/journal/v17/n11/full/nrn.2016.113.html

* Sur le sommeil des chats
http://wamiz.com/chats/conseil/5-choses-a-savoir-sur-le-sommeil-des-chats-3059.html