Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 177
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubrique

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

 

Géopolitique. Conflits potentiels entre l'Inde et la Chine dans le Sud Himalaya
Jean-Paul Baquiast 03/04/2017

La récente visite du Dalai Lama à Tawang, organisée par l'Inde dans une région où la présence indienne est contestée par la Chine, a remis en lumière les vives tensions existant entre ces deux puissances nucléaires dans le Sud Himalaya, revendiqué historiquement par les deux Etats 1).

Tawang est une petite ville du nord-ouest de l'État d'Arunachal Pradesh en Inde. Située en Himalaya à une altitude d'environ 3 000 mètres, elle est le chef-lieu du district de Tawang. Elle a toujours été de tradition bouddhiste et la présence du Dalai Lama n'a rien d'anormal. Néanmoins celui-ci est considéré par la Chine comme un agent du séparatisme indien qui s'oppose, dans ces régions et en Chine même, à la politique de Pékin.

Un moment bonnes, sous l'autorité du Premier ministre indien Manmohan Singh qui avait oeuvré pour rapprocher l'Inde et la Chine au sein du BRICS, elles se sont détériorées avec l'élection de l'actuel Premier ministre Narendra Modi. Celui-ci est membre du Bharatiya Janata Party, un parti nationaliste hindou. Il est Premier ministre de l'Inde depuis le 26 mai 2014. Narendra Modi est influencé par le groupe paramilitaire Rashtriya Swayamsevak Sangh et est considéré comme un leader du mouvement nationaliste hindou.

Par ailleurs, bien plus que Manmohan Singh, jugé à l'époque comme relativement proche de Moscou,
il est très largement influencé par Washington, depuis des accords de coopération industrielle et de défense conclus sous Barack Obama.

Il n'est donc pas considéré à Pékin comme un partenaire fiable dans la mise en oeuvre d'actions de coopération et de respect réciproque dans le Sud Himalaya. Il faut rappeler que cette vaste région comporte quatre importantes provinces où l'Inde et la Chine partagent d'importants intérêts. Toutes pourraient être le siège de conflits pouvant éventuellement prendre une forme militaire.

Le Tibet

Le Tibet appartient à la République populaire de Chine. Aussi Pékin prend-t-il très mal le soutien de New Delhi au Dalai Lama, considéré à juste titre comme séparatiste.

L'Inde a reconnu officiellement le Tibet comme faisant partie de la Chine. Mais elle utilise manifestement le leader religieux comme un agent utile pour déstabiliser la présence chinoise. D'où son irritation, le mot n'est pas trop fort, en réaction de la visite de celui-ci à Taiwang.
Le Tibet est la source de 4 grands fleuves asiatiques qui contribuent à permettre une activité agricole dont dépendent plus de 2 millions de

L'Arunachal Pradesh ou Tibet du Sud.

Cette région est également de par sa localisation considérée comme comportant d'importants intérêts géostratégiques, tant pour l'Inde comme un moyen d'intervenir dans les affaires tibétaines que pour la Chine. Celle-ci voit l'Arunachal Pradesh comme un corridor pour influencer l'Etat-pivot de Assam, au Nord-est de l'Inde.

 

Le Népal.

Longtemps sphère exclusive d'influence pour l'Inde, cet ancien Royaume s'est récemment rapproché de la Chine après avoir été accusé par New Dehli d'avoir soutenu injustement des Népalais d'origine indienne, les Mahésis, qui protestaient violemment contre une nouvelle constitution fédérale jugée comme ne respectant pas leurs droits.

L'Inde et la Chine considèrent par ailleurs le Népal comme essentiel au développement de leur influence militaire respective.

Il y a deux ans enfin, la Chine a proposé de connecter le Népal au projet de liaison One Belt One Road (OBOR) à travers une voie ferrée à grande vitesse sous le Mont Everest qui aurait relié le Népal à la province indienne de l'Uttar Pradesh et au port du Ouest Bengale de Kolkate. Présenté par la Chine comme bénéfique pour l'Inde, celle-ci y voit une intolérable immixtion dans ses affaires

Le Cashmir

Un projet-phare de l'OBOR, le CPEC ou China-Pakistan Economic Corridor, traverse une région pakistanaise du Cashmir, celle de Gilgit-Baltistan, que l'Inde revendique comme lui appartenant à la suite de son conflit avec le Cashmire. L'Inde voit dans ce projet soutenu par la Chine une façon de réintroduire l'influence pakistanaise dans un territoire contesté. Elle fera sans doute tout pour le faire avorter, aux dépens des intérêts chinois dans l'OBOR.

1) Voir http://timesofindia.indiatimes.com/city/guwahati/dalai-lama-chinas-opposition-to-tawang-visit-is-normal/articleshow/57970089.cms