Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 177
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubrique

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

 

Article. Un refroidissement climatique brutal serait bien responsable de la disparition des dinosaures.
Jean-Paul Baquiast 17/01/2017

L'extinction presque totale des dinosaures aux alentours de 66 millions d'années a fait l'objet , depuis qu'elle a été admise par les paléobiologistes, de nombreuse hypothèses. On admet généralement que ce fut la chute d'un astéroïde très important au Mexique, ayant causé le cratère dit Chicxulub, qui fut la cause de cette disparition. Mais il n'était pas imaginable que tous les dinosaures terrestres aient été simultanément victimes de cette chute. Il fallait imaginer des relais.

On pensait que cette chute avait provoqué des changements de températures mortels pour les dinosaures, du fait par exemple des poussières projetées en haute atmosphère.Cette hypothèse des poussières fut rejetées, car leur durée de vie n'aurait pas été suffisante.

Aujourd'hui des chercheurs du Potsdam Institute for Climate Impact Research (PIK) ont réalisé des simulations informatiques utilisant un modèle de climat associant les modifications de l'atmosphère, de l'océan et de la glace de mer. Ils en ont conclu que les gaz sulfureux produits par l'impact furent les principales causes du phénomène, en arrêtant durablement les rayons solaires. Les gouttelettes d'au sulfureuses en résultant peuvent avoir une longue durée de vie.

En conséquence, très rapidement, les températures tropicales passèrent de 27 à 5 degrés Celsius. Pendant 3 ans environ, les températures moyennes affectant les terres où vivaient les dinosaures tombèrent en dessous de zéro. C'en était trop pour les plantes dont se nourrissaient les dinosaures herbivores, puis pour les carnivores vivant des herbivores.

Les dinosaures marins ne supportèrent pas pour leur part les violents courants froids océaniques résultant du refroidissement rapide de la surface des mers. Les auteurs de la recherche souligne combien les modifications de température sont importantes pour la survie des espèces vivants, qu'elles se traduisent par un refroidissement global ou par un réchauffement.

Abstract

Sixty-six million years ago, the end-Cretaceous mass extinction ended the reign of the dinosaurs. Flood basalt eruptions and an asteroid impact are widely discussed causes, yet their contributions remain debated. Modeling the environmental changes after the Chicxulub impact can shed light on this question. Existing studies, however, focused on the effect of dust or used one-dimensional, noncoupled atmosphere models. Here we explore the longer-lasting cooling due to sulfate aerosols using a coupled climate model. Depending on aerosol stratospheric residence time, global annual mean surface air temperature decreased by at least 26°C, with 3 to 16?years subfreezing temperatures and a recovery time larger than 30?years. The surface cooling triggered vigorous ocean mixing which could have resulted in a plankton bloom due to upwelling of nutrients. These dramatic environmental changes suggest a pivotal role of the impact in the end-Cretaceous extinction.

Source :

Baby, it's cold outside: Climate model simulations of the effects of the asteroid impact at the end of the Cretaceous. Geophysical Research Letters [DOI:10.1002/2016GL072241]

Retour au sommaire