Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 178
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubrique

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

 

 

 

Article. TRAPPIST 1 et la connaissance scientifique
Jean-Paul Baquiast 24/02/2017

Image NASA, JPL

Il est évident que la découverte du Système TRAPPIST 1 par une équipe internationale de chercheurs n'aura jamais (ne jamais dire jamais!) de conséquences pour des humains ou même pour des robots susceptibles de s'y rendre.

A la vitesse des engins actuels, il leur faudrait plusieurs millions d'années pour le faire. Avec un dispositif capable de se déplacer à des vitesses proches de celle de la lumière, le voyage durerait plus de 40 années, soit le temps d'environ deux générations. Mais de tels dispositifs sont inimaginables dans le cadre de la physique einstenienne, car ils atteindraient alors une masse presque infinie.

Quant à la physique quantique, l'on considère actuellement que si elle autorise la transmission instantanées de particules quantiques, celles ci ne sont pas susceptibles de comporter d'informations de type matériel, c'est-à-dire utilisable par une sonde spatiale ou tout autre instrument.

La découverte de TRAPPIST 1 n'a donc d'intérêt, comme en tout ce qui concerne l'astronomie et la cosmologie, qu'au regard de la connaissance scientifique. Mais celle-ci est de plus déconsidérée, voire combattue, par des milliards d'humains actuels, le chiffre étant sans doute en croissance.

Parmi ceux-ci, l'on constate de plus en plus une célébration de l'irrationalisme, c'est-à-dire le refus d'une approche du monde reposant sur la science expérimentale. Non seulement ils refusent la science, mais ils refusent les conséquences qui en sont aujourd'hui tirées, par exemple en matière de réchauffement climatique et de disparation des écosystèmes. Donald Trump, pourtant Président d'une grande nation ayant hébergé de nombreux scientifiques, en est une illustration stupéfiante. Tout doit passer après la course au profit immédiat.

Décapiter les incroyants

Chez les milliards d'hommes se référant à des croyances religieuses, la tendance aujourd'hui est pire. Beaucoup en reviennent à l'époque des guerres de religions, où le représentant d'une autre religion devait être impitoyablement abattu. Le même sort menace ceux qui prennent le risque de se dire athées. Il le font à leurs risques et périls, comme le fit en France le chevalier de la Barre condamné en 1766 à être exécuté pour blasphème et sacrilège, puis décapité après avoir été soumis à la question ordinaire et extraordinaire.

Les djihadistes islamiques qui n'hésitent pas à décapiter les incroyants, voire à le faire faire par des enfants de 12 ans, sont de la même espèce. Rien ne permet de croire que leur exemple ne sera pas de plus en plus suivi, même s'ils rencontrent aujourd'hui quelques difficultés à s'imposer en Europe ou en Russie.

* Sur un thème voisin, voir notre éditorial
http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2017/178/edito2.htm