Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 176
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubrique

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

 

Armements. Le nouveau visage que prendra le combat naval.
Jean-Paul Baquiast 19/01/2017

Pendant plusieurs années, les stratèges de l'US Navy ont considéré comme des gadgets les robots autonomes susceptibles d'intervenir dans la guerre maritime. Ceci qu'ils opèrent seuls ou en essaim (swarm). Cette position est en train de changer rapidement, ce qui entrainera vu la suprématie que conserve l'US Navy sur toutes les marines de guerre.

L' Office of Naval Research (ONR) américain est désormais convaincu de l 'importance que prendront les engins de surface non pilotés par des humains, ceci tant au plan offensif que défensif. Ces embarcations autonomes sont désormais dites Unmanned Surface Vehicles (USVs) ou Autonomous Surface Craft (ASCs).

Des démonstrations ont eu lieu récemment dans l'estuaire de la Chesapeake Elles ont montré que des robots à coque gonflable rigide, Rigid Hull Inflatable Boats (RHIBs) se comportent très convenablement lorsqu'ils agissent seuls, dans le cadre d'un programme qui leur a été fixé. Mais ils sont particulièrement efficaces quand ils opèrent en groupe ou essaim cohérent. Dans ce cas, ils communiquent entre eux par un réseau complexe d'échange d'informations.

Ils utilisent pour ce faire un logiciel dit Control Architecture for Robotic Agent Command and Sensing (CARACaS). Devant des menaces simulées, ils ont réagi effectivement de leur propre chef en meute. Ceci a rendu ces robots difficiles à détruire, vu l'aide qu'ils s'apportent mutuellement. A ce stade cependant, ils sont restés sous un certain contrôle des humains, afin que leurs réactions soient adaptées à la nature de la menace. Mis il est prévu que ce contrôle s'allégera progressivement, au fur et à mesure que les essaim acquiéreront une intelligence collective.

Ceci ne fera pas nécessairement disparaître l'efficacité des Groupes de porte-avions dont la marine américaine est particulièrement bien dotée. Ces porte-avions et leurs escortes disposeront de nombreux moyens de défense adaptés à cette nouvelle menace. Par ailleurs, des meutes sont difficilement concevables actuellement dans le domaine de la guerre sous-marine, compte tenu des difficultés de communication sous l'eau qui demeurent.

Les performances des Autonomous Surface Craft relanceront les débats concernant l'utilisation des robots militaires, drones ou engins terrestres. Ceux-ci étaient jusqu'à présent censés agir de « façon éthique », mais leur utilisation par Obama au Moyen Orient ont montré qu'ils entrainaient de nombreux morts civiles. Ceci n'a pas peu contribué au rejet de l'intervention militaire américaine, tant en Afghanistan qu'en Irak et en Syrie.

L'US Navy n'a manifestement que peu à faire des scrupules concernant l'usage des Lethal Autonomous Weapons Systems (LAWS). Elle a déjà annoncé qu'elle se préparait à les utiliser massivement compte tenu de son incapacité actuelle à protéger sans eux les intérêts américains dans l'immensité des océans.

Les perspectives d'affrontement avec la Chine en mer de Chine orientale et dans le Pacifique, qui sont de plus en plus étudiées par Donald Trump, donneront une particulière actualité à ces considérations. On imagine que la Chine, déjà très avancée dans le domaine de l'autonomie des engins, notamment spatiaux, ne restera pas sans réponse.

Note

* Sur CARACaS, voir http://www.navaldrones.com/CARACAS.html

 

 

Retour au sommaire