Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 179
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubrique

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

 

Editorial. Les systèmes de systèmes autonomes ou la corporalité distribuée
Jean-Paul Baquiast, Christophe Jacquemin, Alain Cardon 21/03/2017

Ce titre pourrait aussi être formulé de la façon suivante: Corporéité multiple et distribuée d'un système de systèmes artificiels.

La question n'a rien d'ésotérique, contrairement aux apparences. Il s'agit d'une mise au point concernant une thèse encore très répandue selon laquelle l'Intelligence Artificielle IA ne permettrait pas d'aboutir à des formes de pensée analogues aux nôtres parce que les algorithmes qui la constituent ne peuvent se référer à des corps. Ceux-ci fournissent les entrées et sorties sensorielles que tout animal doté d'un cerveau peut utiliser pour se construire une conscience de soi, fut-elle rudimentaire.

On lira à ce sujet un article récent, traduit en français par Slate.fr
http://m.slate.fr/story/140960/sommes-intelligents-reflechit-corps

Or cette thèse ne tient pas compte, sans doute du fait de l'ignorance de ses auteurs, de ce que l'IA se déploie aujourd'hui à travers des corps artificiels, correspondant soit à des algorithmes distribués en réseau, soit à des robots, eux-mêmes éventuellement distribués. L'IA de demain permettra donc à ces entités de disposer de l'équivalent soit d'une conscience humaine, soit de formes de consciences encore plus évoluées.

Alain Cardon, professeur des Universités et membre de notre Comité de rédaction, nous écrit à ce sujet le petit article suivant, dont nous le remercions.
 
 Des collègues et moi allons essayer d’engager à ...(non cité) ...pour l’an prochain un projet de développement d’un système de systèmes doté d’une corporéité multiple et distribuée. Il sera géré de manière parfaitement autonome par un proto-soi artificiel complet. Il s'agira d'un projet vraiment pluridisciplinaire, important et original, avec de la recherche et des publications incluant des projets coopératifs d’élèves ingénieurs.

Les auteurs de l'article cité ne semblent pas avoir toujours pas compris ce qu’est la conceptualisation d’une corporéité éprouvée avec sensibilité par un proto-soi artificiel. Ils ne savent pas ce que sont un Soi et l’architecture constructible d’une conscience artificielle. En matière d'IA, on distingue l’IA forte, qui créé des modèles puis des systèmes puissants utilisables dans de multiples environnements robotisés et l’IA faible, où l’on applique les logiciels développés par les forts, en faisant de gros efforts d’adaptation.

En France, il y a la recherche publique dans les laboratoires universitaires et il y a les recherches confidentielles et privées, destinées souvent aux militaires, qui produisent des résultats. Malheureusement, celles-ci, quand elles existent, sont financées par les Etats-Unis ou le Japon, couvertes par le secret, et ne bénéficient en rien à notre pays.

Référence.

* Sur la question, lire
Alain Cardon et Mhamed Itmi. Les nouveaux systèmes autonomes
2016 ISTE Editions

 

Retour au sommaire