Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 176
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubrique

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

 

Article
La mémoire épisodique chez le chien
Jean-Paul Baquiast 19/12/2016

Ce type de mémoire se distingue de la mémoire à long terme, dite aussi sémantique, présente chez tous les animaux. Jusqu'à présent, la mémoire épisodique n'avait été observée clairement que chez l'homme, où elle est considérée comme indispensable au processus de conscience immédiate. La conservation des perceptions immédiates le temps nécessaire pour que je les relie les uns aux autres, afin de les rapprocher de mon état présent, est le premier pas me permettant de me situer en tant qu'individu dans les évènements du monde. Ceci même si ces évènements n'ont a priori que peu d'importance pour moi

Une recherche que vient de publier un groupe de chercheurs hongrois a établi que les chiens pouvaient retenir et se remémorer les évènements récents. Pour Claudia Fugazza, l’une des auteurs de l’étude, la principale conclusion de cette expérience est que les chiens utilisent la mémoire épisodique afin de se souvenir d'événements perçus même n'ayant que peu d’importance pour eux.

Dans le cadre de l’expérience, l’équipe a étudié comment 17 chiens de races différentes apprenaient à copier le comportement de leur maître. Durant la première étape de l'étude, les chiens se retrouvaient devant six objets différents et devaient observer leur maître réaliser des actions qu’ils n’avaient jamais vues auparavant avec trois de ces objets. Par exemple, monter sur une chaise ou toucher un parapluie. Puis, sur la commande « Fais-le ! », les chiens devaient reproduire ce qu’ils avaient vu.

Lors de la deuxième étape, les chiens étaient entraînés à se coucher après avoir vu leur maître interagir avec l’un des six objets. Le maître effectuait ensuite une action inédite avec l’un des trois objets utilisés lors de la première étape. En guise de réponse, les chiens se mettaient à se coucher d’eux-mêmes, attendant une commande qui leur inviterait à le faire. C’est à ce moment qu’ils recevaient, de manière tout inattendue, la commande « Fais-le ! » Le test a été réalisé à deux reprises avec chaque chien, en utilisant différentes actions, une fois avec un délai d’une minute, puis avec un délai d’une heure. Les résultats de l’étude démontrent que les chiens sont capables d’exécuter un ordre, même lorsqu’ils ne l’attendent pas.

Ainsi, 94,% des chiens ont reproduit les actions de leur maître lorsqu’ils les attendaient, 59 % ont pu le faire une minute après une commande inattendue et 35% à l’intérieur d’un délai d’une heure. Les auteurs de l’expérience observent que la possibilité de reproduire des commandes inattendues après un certain temps démontre que les chiens peuvent se rappeler d’évènements n’ayant pas nécessairement d’importance pour eux. Ce qui permet de supposer qu'ils s’appuient sur une sorte de mémoire épisodique. Les contenus de celle-ci disparaissent après un temps relativement court.

Des expériences analogues ne donnent pas de résultats avec d'autres animaux domestiques, comme le savent bien par exemple les propriétaires de chats. On peut supposer que cette capacité mémorielle a été acquise dans le cadre de la sélection darwinienne par certains loups et leurs successeurs les chiens résultant de leur longue intimité avec l'homme

Commentaires

Un certain nombre de réserves ou de critiques ont été formulées concernant la méthode suivie par les chercheurs hongrois ou les interprétations de ses résultats. Nous ne sommes pas a priori en état de les juger, mais elles ne semblent pas remettre en cause la validité de l'étude. Par contre, celle-ci appellera nécessairement une extension du champ des expériences. On peut noter les questions suivantes:

- Il conviendrait de mener des expériences analogues concernant d'autres animaux en relation étroite avec des humains, par exemple des primates ou même des chevaux. De même, il conviendrait de vérifier que tous les chats, comme nous l'indiquions plus haut, ne présentent pas de phénomène de de mémoire épisodique, dans le cadre des possibilités et moeurs de cette espèce.

- Peut-on être certain que, dans ce que l'on considère comme des manifestations de la mémoire épisodique des chiens, ne joue pas une sorte d'intuition développée par l'animal au contact de son maître, lui permettant d'interpréter immédiatement les réactions de celui-ci, notamment lorsque le maitre ressent une satisfaction ou une déception au vu des réactions de l'animal.

- Dans un autre domaine, comment démontrer que la mémoire épisodique des chiens découle aujourd'hui d'un caractère acquis de leur cerveau, comme si nous l'avons bien compris le font les auteurs de l'étude. Par quoi au plan neuronal se manifesterait cette propriété, et comment la distinguer des centaines d'autres traitement de l'information sensori-motrices dont ce cerveau se révèle capable par ailleurs?

- Enfin, est-il imaginable qu'en quelques milliers d'années les cerveaux des chiens aient pu acquérir les modifications nécessairement génétiques et héréditaires permettant la manifestation de leur mémoire épisodique, alors que beaucoup plus de temps semble généralement indispensable pour qu'un cerveau se restructure en profondeur dans son organisation neuronale?

Note
Mémoire épisodique Wikipedia

Abstract

The existence of episodic memory in non-human animals is a debated topic that has been investigated using different methodologies that reflect diverse theoretical approaches to its definition. A fundamental feature of episodic memory is recalling after incidental encoding, which can be assessed if the recall test is unexpected [ 1 ]. We used a modified version of the “Do as I Do” method [ 2 ], relying on dogs’ ability to imitate human actions, to test whether dogs can rely on episodic memory when recalling others’ actions from the past. Dogs were first trained to imitate human actions on command. Next, they were trained to perform a simple training exercise (lying down), irrespective of the previously demonstrated action. This way, we substituted their expectation to be required to imitate with the expectation to be required to lie down. We then tested whether dogs recalled the demonstrated actions by unexpectedly giving them the command to imitate, instead of lying down. Dogs were tested with a short (1 min) and a long (1 hr) retention interval. They were able to recall the demonstrated actions after both intervals; however, their performance declined more with time compared to conditions in which imitation was expected. These findings show that dogs recall past events as complex as human actions even if they do not expect the memory test, providing evidence for episodic-like memory. Dogs offer an ideal model to study episodic memory in non-human species, and this methodological approach allows investigating memory of complex, context-rich events.

Référence

http://www.cell.com/current-biology/fulltext/S0960-9822(16)31142-3

Pour plus de détail, voir
Video chien parapluie
http://m.science-et-vie.com/article/les-chiens-demontrent-une-incroyable-capacite-a-se-souvenir-7287
ou bien
http://www.sciencesetavenir.fr/animaux/chiens/les-chiens-se-souviennent-des-gestes-de-leur-maitre-meme-apres-plusieurs-heures_108368

Retour au sommaire