Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 179
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubrique

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

 

Article. Le Ghost Minautor
Jean-Paul Baquiast , Christophe Jacquemin 20/03/2017

Les robots quadrupèdes intéressent de plus en plus les roboticiens. On connaissait déjà par exemple la mule robotique ou Big Dog de Boston Dynamics, rachetée par Google 1) ou le Spot mini de la même start-up. 2)

Ceux-ci sont capables de transporter des charges en terrain varié. Les militaires américains en seront les premiers clients, pour la raison évident que les robots à roues ou même à chenille ne sont adaptés qu'aux terrains faciles, relativement plans et sans obstacles. Les robots à deux pattes (ou deux jambes) représenteront aussi une solution intéressante pour de tels usages, mais leur réalisation sera beaucoup plus complexe, compte tenu du fait qu'ils doivent s'équilibrer sur un pied (dans la marche), ce que tous les humanoïdes ont appris à faire des leur sortie de la forêt, mais qui représente encore un tour de force pour les robots.

Aussi les militaires américains, à qui les crédits ne manquent pas, ont exprimé le besoin de robots quadrupèdes beaucoup plus petits et plus agiles que la mule Big Dog ou ses équivalents. Ceux-ci devront escalader des barrières, se glisser sous les voitures, pénétrer dans des abris étroits. Ils ne porteront pas de charges, sauf si celles-ci sont très légères. Par contre ils pourront porter des instruments de vision, d'écoute ou de communication, du type de ceux que la technologie dispose actuellement.

Pour répondre à une telle demande, une autre start-up américaine, Ghost Robotics, vient de présenter un premier prototype de petit robot quadrupède, Ghost Minitaur, capable de rendre des services encore hors de portée des actuels robots quadrupèdes de plus grande taille. Il peut sautiller, bondir, et même grimper. Les vidéos présentés sur le site de Ghost Robotics, en font la démonstration 3).

Ghost Minitaur n’est pas un produit fini, il s’agit plutôt d’une plate-forme de démonstration qui doit permettre à ses futurs utilisateurs d’y installer les technologies et la forme extérieure qu’ils souhaitent afin de répondre aux exigences de leur activité professionnelle. Selon Ghost Robotics, ses puissants moteurs embarqués, les capacités de ses jambes qui comportent de nombreux capteurs, le rendent capable d’appréhender et de maîtriser parfaitement son environnement. Il pourra être utilisé dans une grande variété d’applications, industrielles et militaires. On y ajoutera le domaine spatial. Il s'agit aussi d'un chef d'oeuvre de miniaturisation. Le Minautor n'a presque plus rien à envier à la nature, par exemple aux araignées dites faucheux.

Ghost Robotics est une société créée en 2015 par des diplômés de l’Université de Pennsylvanie, Avil De et Gavin Kenneally. L'Université les soutient assisté par PCI Venture http://www.pci.upenn.edu/pciventures/ qui finance les investissements à risque de cette université. On ne doit pas penser cependant que Ghost Minitaur sera mis à disposition de tous publics. Son accès sera en tout premier lieu contraint par les exigences de Secret Défense des militaires.

Ghost Robotics vient donc en concurrence avec Boston Dynamics, qui vient de présenter de son côte un prototype de quadrupède de petite taille, nommé Handle, qui fait suite à Spotmini. L'accès aux normes de ce dernier sera lui aussi fortement restreint par les ambitions commerciales, pour ne pas dire civilisationnelles de Google.

Rappelons que la France pour sa part dispose de quelques projets intéressants dans ce domaine. Mais comme les concepteurs ne reçoivent aucune aide, ni française ni européenne, ils n'ont d'autres perspectives que se faire racheter par des américains ou des japonais. C'est ce qui vient d'arriver au NAO, robot humanoïde autonome et programmable, développé par la société française Aldebaran Robotics 1) .

Références

1) http://www.bostondynamics.com/robot_bigdog.html

2) https://humanoides.fr/boston-dynamics-spot-mini-robot/

3) https://www.ghostrobotics.io/

Retour au sommaire